AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 756

MessageSujet: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Sam 20 Déc - 2:15

    Siffler gaiement est-il déplacé devant la demeure d'un veuf ? Et qu'en est-il de la part d'un veuf en personne ?
    Personne ne réponds à mes cris d'oiseaux... pourquoi est-ce que personne ne répond à mes cris d'oiseaux ?
    Je décide de mordre alors la lèvre qui n'a pas sut se faire entendre suffisamment loin pour exiger une réponse.
    Punie soit-elle. J'observe les contours de la baraque qui me surplombe de toute sa grandeur. Chez les Peace, hein ?
    Pourquoi faut-il que je pose tant de questions dont le réponses se perdent, toujours ? Et en voici une de plus...

    Une mince rivière de sang se déverse alors de ma lèvre pour mourir sur mes poings liés, plus bas.
    Qui me saigne à blanc ? Je n'étais pas même conscient d'avoir ouvert des hostilités ! Où se cache le condamné ?
    En moi, l'insecte. Vicieux reptile se faufilant entre mes boyaux, je l'attraperai un jour, et il saura son erreur.
    Je martèle ma joue d'un coup de poing rageur en me cachant à la vue d'un spectateur quelconque. Merci la haie.
    Ma tête hurle la colère qui la dévaste, elle voudrait empêcher cette main de l'atteindre mais elle n'a pas ce pouvoir.
    Je suis le seul capable d'enclencher le mode d'auto-destruction, et ainsi rendu capable de le mettre un temps en suspens.

    Je marche ou titube (peut-être même que je rampe. Et si je volais ?) jusqu'à la porte d'entrée des Peace... Love, mes frères.
    Patient pour l'unique fois de la journée, j'attends que l'on m'ouvre. Je ne sais qui je verrais. Mais je le sens... Connu !
    Je claque des doigts, résonne un éclair en moi et le feu embrase mes sens plus vivement qu'à l'accoutumée. Violent.
    Et voilà, j'ai déjà rencontré ce don, il est extrêmement puissant, dangereux et brûlant, trop piquant à mon goût.
    Je forme une pichenette de mes doigts et en assène une double contre mon front. Ressaisis-toi, mon petit Psycho !...

    Soudain, la porte s'ouvre et un réflexe me pousse à recouvrir mes yeux de mes mains... Devine qui est là ?
    Je me rend la vue sans m'en remercier cependant et découvre l'inattendu. Un gamin. Je me retourne, suspicieux.

    - Heu...

    Bien bâtie la silhouette, mais moins épaisse que prévue. Les cheveux sont trop longs et les traits trop fins...
    Je me retourne à nouveau, sur ma droite cette-fois mais il ne se montre pas, le vrai dompteur de feu.
    J'avance uniquement mon visage vers l'enfant, lui exhibe ma lèvre ensanglantée du bout d'un index furtif.

    - C'est toi qui m'a fais ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 21 Déc - 3:42

    Cela faisait une heure que je m'étais enfermé dans ma chambre pour tenter de m'entraîner à construire un stupide rayon laser pour l'examen de sciences - comme si j'en avais besoin! - et cet idiot d'oiseau qui n'arrêtait pas de chanter! Vraiment, à croire que tous les êtres vivants s'étaient ligués pour me donner envie de les assassiner.
    Bien sûr, tuer n'était pas dans ma nature. Mais ça ne m'empêchait pas de les voir tous morts dans ma tête. Méritaient-ils mieux?

    Je soupirai et me levai pour fermer ma fenêtre afin de ne plus entendre l'oiseau, mais le temps que j'y parvienne l'animal s'était tu. Je fronçai les sourcil. Quelqu'un l'avait-il tuer pour avoir la paix? Si c'était le cas, il aurait pu le avant, au lieu d'attendre que je traverse ma chambre.

    Regardant la rue qui se dessinait dehors, je vis du mouvement au niveau de la haie, sans rien pouvoir distinguer, jusqu'au moment où je vis un homme en sortir et aller jusqu'à ma porte. Je fronçai à nouveau les sourcils. Qu'est-ce qu'il venait faire chez moi? Je n'avais pas beaucoup de visite, en encore moins de gens qui se cachaient derrière ma haie. Surtout pas venant de Psycho...

    Il avait la réputation d'être un fou dangereux psychopathe... Ce qui ne m'empêcha absolument pas de descendre lui ouvrir. Comme si j'étais touché par les racontars, avec tous ceux qui circulaient sur mon père et moi. Et puis s'il s'avérait être aussi dangereux qu'on le disait, je n'étais pas en reste. Après tout, j'étais moi-même craint...

    J'ouvris donc la porte - guère effrayé mais quelque peu curieux - sur un homme mal rasé, le regard dément et saignant à la lèvre. A peine avait-il vu la porte bouger qu'il s'était mis une main devant les yeux, comme s'il ne voulait pas me voir. Pourquoi était-il venu dans ce cas?

    Il parut surpris quand il enleva enfin sa main. Je haussai légèrement les sourcils, ne comprenant décidément pas ce qu'il se passait dans sa tête. Je me gardais cependant d'émettre le moindre jugement, ni même une quelconque question. Peut-être c'était-il juste trompé de maison.

    D'ailleurs, je continuais à avoir l'impression d'une erreur, car il commença à me dévisager, puis à se retourner de tout côté, comme s'il cherchait quelqu'un. Je n'étais manifestement pas la personne qu'il cherchait. Je haussai imperceptiblement les épaules et allai refermer la porte sans rien dire lorsqu'il se pencha vers moi et me montra sa lèvre ensanglantée.


- C'est toi qui m'a fais ça ? Me demanda-t-il.

    Cette fois je haussai vraiment les sourcils, puis les fronçai. Il devait certainement se moquer de moi, ce n'était pas possible autrement. Comment pouvait-il m'accuser de lui avoir fait mal? Etait-il si semblable aux autres qu'il m'imputer un crime dont j'étais innocent. Certaines choses ne changeaient décidément pas. A quel moment aurais-je bien pu le blesser? Pendant qu'il avait la main devant les yeux?


- J'vois pas comment. Répondis-je d'une voix neutre, malgré le sentiment de colère qu'avait provoqué cette affirmation.


    J'avais beau avoir l'habitude, ça me faisait toujours quelque chose au fond d'être une cible aussi facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 21 Déc - 5:18

    - J'vois pas comment.

    Il y a crut, l'enfant do. Mais c'était une blague peutiôt, remets-toi !
    Si je parlais au lieu de hurler dans ma tête, peut-être entendrait-il.
    J'examine très sérieusement son regard pour y déceler le vrai du faux.
    Et si cette farce n'en était pas une ? D'ailleurs qui a dit qu'il s'agissait d'une blague ?
    Folle tête, même en sang, elle dégage une paranoïa excessive. Rationnelle ?
    Et hop là !... putain, j'ai pas de fin à cette phrase ! La panique me saisit.
    Je lève les yeux au ciel dans l'espoir de trouver un secours quelconque.
    Mais personne ne tombe et les nuages ne me parlent pas, ces lâches. Pourquoi ?
    Ah, trouvé ! Je reprends : et hop là ! encore une question qui n'aura jamais de réponses.
    Je devrais faire payer tous mes questionnements internes, une piécette la question.
    Être rémunéré m'empêcherait de tuer les clochards pour les détrousser de leur butin.
    Ce qui est d'ailleurs assez embêtant puisque ces mecs-là sont fauchés...

    Où est Cameron ?
    Le maître d'hôtel ne me répond pas. Usant, à la fin. Pourquoi ne répond-t-il pas ?
    Han je sais, le pauvre employé de maison est muet... lui ai-je coupé la langue ?
    Ceci expliquerait pourquoi ces adorables petits yeux noirs sont aussi durs.
    Je ris sans retenue en levant mes mains au ciel, je suis un peu étourdis parfois.
    A nouveau, je n'avais pas parlé. Ma bouche me désobéit en ce moment.
    J'aimerais demander pourquoi mais trop de questions tue les questions, je crois.
    Pourquoi ? Pff... je l'ignore. Tant de principes que je ne comprendrai jamais.
    La réflexion de l'ouvrier me revient dans un petit sursaut, pas content lui.

    Pour lui faire plaisir (cette générosité me tuera), je me lance dans un examen.
    Il ne coopérera pas tant que je n'aurais pas rendu le verdict tant attendu.
    J'approche mon visage du sien et plante mes yeux dans ses perles noirs.
    Au sens figuré hein ? En gros, je le regarde droit dans les yeux, sans bijoux.

    - Ok, t'es innocent.

