AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nombre de messages : 756

MessageSujet: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Sam 20 Déc - 1:24

    Peut-être fait-il simplement parti de moi, mais le plomb semble me poursuivre.
    Tracé ou imprégné, qu'elle différence au point qu'est le mien ? "Non retour" clignotent les astres.
    Pourtant, il fait jour. En longeant les contours boisés du centre neutre, je masque mon visage.
    Et si je n'avais pas envie d'entendre crier aujourd'hui ? Pas dans l'immédiat du moins, nous verrons.
    Je danse entre les feuilles tombées, tapis de cendres à mes pieds en traversant le bois déserté.

    Les âmes en peines se font discrètes, pas rares. Qui mieux que moi pour déceler leur présence ?
    Un pouvoir est une habilité qui vient lécher mes sens comme on sale une plaie béante.
    Ils ont tous une empreinte olfactive sur laquelle je rive un nom, une étiquette semblable à la mienne.
    Je sens l'anormalité de tout mon corps injustement vivant, je respire le pouvoir qui m'enivre un instant.
    Un flash, on aspire à la tranquillité et puis rien. Une télépathe rode... liseuse de rêves, espoirs et utopies.
    J'ai adopté son habilité moins d'un dixième de seconde mais la trace de sa venue est indélébile. Elle brûle.

    De cette démarche qui respire la folie pathologique qui est mienne, j'atteins le fond de ce bois tranquille.
    L'odeur se renforce, plus agréable que prévu, elle m'est presque connue... mais je divague encore. Pauvre fou.
    J'avance paupières closes avec mes sens ultra-développés (et torturés mais qui s'en soucie ?) pour seuls guides.
    Mes doigts pianotent un clavier invisible avant de se rencontrer dans un sec claquement de paume qui résonnera.
    La voilà, la biche égarée assoiffée de paix et d'un peu de calme dans ce monde de... fous ! Mais qui ne l'est pas ici ?

    J'ouvre les yeux et son parfum s'empresse de les brûler. J'abats mes poings contre mes tempes à deux reprises.
    Respirer n'aidant pas, j'essaie de me défaire de l'impact qu'à son pouvoir sur moi d'une autre façon, loufoque.
    Je tourne le dos à la créature qui est désormais consciente de ma présence avant d'empoigner la lame du canif
    caché dans la manche de ma veste. Ceci est la seule façon d'en finir. Je saigne doucement mon pouce, perds une goutte.
    Je porte mon doigt à mes lèvres en me retournant, fixe alors l'enfant dont l'arôme cesse d'envahir l'air avoisinant.
    Je penche la tête contre mon épaule en dévisageant l'inconnue. Qui sait ce que pense les moineaux...

    Oh, bonne chance avec ça !
    j'échappe dans un rire aigu en martelant mon crâne du bout de mon couteau.

    Mes yeux hallucinés un instant retrouvent leurs orbites en essuyant une vive brûlure.
    Non, il ne faut pas s'enfoncer dans ces méandres... Quitte à s'y noyer la minute suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Sam 20 Déc - 13:32

Déshabiller : Non. Tuer : Non. Gagner : Non.
Ce ne sont pas tes rêves Purity, ce sont les leurs.
Oublier, il faut que j'oublie ce qu'ils souhaitent.
Il ne s'arrêteront pas, autant demander à des enfants d'abandonner leurs jouets.

Je ne suis pas à l'abri à l'école, c'est ici que les enfants rêvent le plus.
Des femmes, de meurtres, devenir vilain ? Devenir héros ?
Qu'ils se taisent, arrêtez de rêver bande d'inconscients vous ne savez même pas l'impact que vos stupides espoirs ont sur moi.
Je ne suis pas à ma place à l'école, et pourtant j'en arpente les couloirs.

_Elle serait moins jolie, sans vie.

Jalouse. Pourtant elle est tout aussi belle que n'importe qui.
Pourquoi ? Je ne lui demande rien, a-t-elle prévue son avenir comme noir ?
Mais moi, je ne dis rien, je marche seulement.
L'image se concrétise, dans sa tête je suis déjà morte.
Mon souffle se perd, il faut que je sorte, trouver un endroit où je serais seule, vite.

Je cours, je cours vers l'oublie, j'ai toujours couru pour oublier.
Le bois, c'est ma solution du jour, personne ne sera la-bas à cette heure.
Je le sais, une branche m'écorche le bras.

_Aah.

