AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 756

MessageSujet: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   Dim 21 Déc - 21:21

    Immonde, le cadeau empoisonné de mon crâne à ma mémoire, et inversement.
    Je hais cette vision sale de la réalité, celle que je vois à travers des yeux lucides.
    C'est celle folie-ci, moins perceptible sous son masque calme, qui est la plus vicieuse.
    Je trancherai mes veines un jour, pour que le poison infecte un corps étranger.
    Morte, l'envie d'étancher la douleur de Psycho, Liam revient et il est paralysé.
    J'adopte la forme qui est la plus dangereuse en soi, mes mains sont baignées par le sang.
    Cette odeur n'épargne aucune partie de moi, je pue le sang et sa teneur en plomb.
    Peut-être suis-je le seul à sentir l'immondice que répandent mes piètres aveux.

    Je suis mes pieds sans penser plus avant, ils sauront où trainer ma carcasse.
    Le terrier... le refuge des lâches et invalides, théâtre de leurs humiliations.
    Je connais l'endroit de réputation, martyriser les faibles est si peu gratifiant.
    L'alter ego de ma personnalité actuelle a un goût plus prononcé pour les glorieux.
    Admirer les chutes dans une reprise mortuaire de celle qui fut la sienne, autrefois.
    Cet alien est dangereux, menace constance pour le bien d'une espèce intégrale.
    Mes tripes brûlent le semblant de courage qui leur restait dans un frisson d'horreur.
    Combustion automatique liée à un syndrome régulier, persistant dans sa douleur.
    Le deuil, disent mes semblables. Je dirais le fléau, puisque sa démesure va croissante.

    Mon pouvoir s'accroche à ma folie dérangée (et dérangeante) avec la lubie de s'envoler.
    Il reviendra cependant, avec les conneries qui me caractérisent dans leurs invraisemblances.
    Un sens demeure alerte, il n'est pas aiguisé, ne brûle personne sauf moi, il est utile.
    J'entends. Le bruit d'un ruissèlement naturel, une véritable luxe dans notre société.
    J'identifie sans mal sa source et me ravie au spectacle d'un ruisseau venant mourir dans un abreuvoir.
    La voilà la chienne, je la sens puisqu'un pouvoir guette. Le savoir signe ma fin pour un temps indéfini.
    Avant que ma vie soit mise en suspend, je cours avec la rage d'un désespéré jusqu'à la pureté de l'eau.
    J'y plonge mes mains avant d'immerger mon visage que vient frapper la quiétude de sa surface.
    Trempé, j'étouffe en manquant de sa fraîcheur. J'aperçois une tâche de sang contre mon poignet.
    Je frotte doucement d'abord, puis plus violemment en ajoutant l'eau à ma douleur nouvelle.
    Le va-et-vient de mes mains les unes contre les autres achève bientôt son œuvre, je saigne pour de bon.

    J'abats un poing rageur et mouillé d'une eau rouge contre les contours de l'abreuvoir.
    Un bourdonnement menace mes tympans, un pouvoir approche. Foutue, la clairvoyance.
    A bientôt Liam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Invité


MessageSujet: Re: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   Lun 22 Déc - 16:27



    Je marche sans but, sinon celui d'être seul.
    Arrivé à l'abreuvoir, la présence de Psycho rend inatteignable mon objectif. Encore une fois.
    Je ne connais ce Villain, comme la plupart des autres, que de surnom.
    Mais le fait de n'être qu'un prisonnier de sa conscience me le rend antipathique.
    Comme tous ceux qui m'entourent.
    Je ne les aime pas et ils me le rendent bien.
    On pourrait croire que cette réciprocité rend ma vie plus facile.
    C'est le contraire. Elle l'empire.
    A quoi bon vivre si je n'ai personne avec qui partager cette existence ?
    Si personne n'est intéressé par ce que je pense ?
    Je n'ai pas encore trouvé ma raison, celle qui dirigera mon destin.
    J'ignore si elle existe. J'ignore si je veux qu'elle existe.
    Les seules choses que je possède aujourd'hui sont ces cauchemards qui me reviennent sans cesse.
    Ceux qui hantent mes nuits et mes journées, dès que mes yeux comettent l'erreur de se fermer.
    Ceux auquels je me raccroche comme je peux.
    Et tant que je n'aurais trouvé cette foutue raison, je ne vivrais que pour eux.