    Il cache son bonheur, le bambin mais je sais bien que l'émotion le submerge.
    Je lui tourne le dos pour qu'il puisse refouler correctement les larmes qui lui viennent.
    1...2...3... je me retourne, il n'a ni bougé ni pleuré. Brave garçon, quelle grosse fierté !
    Je lui repose la question à laquelle le muet n'aura jamais répondu.

    - Alors, où est Cameron ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 21 Déc - 20:13

    Il leva les yeux au ciel, comme si ma réponse avait quelque chose de risible. Croyait-il sérieusement que je l'avais blessé, alors que même ma porte s'ouvrait vers l'intérieur? Non il n'y avait qu'une solution, il se moquait de moi.

    A peine avais pensé ça qu'il se mit à éclater de rire. Dangereux sociopathe ou pas, ma patience avait des limites qu'il commençait à dépasser. Peu importait l'étiquette qu'il avait, une chose était sûre, c'est qu'il s'agissait d'un emmerdeur et qu'il me dérangeait. Je n'étais pas un pantin avec lequel on s'amusait.


- Ok, t'es innocent. Lança-t-il après avoir approché sa tête de la mienne.

    Sans blague?! Bah ça, je n'étais pas au courant, tiens donc...

    Alors que je soutenais son regard, il se retourna. La surprise et l'incompréhension m'ôtant toute réaction, je restais stoïque au spectacle de cirque vivant qu'il m'offrait. Se croyait-il amusant? Le comique avait donc oublié son nez rouge...
    Quelques secondes plus tard, il me regarda à nouveau. La mine déçue ou impressionnée, difficile à dire. Qui sait ce qu'il pouvait bien se passer dans la tête de cet homme?


- Alors, où est Cameron ?

    Paf! L'homme m'aurait frappé que ça n'aurait pu avoir plus d'effets. Cameron, mon père. Tout le monde savait, Tout le monde était au courant qu'il était en prison. Tout le monde était conscient qu'il ne fallait pas m'en parler. La colère explosait quand quelqu'un osait me mettre face à cette réalité, eux qui me l'avaient enlever! Me contenant difficilement, je savais que toute ma haine devait se voir sur mon visage.
    "Ne parle plus jamais de mon père" Avais-je envie de hurler.

    De plus, Psycho était considéré comme le pire des vilains, le méchant absolu, l'ennemi numéro 1. Et il appelait mon père par son prénom... Non pas de jugements, juste une constatation, seuls les sociopathes s'intéressaient à mon père. Enfin s'intéressaient... Pour qu'il ne soit pas au courant de sa détention, c'est que son intérêt avait quand même bien du s'éteindre quelques années.


- Essayez la prison, répondis-je.


    Ce n'était qu'à ce moment là que j'avais remarqué que ma mâchoire était crispée. J'avais tenté de parler d'un ton neutre, mais ma voix tremblait de colère contre la situation. Il n'aurait pas du y être dans cette prison. Je devrais être en train de répondre "Bougez pas, il arrive, je l'appelle." Au lieu de ça, je me mettais en rogne...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 21 Déc - 23:49

    Je souris comme un imbécile heureux dans l'attente d'une réponse, ou d'un signe de vie.
    Il se trouve seulement que le bonheur m'est étranger, et que mon idiotie tire plus vers la folie.
    Hé, un raisonnement logique dans une journée c'est plutôt pas mal. Pour moi en tout cas.
    Je brasse l'air qui enroule mes doigts. Elles s'aiment bien, mes mains. En ce moment du moins.
    Le regard à la cruauté artificielle me démange de questionnements gratuits et non rentables.
    Pour quoi ou qui ces yeux achètent-ils une froideur colérique en permanence ? Une piécette perdue.
    Le méchanceté n'est pure que lorsqu'elle est habilement cachée. J'en déduis que le gamin est bon.
    Bonté divine, comme dirait l'autre, j'analyse encore sans tomber dans les vapes ! Quelle journée !

    - Essayez la prison.

    C'est vrai ça, je n'ai jamais essayé la prison. Ça pourrait être sympa, comme un genre de colonies.
    Sauf que, ouais, j'ai mis le feu à ma colonie non ? Non, on y a refusé mon entrée ? Non plus...
    J'étais pas né en fait à l'époque où les colonies pouvaient m'accueillir, et je suis un peu trop grand maintenant.
    La prison alors pourrait être un moyen de connaître les joies des feux de camps, avec les gardiens en plus.
    La nourriture partagée lors des repas conviviaux entre potes, des rencontres nouvelles ou fortunées.
    Pas con, le gamin. Peut-être que je cesserai de courir un jour, pour me faire attraper et essayer la prison.

    - Merci du conseil.

    Je hoche la tête dans un signe d'approbation totale. Essayer la prison... quoi que non, en fait.
    Pas de chaussures en prisons à part ces petites tennis blanches dépourvues de style. Dommage.
    Un peu con finalement comme plan, l'uniforme me durcit et la barbe me vieillit alors...
    Je pointe un de mes index en direction du petit Peace, je ne sais de quelle main, la gentille je crois.
    Qu'il comprenne que je retiens l'idée mais qu'un détail foire le plan d'ensemble. Merci quand même.
    Je me détourne de lui pour de bon et entame de remonter l'allée de leur pelouse frontale à pied.
    J'entends la porte se refermer derrière moi, emportant une précieuse information dans son vacarme.

    Merde, la frustration reprend, comme quand j'ai réalisé l'autre fois que je ne pourrais pas aller en prison.
    Je pivote d'un pas magnifique, presque déçu de n'avoir aucun témoin cette fois tellement la boucle est nette.
    La porte, à nouveau. Je la gratte du bout d'un ongle rongé (ou arraché ?) en attendant le retour de flamme.
    On ne m'ouvre pas et le manque flagrant de politesse ne me choque pas. Je suis chez un génie après tout.

    - Hé, petit ? je beugle à travers le trou de la serrure.

    J'essaie d'y jeter un œil (au sens figuré, toujours) mais rien ne vient. Je sens pourtant l'énergie de son pouvoir alentour.
    Il m'entend le bambin et a surement entamé la partie de cache-cache que nous avions planifiés l'autre jour. Elle attendra.
    Je ne voudrais pas le décevoir mais les comptines et les couches, j'ai oublié. Je veux juste ma petite info, rien de plus.
    Re-gratter la porte suffira peut-être. Je la martèle de coups de poings imaginaires. Dans ma tête, impossible de les manquer.

    - Je ne sais toujours pas où est Cam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Lun 22 Déc - 2:06

    Je luttai difficilement contre la colère, je devais maintenir le feu en moi. Ne pas laissait ma fureur brûler un homme qui demandait juste des nouvelles de mon père, même s'il était fou, même s'il était casse-pied. Je serais des tonnes de choses, mais je me devais de rester fort. Et céder à ma colère n'était ni plus ni moins qu'une faiblesse.


- Merci du conseil. Dit-il en hochant la tête.

    Il se foutait vraiment de moi, non? Qu'est ce qu'il voulait dire par "merci du conseil"? Ça l'amusait de savoir mon père en prison? Cet homme était insupportablement bizarre, et plus vite il partirait, et mieux je respirerais.
    Il me pointa du doigt, comme s'il appréciait l'idée et qu'il la gardait en mémoire. Mais quelle idée? Je lui annonçais que s'il voulait voir mon père, il fallait qu'il aille en prison, je ne lui proposais pas de se payer un voyage au Seychelles!

    Je fermai la porte tandis qu'il faisait demi-tour, libéré de l'énergumène qu'il était. Toujours en colère, je laissais enfin mes mains s'enflammer pour jeter la boule brûlante le plus fort possible à travers la fenêtre donnant sur le jardin, dans le salon. L'herbe avait l'habitude et les voisins ne se plaignaient plus, ils avaient trop peur de s'y retrouver.

    Je laissais couler en moi cette colère, celle de savoir qu'il n'était pas là, qu'ils l'avaient enfermés, qu'il n'avait rien fait. J'avais besoin qu'il soit là. Et qu'ils osent dire que c'était lui le monstre, eux qui avaient obligé un père à laisser son fils seul. Un jeune garçon orphelin de mère, devant en plus supporter l'absence pesante de la seule famille qu'il lui restait.

    L'envie de les saigner à blanc était de plus en plus forte. Aujourd'hui plus que d'habitude. Aujourd'hui et toutes les fois où un imbécile osait me rappeler qu'il n'était plus là. Me rappeler, comme si c'était un vide que je pouvais oublier...


- Hé, petit ? Entendis-je alors.