Pas grave, le sang ne coule que quelqu'un instant. Au moins j'ai oublie.
Faute de mourir dans son esprit, je me blesse dans la réalité.
J'arrive dans une clairière, m'assoie, et prends ma tête entre mes mains.
Arrêtez d'espérer, de rêver, et si vous ne pouvez pas rêvez d'un monde parfait, pas des choses que vous me faites vivre.
Je remarque que ma jupe longue est coupée, surement une autre victime de la forêt.
Le calme se fait dans mon esprit torturé, enfin.
Seuls les oiseaux se font entendre. Merci.

Un esprit se fait entendre, celui ci va me rendre folle.
Ses espoirs sont trop imprévues, il change d'avis. C'est lui qui est fou, pas moi.
Il s'approche, je l'entends de plus en plus, pose ton rêve sur un seul point, tu faciliteras ma tache.
L'homme fait son entrée alors, me dévisage presque, pas de doute, ce n'est pas moi qui ai un problème.

Il se retourne, j'étudie ses mouvements, s'il te plais, va-t'en.
Son couteau frappant contre son crane, il se décide à parler.
Pourtant je ne me souviens pas lui avoir demandé.

_Oh, bonne chance avec ça !

Mes mains lâchent mes cheveux, perturbée par sa phrase.
Bonne chance pour quoi ?
Il n'est pas un simple humain, je le ressens, qu'avait il vu ?
Peut importe s'il voyait, moi je voulais qu'il me laisse. Mais de toute évidence, il n'avait pas l'air décider.
Que dire à un homme qui n'arrive même pas à décider de son rêve le plus profond ?
Alors que son esprit torture déjà le mien.
Arrête ton mental, souhaite une seule chose, pas des centaines.

Il reste devant moi, son couteau à la main.
J'échappe un soupir de peur peut être...
Je rabat mes jambes contre moi, attendant qu'il reparle.
Quelqu'un qui n'a pas de rêves fixe va reparler...
Ou alors avec un peu de chance, il partira, et comprendra que je n'ai pas envie de perdre du temps avec lui.
Que veut-il à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Dim 21 Déc - 4:38

    Les moineaux piaillent, ils ne pensent pas. La voilà ma réponse périmée.
    J'essuie encore les traces qu'ont laissé le passage de ce pouvoir en moi.
    Entendre les aspirations les plus profondes passerait encore, n'est-ce pas ?
    Mais encaisser également les futilités changeantes mène à une folie certaine.
    Trop encombré, son esprit filtrera les informations dans un rire inutile.
    Mais si, elle sera folle je vous dis. Plus qu'elle ne le semble déjà, et pour bientôt.

    Je soupire pour rien ni personne. Mais je soupire et mentionne ce fait, c'est tout.
    Je fais loi au royaume de mon mental assiégé par la lucidité d'un instant.
    Ces moments sont les pires dans ma chienne d'existence. Et les plus beaux, pense la mariée.
    Oui parce que (et je me justifie dans mon propre crâne) les illuminés allient toujours
    l'immonde et le salubre. La santé et la maladie, la joie et la peine. La mort et l'amour...
    La faucheuse a prit ma femme et j'ai beau lui offrir des vies en échange, elle ne me la rend pas.
    La putain a prit ma fille, et aucune mort nouvelle ne semble la combler ni étancher sa soif.
    Je ne comprendrai jamais puisque rien n'est à portée de logique dans cette partie de la vie.
    Alors j'écrase les arbres qui ont eu la faiblesse de tomber et je me fous du fait que ce ne soit que des branches.

    Je m'approche de la fillette par sa droite, longe son dos avant de me trouver devant elle.
    Je ne m'arrête pas, je tourne. Fascinant, non ? J'achève ma boucle pour en entamer une deuxième.
    Peut-être que si je continue à marcher ainsi pendant quelques années, je creuserai une fosse autour d'elle.
    Et puisqu'elle sera morte de faim depuis longtemps déjà, ses os auront déjà un caveau à disposition.
    Ce plan tient du génie mais je ne l'exécute pas pour autant. Je n'ai pas envie de salir mes chaussures.
    Dommage cela dit, cette occupation aurait comblé un peu de mon temps précieux et libéré d'ennui.
    Oui parce que l'ennui me rend fou voyez-vous, je deviens un peu étrange et je tue mes voisins en général.
    Le monde approuve rarement, mais un plaisir malsain est encré en eux et ils adorent les détails de mes exploits.
    Personne ne l'avouera jamais mais l'horreur de certains de mes gestes les ravit et attisent leur curiosité déplacée.
    Je suis la part d'ombre de chacun (et cela fait beaucoup d'ombres accumulées) et je contente ces fous par mes crimes.