    Je m'approche de l'abreuvoir sans regarder le Villain.
    Je ne veux pas l'affronter. Je refuse de lui parler. J'espère ne pas avoir à l'entendre.
    Qu'il reste où il est et qu'il évite de penser. C'est tout ce que je lui demande. Et tout ce qu'il me refuse.
    Ses pensées sont confuses. N'écoutes pas, Noah. N'écoutes pas.
    Trop tard. Il est perdu au milieu de ses crimes.
    Perdu...Ce mot semble souvent revenir qualifier les habitants de cette ville enchantée.
    Désenchantée, je dirais plutôt. Mais, ce n'est que mon point de vue.

    Le Villain s'approche de moi, je recule.
    Il ne s'intéresse pas à moi. Je ne suis qu'un autre super-étudiant.
    Alors, pourquoi ne veut-il pas me laisser tranquille ?
    Que cherche-t-il ? Une distraction. Je ne suis pas une distraction.
    Il ne trouvera rien de drôle en moi.
    Qu'il cherche ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   Lun 12 Jan - 16:58

    Un liseur de pensées, encore. Ce pays manque d’originalité.
    Qu’il s’amuse, je suis disposé à être utile. L’agréable suivra pour moi.
    Pourquoi ne peut-il pas être normal, comme moi ? Un grain de paranormal.
    Une petite dose de folie parallèle à une vie bien gérée, l’harmonie idéale en somme.
    Il finira vite ridé s’il n’abandonne pas son air de beau martyre, le front n’oublie jamais.
    Alertons la populace, le petit va flétrir, quel gâchis pour le joli monde. Tu dis ?
    Un abreuvoir, une tête torturée par ma tête à moi, un semblant de terrier…
    Hey, ce vide n’en est peut-être pas un après tout, que de possibilités.
    Et puis pourquoi suis-je toujours le premier à lancer les dés ?

    - C’est simple tu sais ? Dis ce que tu veux, n’importe quoi.

    Comme une chanson qui coule sur les années, reste en mémoire et marque les esprits.
    Troublés, les esprits mais tant pis. Qu’il parle je répliquerait comme toujours.
    Je guette la surprise que me réserve ce jour à nouveau, nouvelle terre à explorer.
    Aucun besoin de compliquer les choses, puisque le temps court, je l’arrache.
    Soyons cléments et justes pour changer. Ceci n’est plus un jeu. La vie alors ?

    - Tu as même le droit de dire que tu n’as pas envie de parler.

    Il n’y a pas de règles prédisposées à être enfreintes ici, le plateau est renversé.
    Les feux des rampes sont braqués sur lui, l’audience retient son souffle. Osmose.
    Bras croisés sur une poitrine que je redécouvre à chaque fois que je l’effleure je patiente.
    Pourquoi faut-il que ces pectoraux soient toujours fermement tendus ? Trop musclé…
    Tant pis, les années m’aideront à perdre ce que, gamin, j’ai amassé. Foutue jeunesse.
    Pourquoi ne bronche-t-il pas hein ? Allez, n’importe quoi. Je la veux, cette leçon.
    Comment fait-il dans ce film déjà ? Ah oui, deux pas en arrière, jambe droite tendue.
    Je tape du pied en rivant mes yeux dans les siens. Figure allégorique de la patience.

    - J’attends.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Invité


MessageSujet: Re: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   Jeu 26 Fév - 23:14

    Si elles n'étaient pas terriblement réelles, ses pensées m'auraient presque fait rire. Presque.
    Mais, me voilà embourbé à nouveau dans mon manque d'originalité, comme qui dirait.
    Il met le doigt sur cette affreuse vérité qu'est ma vie, ma survie.
    Pas de but, pas de porte de sortie. Non plus. Presque plus d'oxygène.
    Juste une bouffée...Non.
    Dire quelque chose ? Il me prend pour son objet, son jouet.
    Il va être déçu.