    Cette voix lointaine qui criait de l'autre bout de la porte d'entrée était facilement reconnaissable. C'était le retour de Psycho. Que me voulait-il, encore? Je m'approchai de la sortie du salon, et attendis entre le hall et la salle de séjour, l'écoutant gratter la porte d'entrée. C'était quoi son problème? Il ne pouvait pas frapper comme tout le monde?



- Je ne sais toujours pas où est Cam !

    J'étais tellement surpris que je ne réagis pas tout de suite. Avait-il un pois chiche à la place du cerveau, une mémoire défaillante ou avait-il réellement décidé de me prendre comme cible de ses blagues vaseuses? Cet homme était un cauchemar, et jouait littéralement avec le feu. Je m'approchai rapidement de la porte et l'ouvrit avec force.


- Dans le mot "prison", quelle son vous a échappé? Il est en prison, depuis plusieurs années. Donc foutez-moi la paix.


    Mon ton était hargneux, et ce n'était qu'à ce moment là que je me rendis compte de notre proximité. Et surtout, de mes mains en feu. Je fermai les yeux, exaspéré par ses traitresses qui s'étaient enflammées et je tentai de me calmer. Fermant les poings aussi fort que possible, je me forçai à rappeler les flammes.

    J'y parvins au prix d'un effort surhumain et rouvris les yeux, regardant mon interlocuteur. Qu'il ne soit pas surpris, il devait se douter de ce qu'il allait provoquer en me cherchant.

    J'étais étonné qu'il me reste encore de l'énergie après m'être laissais aller tout à l'heure, mais c'était à croire que ma souffrance et ma haine ne souffraient aucune limite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Lun 22 Déc - 3:24

    Courbé vers la serrure qui ne me renvoie qu'un noir opaque, je ne désespère pas.
    Et j'ai raison comme à mon accoutumée, je sens le feu approcher à renfort de colère.
    Elles courent, les flammes qui vont bientôt lécher les contours de cette maison...
    L'absence de maîtrise est flagrante mais le temps est encore jeune, il apprendra. Ou pas.
    Et puis paf ! avant que je ne puisse frapper à nouveau, le souffre profite à l'obscurité.

    - Dans le mot "prison", quelle son vous a échappé? Il est en prison, depuis plusieurs années. Donc foutez-moi la paix.

    Pas content lui... Quand je le dis. Je souris sans retenue à la vue de sa démonstration de force.
    Une flammèche crache un éclat de chaleur sur ma veste qui s'embrase tranquillement.
    Je laisse mourir son affront puisque la sauce ne prend pas. Le garçon se maitrise à nouveau.
    S'il s'agit d'un rituel, il me faut lui faire étalage de mes pouvoirs à mon tour. Méprise ou non ?
    Pas de réponse. Je fais simplement deux pas en arrière en m'inclinant vers l'avant, jolie courbette.
    J'écarte les bras dont les extrémités accueillent des lames d'argent. Un lame dans chaque main.
    De ma main droite, j'imite un claquement de doigt et un sifflement aiguë déchire l'air. Mon truc.
    J'offre un clin d'œil à mon unique spectateur, préambule du petit spectacle à venir. Gratuit aussi.
    Enfin, je clos véritablement mes paupières. Je ressens la chaleur de son pouvoir plus nettement.
    S'il ne bouge pas, tout ira bien. Je suis resté suffisamment de temps sur ce perron pour réussir mon coup.

    Je lève le bras par soucis du détail avant de l'abaisser dans un claquement sourd. J'ouvre un œil, tricheur.
    La première lame est exactement là où je voulais qu'elle soit, je garde la seconde en main un instant encore.
    Et puis pourquoi faire ? Cette fois suffira. Je me redresse et ressens une vive douleur à la lèvre en l'étirant.
    Mauvais présage. La douleur est là, la folie s'estompe. Ma terrible cécité a au moins pour mérite de m'anesthésier.
    Je mets la fraicheur de mon second poignard à bon hessien en le plaquant contre ma lèvre endolorie.
    Le gamin n'a pas bronché et le premier couteau retient fermement une mèche de ses cheveux contre la porte.
    Je m'approche de lui, il devance mon geste en portant sa main à l'arme blanche. Je retiens son poignet.

    - Relax, y'a pas le feu... je souris en essuyant un nouveau pic de douleur.

    Je retire le poignard d'un geste nerveux, toute folie envolée. Ma femme. Ma fille. Songes d'une vie foutue...
    Dieu sait ce qu'a subit l'enfant en face de moi. Et je me doute que mon alter-ego n'est pas étranger à son trouble.
    Nul doute en épiant ses gestes, Psycho est passé par là, je tiens encore sa signature entre mes doigts. Fou du roi.
    J'essaie d'afficher l'air qu'il utilise le plus souvent, pourvu que la folie revienne vite et achève mon émoi...

    - Tu as un prénom ? je souffre dans un murmure en m'écartant de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mar 23 Déc - 18:49

    C'était lorsque je tentais d'apaiser les flammes de la sorte que la vérité m'assaillait: je n'étais pas mon père et n'étais pas aussi doué que lui. Petit écho de tout ce que pouvait être le grand Cameron Peace, j'avais presque peur d'usurper son surnom.
    Non, c'est bon, le feu s'est éteint, je pouvais encore prétendre lui ressembler.

    Psycho semblait bien s'amuser du spectacle. Ne faisant même pas attention à l'information que je lui avais donné, il recula et se courba. Le clown avait encore oublié son nez rouge, mais la représentation était déjà intéressante. Bras tendus, deux lames sortirent de ses manches... Il allait répondre à ce qu'il considérait apparemment comme une attaque.

    Je ne savais même pas si j'avais peur. Je ne suis pas sûr que j'en ai eu le temps. Déjà, il fermait les yeux et une de ses deux lames volait vers moi. La vitesse avec laquelle elle arrivait empêchait toutes échappatoires et je me rendais compte que s'il m'avait visé, je serais mort. Impressionné, je gardais cependant le masque de l'impassibilité et du mépris. Doué avec des armes ou pas, il restait l'emmerdeur qui parlait de mon père sans vergogne.

    Et ça, ça ne m'amusait pas.

    Alors qu'il s'approchait de moi avec un rictus à demi caché par sa deuxième lame, je levai la main afin d'enlever le couteau qui emprisonnait mes cheveux contre la porte, mais il me devança. Attrapant mon poignet, il murmura en souriant:


- Relax, y'a pas le feu...


    Son jeu de mots ne m'amusait pas.
    Quelque chose avait changé dans sa façons d'être dans son regard, je le voyais maintenant qu'il était près de moi. Son sourire se transformait en grimace de douleur, ses gestes étaient nerveux, ses yeux me détaillait comme s'il ne m'avait jamais vu...
    Mais je m'en fichais.

    Il pouvait être n'importe qui, qu'il s'en aille, il avait son information, il savait que je n'étais pas la personne qu'il voulait voir et qu'il ne la trouverait pas ici. Qu'il parte, mais qu'il ne s'approche pas de mon père. Un expert en armes blanches était assez dangereux comme ça, pas besoin d'y ajouter de la schizophrénie en plus.

    Il afficha à nouveau sur son visage l'expression de l'emmerdeur, mais le ton n'y était pas lorsqu'il me demanda :


- Tu as un prénom ?

    Le regardant reculer, j'analysais la situation. Que me voulait-il encore, pourquoi continuait-il à m'adresser la parole. Je n'étais revenu que parce qu'il m'avait fait perdre patience. Ses jeux débiles ne m'intéressaient pas. Je ne voulais pas être son ami.

    Quelque soit le Psycho qui me parlait, l'emmerdeur rôdait, j'étais sûr qu'il reviendrait sans crier gare.

- Comme tout le monde. Répondis-je en le regardant droit dans les yeux.


    Oui, j'avais un prénom, mais je ne le dirais pas. Certainement pas lui, j'étais déjà malade à l'idée qu'un fou dangereux connaisse celui de mon père. Je ne jugeais pas, je constatais. Psycho n'avait pas volé sa réputation. Que mon père s'acoquine avec lui me dépassait, alors qu'on n'attende pas la même chose de moi.

    Il pouvait me menacer avec toutes les armes qu'il possédait, la peur ne serait pas ma maîtresse. J'étais plus fort qu'elle. J'étais plus fort que toutes ces personnes qui y succombait. Elle était là à me tourner autour, attendant que j'abaisse mes barrières, me frôlant, m'attendant. Mais je ne céderais pas.

    J'étais Warren Peace, Pyroman et la peur ne gagnerait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Sam 27 Déc - 19:42

    Redevenu le paria, incapable d'incorporer la moindre société pré-construite, je me perds.
    Pourvu qu'il revienne vite, la folie aux trousses. Je refuse de voir net lorsque je ne suis pas seul.
    J'ai construis mon propre monde dont les barrières s'affaissent lâchement quand meurent les fous.

    - Comme tout le monde.

    J'aimerais sourire mais la douleur interne est suffisamment vive pour m'en dissuader.
    Sa répartie est plaisante, je ne lui dirai évidemment jamais. Mais, le fait est. Il est.
    Je ne sais plus pourquoi je suis ici, seule une certitude demeure : Cameron Peace.
    Le père du gamin, je l'ai connu. Un type bien, il massacrerait celui que je suis devenu.
    Il essaierait du moins, pense la bête. Quand bien même, je tente à nouveau l'expérience.
    Feignant de masser ma joue, je masque mes lèvres et les étirent doucement... raté.
    La souffrance m'arrache un rictus de douleur, il reviendra. Il me faut meubler.
    Je préfère me tenir éloigner des affaires qui l'occupent. Moi je mène ma survie bon train.
    Aux dépends des autres, mais qui s'en soucie ? Les héros préfèrent leur étoile aux innocents.

    - Mmh...

    Comme tout le monde. Son prénom... j'essaie de dépoussiérer le souvenir qu'a laissé son père en moi.
    Je ne l'ai connu de renom seulement, lorsque, tranquillement installé avec sa famille, il était mon reflet.
    Père, époux, veuf, vilain. Nos parcours sont similaires. J'ai seulement eu la chance de ne pas me faire prendre.
    Serait-il le même que moi sans les barreaux ? Non, son enfant n'est pas mort, à lui. Nous aurions du changer nos places.
    Par soucis d'équité, la justice si elle existait m'aurait enfermé à sa place, m'empêchant de saigner des familles à blanc.
    Défaits de dieux, de croyances, de lois ou de supérieurs... nous sommes les animaux rois de cette jungle ambiante.
    Quel prénom sa mère a-t-elle donné au bambin ? Je le sais, j'en suis sûr. Je connais la nom accroché à ce visage.
    Ma femme m'en parlait, joli prénom pour un garçon... elle aimait ce nom, quel est-il ? Je le sens, il est là. Je le sais...

    - Qui est là ?

    Oh... le petit flambeur, toujours. Liam ne l'a pas bouffé dirait-on, incapable ! Mon come-back est imperceptible.
    Il aura au moins apporté la pièce qui me manquait, pour quoi faire ? C'est un secret. Les tombent ne parlent pas.
    J'ai envie de jouer, la décharge nouvelle que provoque son feu en moi attise mon semblant de vie, il faut jouer.

    - Bon alors, quand sort le papa Warren ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 4 Jan - 22:38



    Attendant qu'il daigne enfin partir, je restais en face de lui, hostile. Il n'avait réellement aucune raison de rester, puisqu'il était hors de question de construire la moindre entente entre lui et moi. C'était un emmerdeur, mais il avait l'air assez futé pour comprendre qu'il n'avait plus aucune raison de rester.

- Mmh... Dit-il après s'être massé la joue.


    Réponse très pertinente, vocabulaire très bien choisi. Rien d'autre à ajouter? Et bien je ne vous retiens pas.
    Pourtant il était là, en proie à une intense réflexion. Essayait-il de faire revenir en mémoire ce prénom qu'il n'avait probablement jamais su?
    A quoi bon, puisqu'il était évident que je ne voulais pas le lui dire. J'allais ouvrir la bouche et lui demander de partir, puisqu'il ne voulait pas comprendre les signaux que je lui envoyais, quand il m'interrompis.

- Qui est là?


    Je fronçai les sourcils et regardai derrière lui puis derrière moi, mais il n'y avait personne. J'avais pensé que peut-être il avait entendu des pas. Mais même pas, il jouait encore tout simplement. A cours de patience, je soupirai. Qui a permis à un tel gamin d'atteindre l'âge adulte? Je n'étais vraiment pas d'humeur aux enfantillages, il ne pouvait pas aller embêter quelqu'un d'autre? Ce quartier était plein de personne prêtes à s'amuser avec lui.

- Bon alors, quand sort le papa Warren ?

    Je grognai. J'en avais assez qu'il parle de mon père avec autant de désinvolture. L'emmerdeur ne pouvait même pas prétendre arriver à la moitié de la cheville de ce que pouvait être mon père. Il lui devait littéralement le respect.
    De plus, cet homme était vraiment le pire des abrutis. Pourquoi me demander mon nom s'il le connaissait?

    Je fis un pas vers lui, menaçant. Je savais qu'il n'avait pas peur de moi, mais je n'étais vraiment pas prêt à m'écraser devant lui. Les sourcils toujours froncés j'essayais de réguler ma respiration. Il me provoquait, il voulait que je m'enflamme à nouveau, mais je ne perdrais pas mon sang-froid, il ne le méritait pas. Je devais rester maître de moi-même.


- Et si vous partiez, maintenant? Sifflai-je.


    Qu'il fasse preuve d'un peu de bon sens. Je bouillonnais, là. Je ne pris même pas la peine de savoir comment il connaissait mon prénom. Tout ce que je voulais, c'était qu'il nous oublie mon père et moi, afin d'avoir une bonne raison de nous déranger, quelque chose d'important à dire.

    Mais je n'étais pas un partenaire de jeux. Je n'étais pas un partenaire tout cours. Je demandais juste à ce qu'on me laisse tranquille.



    [Désolée, cette réponse craint un max, mais tu m'as bloquée^^
    J't'aimeuh.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Lun 12 Jan - 17:00

    - Et si vous partiez, maintenant?

    C’est vrai, pourquoi pas ? Ce serait ça alors le nouveau tournant du jour ?
    Pas complètement fou comme théorie à vrai dire, et si je partais… je pourrais.
    Et c’est peut-être parce que j’en suis capable que la proposition ne tente personne.
    Pas même moi, pourtant disposé au n’importe quoi mais principalement au défi.

    - Tu sais que ma mère est morte, à moi aussi ?

    Bien sur qu’il ne le sait pas. Comment le pourrait-il ? Les chroniques de ma vie n’existent pas.
    Quand bien même elles seraient changeantes et leur véracité serait perpétuellement suspicieuse.
    Mensonge, tyrannie, aveu ou mentir-vrai, qui se soucie de ces détails au royaume des cieux ?

    - Tu ne deviendras pas comme moi, t’inquiètes, j’ajoute dans un sourire franc.

    J’espère surtout ne pas mentir pour une fois, je ne souffre d’aucun rival dans ma furie.
    Furie ouais… je suis la réincarnation d’une de ces dégénérées, moderne Tisiphone.
    Et puis cette tragédie n’est pas de celle que l’on répète, il lui manque ce dont je joui.
    Une erreur comme celle-ci ne se reproduit jamais deux fois. Espérons mes frères.
    Avec le père qu’il a, puisqu’il en a un, les chances sont minces toutefois, il ira bien.
    Qu’est-ce que ça peut me foutre ? Désolé pour vous ? C’est triste, partez maintenant ?…
    Allez, lâche quelque chose petit, qui sait quelle pensée te bouleversent ? Et si il dansait ?

    - Et ça pourrait être vrai en plus.

    Oups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Jeu 15 Jan - 16:31

    Je pouvais parler à un mur que ce serait exactement pareil. Il n'en avait rien à faire, il avait apparemment prévu de rester là longtemps.

    Je n'aurais vraiment du ressortir. J'avais été un imbécile qui était tombé dans son panneau. La patience était apparemment un luxe que je ne pouvais pas me permettre de me payer. Et si j'apprenais? Il me suffirait peut-être de faire semblant de ne pas l'écouter. Et si je rentrais chez moi et le laisser seul sur le pas de ma porte? C'était une idée, une très bonne idée même.

    J'allais d'ailleurs faire demi-tour, mais j'avais à peine amorcer un geste quand sa phrase claqua, assassine :


- Tu sais que ma mère est morte, à moi aussi ?

    J'aurais pu être en colère, c'était d'ailleurs exactement ce que j'aurais pensé être. J'aurais pu le brûler vif pour avoir osé parler de cette chère mère qui me manquait tant. J'aurais pu être ou faire une tonne de chose, mais j'étais juste pétrifié, horrifié, incapable du moindre mouvement.

    Ma mère, maman... Que croyait-il prouver en me frappant avec cette anecdote? Établir un lien entre nous deux? N'avais-je pas laissé entendre que c'était impossible? Lui et moi? Nous n'avions rien à voir l'un avec l'autre. Quand bien même je rêvais de faire mordre la poussière au monde entier, j'étais tout juste capable de casser des vitres et de noircir de l'herbe.