    _Je ne me sens pas une humeur de marionnette. Pas aujourd'hui.

    Pas dans cette vie. Tes pensées font de moi ce qu’elles veulent, il n’en sera pas de même pour tes paroles.
    Laisses-moi en paix, et ma vie avec.
    Elle ne t’intéressera pas et ne te sera d’aucune utilité.
    Mais ma bouche est sèche, ma salive s’enfuie. Je suis muet.
    Le Villain ne pourra m’arracher aujourd’hui que des regards.
    Mais mes yeux m’abandonnent, eux aussi.
    Une pensée de Psycho et mes sens sont sans dessus-dessous.
    Je ne veux pas de cette faiblesse, pourquoi s'acharne-t-elle ?
    Je lève les yeux vers lui. Il attend.
    Que veut-il ? N’a-t-il pas compris que je ne serais pas sa distraction journalière.
    Pas moi. Pas aujourd’hui. Ni jamais. Qu’il me laisse, il perturbe mes plans.
    Je cherche ma raison ici, il empêche ma quête.
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   Ven 27 Fév - 20:48

    J'ai mal. Rien à foutre de là où tu es, hein ? Mais répète-le : j'ai mal.
    Putain oui, je souffre. Et ça n'est pas bon signe du tout. Non, non.
    Ni pour toi, parce que tu vas devoir affronter un mec pas marrant;
    ni pour moi, parce que l'évidence devance la conclusion. Il revient.
    Il est tenace aujourd'hui ce con, il ne retient aucune, aucune leçon.
    Tu vois, d'habitude je la ressens pas, cette horrible nausée...
    Mais là, bizarrement, elle me taquine sans s'arrêter. C'est fou, ça ?

    _Je ne me sens pas une humeur de marionnette. Pas aujourd'hui.

    Mais c'est moi la marionnette, bon sang ! Tu lis pas dans les pensées ou quoi ?
    Je t'ai dit, tu parles et on s'amuse, mais voilà... tu m'as fait attendre.
    Et attendre, j'ai horreur de ça. L'attente me fait... ressentir. La douleur.
    Quand je sens c'est pas bon signe, gigot, ça veut dire qu'il revient.
    Tu lis pas les journaux chez toi ? Et les clodos ne parlent-ils pas ?
    Ecoute ma voix, suis-la petit, petit, petit... Allez, chasse-le.

    Il sait ce que tu penses, il sait ce que tu penses, il sait ce que tu penses...
    Mes intentions sont nobles. Je viens en paix. Soucquez les artémuses.
    Je suis un homme de demain. Essaie juste de pas te noyer dans mes mots.
    C'est pas marrant, de faire ça à un mec qui attend. L'ennui, ça craint.
    Tu crains mon pote, tu réalises au moins que t'es en train de me perdre ?
    Il arrive, l'autre, tu le sens toi aussi ? Tu vois comme j'articule mieux déjà ?
    Merde petit gars, vois ce que tu fais. J'ai plus envie de sang, c'est pas bien.
    Hin hin, pas bon présage du tout. J'ai mal, tu le ressens avec moi, je sais.
    Sens mon cœur brisé, il palpite comme un agonisant, par ta faute.

    - J'ai réussi ! qu'il arrive à souffler.

    Je respire, avec peine, c'est vrai, mais je respire à nouveau.
    Le temps m'avait manqué, sans que je ne le vois disparaitre.
    Trop peu de minutes pour moi, trop peu... Combien encore ?
    Un gamin. Oui, toi ! La douleur, vite, aide-moi !
    Il va revenir, je t'en supplie, chasse la bête, s'il te plait.

    - Frappe-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel   

Revenir en haut Aller en bas
 

|- Panse tes maux, et cesse de lire les miens | Feel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» Le cout de la vie ne cesse d'augmenter...
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» IMPÉRATIF DE LIRE ce règlement avant toute transaction
» Aimez vous lire ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SUPER NOUS :: Grands brûlés-