    Aucune ressemblance entre lui et moi, ressentir la même douleur ne saurait jamais nous rapprocher.

    Mes parents étaient le centre de mon existence, le manque qui régissaient ma vie, et lui arrivait sans son nez de clown et salissait la mémoire de l'une après avoir manqué de respect à l'autre.

    Et moi, je ne bougeais pas. Interloqué, surpris par tant de culot. J'avais bien compris que je ne lui faisais pas peur, mais là, tout de même, c'était tout simplement de l'inconscience, de la folie ou je ne savais quoi d'autre. Je ne devais pas le laisser parler de ma mère, jamais.

    Il fallait que je me reprenne. Qu'il souffre pour avoir prononcer la moindre lettre la concernant. Mais rien, j'étais vidé.

    Tout ça pour quoi? Parce que j'avais la sensation qu'il l'avait connue. Lui, n'avait pas seulement connu mon père, mais également ma mère. L'ange qui aurait du bercer mes nuits et dont j'étais incapable de me rappeler. Peut-être l'avait-il déjà vue.

    Je refusais de croire que cet homme, considéré comme le chef des Vilains ait osé connaitre ma mère. Non, il n'avait pas le droit de la connaître. Il ne la connaissait pas d'ailleurs, tentai-je de me persuader. Il a juste entendu parler e sa mort. A l'époque, cela avait fait beaucoup de bruit.

    Mais pourquoi l'emmerdeur serait-il au courant de la mort de ma mère et pas de l'emprisonnement de mon père?

    Emporter dans mes réflexions, je ne l'écoutais plus, je savais qu'il parlait, mais j'étais parfaitement incapable de savoir sur quoi portaient ses nouvelles élucubrations. Qu'il se taise, qu'il parte. Qu'il parte !


- Ca pourrait être vrai en plus. Fut la seule phrase que j'entendis.

    Je retrouvai alors l'usage de mes membres et une haine pure m'envahit alors. Ca y est je ressentais cette colère, ses paroles avaient fini de faire leur chemin, le monde se remettait à tourner.

    Je prenais sa dernière phrase comme une insulte contre ma mère. Et quoi, maintenant? Il s'inventait un deuil, ou quoi? Mais qu'il aille au diable! Savait-il seulement la morsure que pouvait provoquer une telle souffrance? Si oui, il semblait ne pas en faire cas. Aucune importance pour lui. Il voulait jouer, mais il y avait des sujets sur lesquels on ne rigolait pas. Personnellement, peu de sujets me faisaient rire d'ailleurs. Je n'étais pas le partenaire de jeu qu'il fallait.

    Ma main partit toute seule, je ne répondais plus de moi. J'en avais terminé avec les réflexions interminables. Mon poing vola donc jusqu'à sa bouche. Il n'eut même pas le temps de s'enflammer. Il s'agissait juste d'un coup de poing rempli de force, comme je n'en avais jamais mis. Il recula. J'avais frappé fort.


- Bordel! J'vous ai demandé de vous barrer! Ne parlez pas de ma mère! Ne parlez pas de mon père! Ne me parlez pas! Partez, c'est tout! Partez!
Hurlai-je, en écartant les bras en signe d'incompréhension.


    Était-ce si difficile à comprendre? Allait-il me torturer encore longtemps? Je passai une main sur mon visage fatigué. Qu'allait-il encore inventer pour me faire sortir de mes gongs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 18 Fév - 14:18

    - Bordel! J'vous ai demandé de vous barrer! Ne parlez pas de ma mère! Ne parlez pas de mon père! Ne me parlez pas! Partez, c'est tout! Partez!

    Wouh ! Et là, il a frappé ! Ou avant, peut-être... on s'en tape, le spectacle s'échauffe enfin !
    Je me redresse sans avoir le souvenir de m'être penché, peut-être m'y a-t-il contraint.
    Empreint d'une sincérité féroce, je laisse le rire qui ne demande que ça, s'exposer à lui.
    Je ris parce qu'il a frappé là où la souffrance était déjà maximale, ratant son coup.
    Je me marre parce que j'aurais réussi à réveiller le démon chez l'enfant béni, aussi.
    Et je rigole parce que Liam n'en a pas envie, surtout parce qu'il préfèrerait pleurer.

    Quoi qu'il en soit et sans me reposer d'avantage sur la question, je me marre haut et fort.
    Il m'aura fallu quoi, dix minutes à peine pour aliment l'expérience de mon cobaye ?
    Merci petit, tu as rempli ton rôle à merveille, tu feras partie des gentils, officiellement bientôt.
    Je sais maintenant et peux le penser pleinement que je n'affectionne pas particulièrement
    la manière douce et tout ce qu'elle engendre en réflexions et paroles évanouies dans le vent.
    Mais la vérité est là, il est tout à fait possible de blesser avec des mots, toujours bon à savoir.

    Les jours où la patience m'en dit, je peux ajouter un muscle à ma panoplie d'armes: ma langue.
    Excellent quand on y songe, l'impact que peut avoir le bruit pour peu qu'il atteigne la bonne cible.
    Pourquoi se mettre dans pareil état, hein ? Le mot est parti, ça y est, aussi vite mort que prononcé.
    J'ai lâché la phrase comme j'aurais pu lancer un explosif bon marché, sans savoir qu'elle était empoisonnée.
    Parce que seul le poison a des effets à longs termes, n'est-ce pas ? Les plaies cicatrises, les blessures se ferment.
    Mais la violence des mots ne s'atténuent pas pour peu qu'ils imprègnent des souvenirs. Magnifique trouvaille !

    Je ne la connais pas moi, sa mère. Je ne savais pas même qu'elle était morte et puis qu'est-ce que j'en avais à foutre ?
    Si la réaction n'avait pas été celle-ci, j'aurais surement tenté une approche différente, sur ses frères et sœurs.
    Ou peut-être aurais-je abordé la piste de son esprit étriqué et ses pensées furibondes juste ensuite. Mon pantin.
    Je parle de papa et on me brûle, il suffit qu'on mentionne maman pour s'en prendre une. Les enfants sont transparents.
    Il défend les siens, cela doit compter en sa faveur surement; mais à quoi bon pleurer sur un souvenir terne, hein ?
    J'apprends ce soir les amis, j'apprends et dispose d'une toute nouvelle arme ! Il suffit de lire les gens et le tour est gagné.
    Et je sais à présent qu'ils sont faciles à comprendre, ceux d'en haut, les privilégiés geignards et incompris. Bouh bouh.

    - Et bah voilà, c'était pas compliqué, mmh ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 25 Fév - 0:43

    Ce mec là ne comprenait décidément rien à rien. On le frappait, il souriait, ou lui demandait partir, il restait, on ne lui disait pas son nom, il le trouvait... Non, mais je restais sur ma position, ce mec était un emmerdeur de première. Je ne savais plus, je crois que je tremblait encore. Je ne m'en occupais pas, je devais contenir le feu, pour le moment.


- Et bah voilà, c'était pas compliqué, mmh ?

    Mais... Mais de quoi, il parlait? Je me passais une main sur mon visage, excédé, puis me tins le menton. D'habitude incompris, j'étais celui qui comprenait que dalle, aujourd'hui. Et je n'aimais pas ça.

    Qu'est ce qui n'était pas compliqué? Je venais de lui dire de dégager, je n'avais pas cessé de le répéter. J'étais on ne peut plus clair, moi. Donc qu'est ce qui n'était pas compliqué? Ce n'était pas lui, ça c'était clair.


- Mais de quoi vous parlez?


    N'avait-il pas fini de jouer avec moi? Il venait pour un renseignement, il l'avait, et maintenant, il continuait de m'emmerder avec des propos qui n'avaient ni queues ni têtes, qui ne voulaient rien dire les uns avec les autres.

    Etait-ce son but : me pousser à bout? Etait-il fier d'avoir mis en colère le garçon le plus révolté de toutes la ville? Faible victoire, qu'il essaie sur des gens moins volcaniques. Le fait était là, tout le monde savait ce que je vivais, où tout du moins, tout le monde voyait. Tout le monde savait que j'étais colérique. Ce n'était pas une première.

    Je l'avais toujours été, avec tout le monde. Enfin presque. Il suffisait de ne pas me prendre pour un con, ou de ne pas me juger sur la couverture pour que je ne m'énerve pas. Donc autant dire que les raisons de me mettre hors de moi étaient nombreuses, et bizarrement, toutes liées les unes entre les autres.

    Je ne voulais pas de sympathie, mais qu'au moins on me foute la paix. Il suffisait de ne pas respecter cette envie et je le prenais mal. Alors si en plus on mettait mon père et ma mère sur le tapis... Non, il m'en fallait peu.

    Alors si son but était vraiment de m'énerver. Alors, il n'avais aucune ambition, le clown.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 25 Fév - 16:11

    Si, ça devait l'être alors. Compliqué...
    Remets-toi petit, ton service est rendu.
    Là, je vais rouler-bouler pour partir.
    Ou marcher, peut-être bien. Pas décidé.

    - Mais de quoi vous parlez?

    Heu... moi ? Mais là je pensais seulement, monsieur l'agent.
    Tant que les mots sont dans mon crâne, tu ne vas pas me taper.
    Pas de bruits, chut, je m'éclipse à pas lents et mesurés.
    Allez, pas chiche de lui répondre, finalement ! Je pari !
    Moi ? C'est ce qu'on verra. Alors, de quoi je parle, déjà ?

    - Je parle du temps qu'il fait et de celui qu'il fera, selon moi. D'ailleurs je pense qu'il va pleuvoir, tu devrais mettre tes petites fusées et tout ça à l'abri. Je parle de ta maman et ton papa, et bon je crois que ça te plait pas vraiment, rien qu'à voir tes p'tits yeus cruels... Mais la plupart du temps, je parle de ma condition irrécupérable de vilain, vilain, vilain assassin confirmé, fou furieux sans parvenir à le regretter, tu vois mon soucis ? Et puis il m'arrive de parler de l'autre, quelque fois, et des petits problèmes que ma passion déchaine. En vérité je parle surtout de conneries que j'oublie la minute d'après, donc tu vois, je préfère brasser du vent, comme ça.

    Et là pour l'idée, je remue vraiment ma main devant lui.
    L'effet aurait été un peu pimenté, avec un couteau, dommage.

    - Je parle vite aussi, de tout mais surtout de n'importe quoi. Je peux parler des brasiers ou des orphelins, c'est comme tu le sens. Mais en fait, j'ai oublié ta question alors je crois que... comme tu t'en fous probablement autant que moi... enfin que mes moi, tu vois ?... Non, tu vois pas. Bon, bon, je vais m'en aller de ce côté cette-fois.

    Oui, par la droite pour changer, parce que je le sens bien comme ça.
    A moins que... oui ? Des questions dans l'assemblée ?
    C'est par là, tu vois ? Qu'il est bête ce bambin quand même.
    J'ai beau lui pointer du doigt la direction que je vais suivre, il percute pas.

    - Ah, pardon. Ici c'est ton salon.

    Tu la vois ma main qui monte et qui descend ?
    Elle rigole à ma place pendant que j'oublie tout ce que j'ai dis.
    Et si j'allais dans les bois, moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Ven 27 Fév - 23:47

- Je parle du temps qu'il fait et de celui qu'il fera, selon moi. D'ailleurs je pense qu'il va pleuvoir, tu devrais mettre tes petites fusées et tout ça à l'abri. Je parle de ta maman et ton papa, et bon je crois que ça te plait pas vraiment, rien qu'à voir tes p'tits yeus cruels... Mais la plupart du temps, je parle de ma condition irrécupérable de vilain, vilain, vilain assassin confirmé, fou furieux sans parvenir à le regretter, tu vois mon soucis ? Et puis il m'arrive de parler de l'autre, quelque fois, et des petits problèmes que ma passion déchaine. En vérité je parle surtout de conneries que j'oublie la minute d'après, donc tu vois, je préfère brasser du vent, comme ça. Je parle vite aussi, de tout mais surtout de n'importe quoi. Je peux parler des brasiers ou des orphelins, c'est comme tu le sens. Mais en fait, j'ai oublié ta question alors je crois que... comme tu t'en fous probablement autant que moi... enfin que mes moi, tu vois ?... Non, tu vois pas. Bon, bon, je vais m'en aller de ce côté cette-fois.

    Je promets que j'ai essayé de comprendre, mais à la vérité, j'ai décroché quand il s'est mis à secouer sa main. Il ne répondais pas à ma question. Pire, il m'embrouillait carrément dans un flot de parole rapide et complètement incohérent. J'avais posé une question simple, pourtant, non?

    Il lui suffisait juste de dire ce que ça signifiait. J'étais choqué, je crois. Ce mec me décourageait, il avait vraiment, vraiment décidé de m'emmerder. Donc soit le gars était là sans aucune autre raison que faire chier son monde, ce qui était parfaitement probable, vu comme il était timbré, soit il me prenait pour le dernier con, soit il avait un but derrière la tête. Dans tout les cas, il m'énervait. Encore, toujours.


- Ah, pardon. Ici c'est ton salon. Dit-il avant de de lever et baisser sa main dans un geste moqueur.

    Hein? quoi? Mon salon? Non, mais pourquoi il me parlait de mon salon, celui là? C'était mon salon, ma maison, mon allée. Le sol qu'il foulait m'appartenait. Il croyait quoi, le clown? Qu'il était chez lui? Je n'arrivais vraiment pas à le comprendre, le bouffon du roi.

    Il avait parlé, m'avait saoulé et ne m'avait même pas répondu. Ensuite, il s'était foutu de ma gueule. Et moi... je brulais de colère. Comprendrait-il quand il aurait poussé le bouchon trop loin, ou devrais-je lui envoyé un signe avant. Non parce que si c'était le cas, le signe, je ferais mieux de lui envoyer tout de suite, parce qu'il n'était plus très loin de me faire perdre le contrôle de moi-même.

    Il avait intérêt à avoir une bonne raison d'être ici. Autre que celle de savoir où se trouvait mon père, qui n'était décidément pas une bonne raison. Autre que celle de me casser les pieds, qui était certainement la pire des raisons. Autre que celle de se prouver qu'il pouvait me mettre en colère, ce qui était la plus stupide des raisons.

    J'avais beau vouloir qu'il parte, il était hors de question qu'il le fasse avant qu'il m'ait expliqué le but de tout ça, le motif de sa venue et surtout, pourquoi me faisait-il perdre mon temps avec ses conneries.


- Vous n'avez pas répondu. Pourquoi-vous êtes là?
Demandai-je lentement après avoir pris une profonde inspiration.

    Je crois bien que ma voix tremblait tout autant que le reste de mon corps. Le voila ton signe, idiot... attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Lun 2 Mar - 20:21

    Ouais, les bois ça me tente bien, va savoir pourquoi.
    Les arbres n'aiment pas les couteaux, pourtant.
    Une forêt, c'est truffé de secrets, j'en tuerai deux trois.
    Quel meilleur moyen pour ça que d'hurler une fois démasqués ?
    Faisons ça, lui et moi. Cette fois, il ira où j'irai. Aaah, la folie !

    Sinon, je m'en vais par où moi maintenant ? Ton aide serait la bienvenue Rooney.
    Pourquoi ils t'ont appelé comme ça tes ancêtres d'abord ? Pauvre gamin.
    J'te jure, les parents sont irresponsables de nos jours, rien ne va plus.
    Tu as fait tes jeux, j'espère. La roue tourne et bla et bla et bla, aussi.
    Ce qu'il te faut, c'est trouver l'arbre le plus vert de tous les arbres,
    le ciel des cieux, la boue de la boue, le vent des ouragans...
    Tu me suis ? C'est ça, qu'il te faut, puis tu me montreras la sortie.
    Pas que je m'ennuie hein, non, mais bon, j'ai à faire... des choses.

    Il faut que je précise, quand même, parce que faute de cœur, j'ai une tête.
    L'arbre vert, c'est pour le cramer, le ciel c'est pour voir monter la fumée,
    la boue c'est pour te cacher et le vent pour répandre la terreur alentour.
    Bon plan, non ? Si, tu avoueras plus tard que tu en crèves d'envie.
    Donne-lui le nom que tu voudras à ce plan foireux, c'est comme tu veux.
    Le Plan Rooney c'est pas fameux, tu sais, sans vouloir t'offenser.
    En fait si, c'est t'offenser que je veux, pour retrouver ton air outré.
    Allez boude petit, boude. Peut-être que tu le crameras, ce monde.

    - Vous n'avez pas répondu.

    Fort, j'ai un appel en attente maintenant...
    Bon, laisse-moi te l'épeler : je n'ai pas de téléphone !
    Putain c'est aussi dingue que moi ce truc-là.

    Pourquoi-vous êtes là?

    On est déjà aussi intimes que ça, alors ? J'ai du dérayé une seconde.
    Et par "dérayer" j'entends céder mon corps... à Liam le trop lucide.
    J'en ai manqué des étapes visiblement, et plusieurs d'un coup.
    Pourquoi je suis là ? Pourquoi moi et pas un autre, dans ce cas ?
    C'est vrai ça, pour quelles raisons valable a-t-il fallu que je gagne ?
    C'est cool on notera, démarrer sa vie en gagnant une course, pas mal.
    Mais merde quoi, pauvre monde quand on le voit... pour quoi ?

    - J'en sais rien Rooney, peut-être que je cherche dans mon isolement comme un retour sur mon moi intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Ven 6 Mar - 11:24

    J'allais finir par perdre patience, je n'étais plus très loin. Peut-être que c'était ce qu'il voulait après tout, mais je devais lutter. Je ne voulais pas le laisser avoir cet impact sur moi. Mais bon sang, ce qu'il pouvait me faire chier!

    Il sembla réfléchir à ma question comme s'il n'y avait pas pensé avant. Il avait bien un but en venant, non? Avait-il choisi comme ça, une maison au hasard et c'était dit : "Tiens, c'est ici que je vais faire chier mon monde, aujourd'hui" ? J'avais pourtant l'impression qu'il cherchait mon père, au début.

    Avait-il déjà oublier pourquoi il m'emmerdait? Peut-être juste pour le plaisir. Les gens étaient vraiment incroyablement cons, quand même. Chacun à leurs manières, mais tous débiles.



- J'en sais rien Rooney, peut-être que je cherche dans mon isolement comme un retour sur mon moi intérieur.


    Si je n'étais pas en colère, peut-être que j'aurais ri. Ou pas. Encore une fois, il ne répondait pas à ma question. L'avait-il seulement compris. Etait-il con au point de ne pas avoir compris?

    L'ennui, chez ce mec, c'est qu'il avait l'air plus barge que con. Il devait sûrement le faire exprès. Il s'amusait? Il attendait quoi? Retour à ma première question : qu'est qu'il voulait de moi?


- Je ne m'appelle pas Rooney. Sifflai-je.


    Je soufflais doucement, tentant de réguler ma respiration. Mais c'était peine perdue. Je croisai les bras sur ma poitrine dans un ultime effort pour me contenir.


- Je vais poser ma question une dernière fois : Pourquoi êtes vous venu chez moi?


    Avant cet instant, je ne jouais pas. Mais maintenant, je jouais encore moins.




    Désolée, ma réponse craint, mais je suis en cours. lol (l'excuse bidon, genre c'est à cause de ça qu'elle craint)
    Bref, j'ai quand même décidé de faire avancer le TP, même si c'est nul. Tu rattraperas le coup.
    J't'aimeuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Dim 22 Mar - 0:03


    - Je ne m'appelle pas Rooney.

    Mais tu connais les basiques au moins, hein ? Tu sais jouer d'une guitare en feu avec les dents ?
    Sérieux mon petit, je te renie illico si tu refuses ton nom. Obéis à papa ou je me tape un vieux trip.
    Ô Rooney, renie ton père et refuse le nom qu'il t'a transmis... c'est ça, la vérité ? Tu as une Capulet ?
    Qui de nous soupçonnerait une telle idylle sous tes jolis cheveux méchés ? Surement pas moi, boudin.
    Le boudin ça se bouffe pas, sérieux, c'est fait pour qu'on lapide ceux qui sont allé le chercher, ouais.

    J'ouvre la bouche avec la ferme intention de parler. Le son est au fond, il arrive à la vitesse d'un éclair.
    Tu entends, la phrase qui arrive... attention, je vais parler, je veux parler, je parle dans trois... deux... un...

    - Je vais poser ma question une dernière fois : Pourquoi êtes vous venu chez moi?
    - Putain ! Ça te prend souvent de couper la parole aux gens, comme ça ?

    Il pourrait m'énerver l'enfant, à déranger l'ordre inexistant de mes pensées.
    Ma phrase s'est faite amputée, sans cérémonies d'adieu, elle a été remplacée.
    Dis-moi que tu regrettes maintenant, et peut-être pardonnerai-je tes écarts.
    Elle n'avait rien demandé à personne, en tout cas pas pour l'instant, ma phrase.
    Tout ce qu'elle voulait c'était exister, naitre pour être entendue, s'il vous plait.
    Mais c'était sans compter sur la présence de petit Peace, l'exterminateur de mots.
    Putain la pauvre, à peine pointait-elle la majuscule qu'on l'écorche vive, saignée.
    Et le pire c'est que personne ne saura jamais qu'elle a existé, parce qu'elle meurt.
    Alors il mérite bien un mémorial en son souvenir, ce bébé fantôme, ce martyre.

    - Je pleure ta disparition précoce et te promets d'honorer ta mémoire pour les ans à venir.

    Je me souviendrai de toi, de ta volonté à exister ainsi que de ta précoce disparition.
    À jamais dans nos cœurs, tu vivras éternellement sur le chemin du salut divin.
    L'espoir nourrit notre chagrin tandis que nous attendons ton pardon prochain.
    Je te prie d'excuser à Johnny les folies de son insouciance, il est trop fougueux.
    Peut-être revivras-tu lorsque l'époque se prêtera plus volontiers à ton accueil.
    Trop bien pour nous, tu n'auras finalement pas survécu à la cruauté du monde.
    Repose en paix, ma belle phrase isolée, sache que je t'ai toujours aimé... Amen.

    Mmh, petit, c'est à ton tour d'implorer son pardon, ou bien d'approuver, maintenant.
    Un Amen suffira, allez, nous prions le dieu des taille-crayons, bordel !
    Personne ne comprend, hein ? Tu ne piges rien, du haut de ton mètre quatre vingt.
    Vous faites chier, les jeunes. Et pourquoi tu sais pas lire les pensées, vaurien ?
    Amen, putain, amen ! C'est pourtant pas compliqué à saisir, deux pauvres syllabes...
    Le respect prend la fuite, des mioches l'effraient et c'est moi qu'on veut foutre en prison ?!

    Bon, d'accord, un prêté pour un rendu, alors. Je réponds, tu scelles la prière.

    - Pourquoi êtes-vous venu chez moi ?... il ne me semble pas avoir foutu un pied dans ta baraque, souffle-moi si j'me trompe.

    Maintenant il est l'heure. Dis-le. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 2 Mar - 13:21

    Depuis combien de temps sommes-nous là, devant le pas de ma porte à nous chamailler. Je me sens con, tout d'un coup, de répondre à la moindre de ses provocations. Je devrais l'ignorer. Et puis, au fond, qu'est-ce que j'en ai à foutre de la raison de sa venue ? En fait, c'est tout à fait ça : la vraie question n'est pas de savoir ce qu'il fait ici, mais de savoir ce que moi, je fais là. Pourquoi suis-je toujours devant lui ? J'admets avoir oublié, tant je suis paumé par son attitude. Et sinon, le CAP emmerdeur, il n'est pas trop difficile à passer ?


- Putain ! Ça te prend souvent de couper la parole aux gens, comme ça ?

    Hein ? Mais il ne parlait même pas ! Dois-je encore le répéter ? Je n'ai rien fait !

    Je soupire, je n'en peux plus, en fait, de lui. Je le regarde droit dans les yeux, bras croisés, attitude résolument hostile et intouchable. Un véritable travail de repli sur moi-même. Pense à ta mère, Warren, elle aurait voulu te voir rester fort. Pense à ton père, montre-lui que tu es digne de lui. Et à la première occasion, tourne les talons. Montre-lui ton dos et dégage de là. Et puis quoi, il me tuera ? Non, vraiment pas, peu importe pour quoi il est là, je le sais, qu'il n'est pas là pour ça. C'est pas un mode opératoire, ce qu'il fait là, c'est... je ne sais pas, et j'm'en fous, finalement.


- Je pleure ta disparition précoce et te promets d'honorer ta mémoire pour les ans à venir.

    J'arque les sourcils ; est-ce une menace ? Est-ce une manière détournée de me dire que je vais mourir ? Vas-y, je n'ai pas peur.


- Pourquoi êtes-vous venu chez moi ?... il ne me semble pas avoir foutu un pied dans ta baraque, souffle-moi si j'me trompe.

    Je souffle, comme il me l'a demandé, mais d'un rire dépité. Non, décidément, il n'y a rien à en tiré de ce vieux tonneau-là. Le vin dont il regorge est empoisonné. C'est comme essayer de parler à un parpaing ; tu le sais, pourtant, que ce n'est pas humain, ces choses-là. Alors je décroise mes bras dans un geste lent, enflamme mes mains pour plus de grandeur et pointe un doigt vers le monde, la-bas, plus loin.


- Du vent. Je dis en le regardant d'en bas.

    Et pour illustrer mes propos, c'est moi qui pars. Je me retourne, jurant, mais un peu tard, qu'il ne m'y reprendrait plus, le vieux renard.


Dernière édition par Pyroman le Mer 2 Mar - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 2 Mar - 16:27


    J'halluciiiine ce bon trip made in Peace, love et tout ce qu'on fait plus d'aussi mignon.
    Ma lèvre picote l'amen qui y dort encore et j'me demande si Rooney n'aurait pas grillé.
    Un fusible coincé au milieu de son cerveau barbecueté, un truc quoi, une anormalité.
    Et puis papa Cameron, où il est planqué ? Dans le frigo, hein ? C'est à parier.

    - Pourquoi êtes-vous venu chez moi ?... il ne me semble pas avoir foutu un pied dans ta baraque, souffle-moi si j'me trompe.
    Ah non, ça je l'ai déjà dit. On en était où, alors ?

    Oh, le feu ! Oui merci petit, c'est exactement ça. Je tapote des mains comme une fillette.
    Je bondirais sur place si j'pouvais mais ça gène un peu mes idées.
    Elles veulent d'autres trucs, des cracs, des tueries, des matraques.
    Son feu me dévore l'estomac, j'ai faim et son pouvoir n'aide pas.
    Il pique mes sens qui le possèdent un court instant et je me sens comme enflammé.
    Dangereux, puissant, énervé. Bon sang, je suis un Dieu.
    J'suis un élément, j'ai mal au temps. Bon Dieu, je suis en sang.

    - Du vent.

    Heu... "du vent" comme dans "bas les pattes" ? A moins que j'me plante de livre.
    Mais ça me ressemble pas, pas vrai ? Vrai ou faux ? Faut se lancer. Allez.
    Je l'ai foutu où, le bout de papier ? Et les promesses qu'on m'a faites ?
    Je sais lire, je jure. Et j'ai bien lu, de droite à gauche d'abord, c'est vrai...
    "eceaP ecnebizèR" ou a peu près, c'était pas terrible à priori, comme messager.
    Et puis vu d'une autre façon... j'avais une maison, un objectif : Résidence Peace.

    Je fouille les recoins de ma veste, les plis de mon fute, mes cheveux mais pas mon calbute.
    C'est dingue (pas autant que moi, attention, je gère mal la comparaison), je suis sur que je l'ai.
    Quelque part, cherche Coco, cherche... C'est important, ça te rendra ta maison. Allez...

    -Aussi belles soient tes flammèches, Néné -oui, c'est l'abréviation de Rooney- j'apprécierais que tu suspendes le numéro, les éléphants j'ai déjà donné. Non non, j'ai un truc à... te montrer.

    Tu as remarqué ce bref mais intense moment où j'ai arrêté de parler, juste là ?
    J'ai pas juste respiré non, j'ai fait plus que ça. Je l'ai retrouvé, ça y est.
    Dans ma main, la raison du pourquoi j'ai saigné à ta porte, petit homme.
    Un étrange papier comme on en a jamais vu et que j'ai lu sans capter.

    Je m'éclaircis la gorge bien fort et opte pour une position de confort statué.
    Le buste avant, de l'air pleins les poumons, je lis à voix haute leurs secrets.

    - J'ai trouvé ça ce matin chez moi : « A lire comme on le faisait, quand tu me prenais pour un agent secret : » Heu, là j'me coupe parce qu'il parait assez évident que c'est moi, l'agent. Mais, et crois-moi ça me fait mal au cul de l'avouer, j'arrive pas à déchiffrer le code et tous ces secrets. J'vais me faire virer, c'est sur... J'suis un agent de merde.

    Tu sens ma détresse, petite chose ? C'est mon job qui est en jeu là. Et y a rien d'écrit après.
    Juste des points et des putains de traits... quelques ratures, trop de secrets.

    - Tu piges un broc, toi ?

    Tendant le bras gauche bien en avant, j'exhibe à Néné le bout de papier, signé CP.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 2 Mar - 18:06

    Je me retourne, mais n'ai pas le temps d'arriver à la porte que sa voix m'interpelle de nouveau.


-Aussi belles soient tes flammèches, Néné, j'apprécierais que tu suspendes le numéro, les éléphants j'ai déjà donné. Non non, j'ai un truc à... te montrer.

    Peut-être qu'il la veut, sa viande de Psycho braisée ? A point, c'est ça ? Mes flammèches, comme tu dis, ne sont pas là pour faire le spectacle. Un jour, ces flammèches allumeront un feu de joie comme tu n'en connais pas. Je serai un héros, tu crois ? Si tu veux, mais avant ça, sauvez-moi, détruisez-vous. Tout ça, ça brûlera, avant la fin. Si tu penses que c'est digne d'un cirque, attends le numéro final, avant de critiquer. Tu ne sais pas encore ce que tu va manquer.

    Je soupire. Tout ce que je voulais, c'était qu'on me laisse tranquille, qu'on arrête de faire chavirer mon monde pour un oui. Putain, j'avais dit "non", moi, mais ça, tout le monde s'en fout. Tu as quelque chose à me montrer ? Et dis-moi, tu n'aurais pas vingt minutes de retard sur ton emploi du temps, dans ce cas ? Je fais mine de m'éloigner, guère intéressé, mais encore une fois, il trouve le moyen de m'arrêter.


- J'ai trouvé ça ce matin chez moi : « A lire comme on le faisait, quand tu me prenais pour un agent secret : » Heu, là j'me coupe parce qu'il parait assez évident que c'est moi, l'agent. Mais, et crois-moi ça me fait mal au cul de l'avouer, j'arrive pas à déchiffrer le code et tous ces secrets. J'vais me faire virer, c'est sur... J'suis un agent de merde.

    Putain... Voila, c'est ça, putain. Désolé, papa. Je sais, c'est mal de dire ça, mais putain, quoi. Cinq ans de silence et c'est comme si je t'entendais dire cette phrase. Non mais papa, c'est ça, pas vrai... L'agent secret, c'est toi ? Je me souviens alors de ces jeux d'enfants, ceux qui m'ont été arrachés... Je crois que tout se met à tourner, à moins que ce soit juste moi qui ai fait demi-tour pour récupérer ce papier. Et quand je l'aurais, il se passera quoi ? Je le lirai, et après ? Et c'est moi qui vais vite, ou est-ce que le temps s'est soudain accéléré quand j'ai arraché la feuille des mains du messager que je ne prends même pas le temps de remercier ? Tes états d'âmes, on s'en balance, tu aurais pu me le donner avant, ce papier. Et pourquoi, c'est lui, qui doit me le donner ? Je t'en supplie, papa, dis-moi que tu n'as rien à voir avec ce fou furieux...

    Alors que je me précipite à l'intérieur et que je claque la porte pour de bon, précieusement enfermé avec mon trésor, je me sens redevenir enfant. A notre époque à lui et moi. Quand j'étais vulnérable, et qu'il était là. Putain, c'est ça papa. J'ai juste à faire comme avant, et tu apparaitras, pas vrai ? Il me suffit d''allumer, et les mots se dessineront sur la feuille. Putain, mes yeux se brouillent, j'ai quel âge, déjà ?

    Je m'affale sur un fauteuil. Mes jambes tremblaient trop, debout, je n'en aurais pas été capable. Le crac : j'enflamme une de mes mains, à sa manière à lui, à moi et le message apparait alors que j'arrête momentanément de respirer.

    Ce sont les premiers mots de mon père en cinq ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 42

MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   Mer 2 Mar - 23:30


A lire comme on le faisait, quand tu me prenais pour un agent secret :


Je voulais que tu le saches avant les autres : ton père sort dans deux jours.
Ils estiment que ma dette est remboursée, mais j'aurai une interdiction d'exercer.
Je t'en prie Warren, ne viens pas à la prison ; là-bas ils t'emmerderont.


Tu te demandes surement pourquoi j'ai choisi ce type-là pour venir te trouver.
On s'est croisés il y a longtemps et il est le seul assez con pour se rendre jusqu'à notre maison.
Il est tellement fou qu'il sait plus ce qu'il fait, ni qui je suis. Je lui ai promis une connerie.
S'il t'a touché, c'est un homme mort.


Tu me manques chaque jour depuis le premier.
Joyeux anniversaires, joyeux Noëls, je suis fier de toi, je t'aime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman   

Revenir en haut Aller en bas
 

|- Que sont les louveteaux sans le chef de meute ? | Pyroman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SUPER NOUS :: - Sujets terminés-