    Danger. L'ennui me guette et la seule distraction aux environs s'arrachent les cheveux.
    Quand je vous dis qu'ils sont tous aussi désaxés que moi... Et si je soupirais à nouveau ?
    Afin d'appuyer la preuve tangible de mon ennui, j'approche mon visage de celui de l'enfant.
    Je souffle un ouragan à l'arrière de son crâne. Mon soupire est un tantinet exagéré, ses cheveux dansent.
    Elle sait maintenant que je m'ennuie, puisque je souffle d'exaspération. Sait-elle le lot de surprises que charrie mon ennui ?

    - Devine à quelle couleur je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Dim 21 Déc - 20:21

Je suis folle. Non, je ne le suis pas, il me rend folle, là était la nuance.
Arrête tes rêves, tes espoirs, arrête de tourner aussi.
Pourquoi fait-il des ronds autours de moi, je n'ai pas l'impression d'être une proie.
Si tu veux une biche plonge plus loin de la forêt, crois moi tu finiras par la trouver.
Mais non, rien il tourne sans cesse, un espoir nait, Une tombe ? La mienne ?
Tu ne me tuera pas en tournant, bizarre, son esprit vire de bord, les incohérence reprenne.
Mon dieu, il ne devrait pas être permis d'espérer.

Je ne suis pas morte, pas encore, alors pas besoin d'un vautour inconstant.
Qu'il cesse de me tourmenter, je suis pourtant persuadée de ne lui avoir rien demandé.
Pour sur, je n'ai même pas parlé.
Je ferme les yeux, et pour une fois essaie de voir.
A quoi rêves tu ?
Une femme, une fille, mort, chaussure, ennuie.

Je réouvre les yeux, plaque mes mains sur mes arcades.
Trop de rêves pour une seule personne, ne se rend-t-il pas compte que grâce à lui, ou plutôt à cause de lui, je deviens dingue ?
Non, bien évidemment que non, il doit être comme tout les autres, rêver, espérer, comme les autres, avec un grain cependant. Énorme, le grain.
Sa danse infernale s'arrête, de toute évidence il s'ennuie. J'avais vu juste dans son esprit.
Et de plus, il me le fait comprendre ouvertement, à présent.
Son souffle claque contre ma nuque, mes cheveux dansent à cause de cela.
De toute évidence, je ne saurais pas ce qu'il veut. Jouer peut être ?
Alors je devrais encore une fois le répéter, je ne suis pas une poupée.

- Devine à quelle couleur je pense.

Je me retourne vers lui, alerte, alors on joue aux devinettes ?
Première fois que je croise les prunelles du perturbateur, je le pensais fou, non ?
Où est l'étincelle qui devrait être caractéristique de cette folie ?
Ailleurs, mais pas dans son regard en tout cas.
Je mords ma lèvre, incline la tête, et essaie de poser une réflexion à sa phrase.

Comment deviner ? Moi, je vois ce qu'il espère, pas ce qu'il pense.
Il espère tant de choses, mais rien n'est égal à une couleur, à trop vouloir fouiller dans son esprit, je me retrouve a fouiller dans le mien.
Je pense à la couleur verte, alors pourquoi lui n'y penserait-il pas ?
Je hausse les épaules, consciente que je vais surement me tromper.
J'ai toujours détesté deviner. Je ne suis pas médium, seulement extralucide. Mauvaise extralucidité qui me tient.
Quitte moi enfin, notre union ne fait pas bon ménage.
Lui se complais peut être dans sa folie, moi la mienne me tue, surement.

_Vert ?

Je ne voulais pas, entrer dans son jeu, je ne voulais pas lui parler.
Que va-t-il me répondre à présent ?
Une grande tirade, ou se contera-t-il de "Mauvaise réponse".
Je ne suis pas une biche esseulée, je n'attends rien de toi.
Que le vautour s'en aille, maintenant qu'il a finit de tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Lun 22 Déc - 1:12

    Tic. Le chronomètre s'engage d'une une course aussi folle que moi, pourvu qu'il ne se désaxe pas.
    Nous ne jouons pas un magot ma petite ici, non... Le prix de ce divertissement est une issue naturelle.
    Tac. Elle rive sur moi ses grands yeux perdus. Mais non, je ne te tuerai pas, cherche encore.
    Sa gestuelle respire la folie dont elle sera le plat de résistance très prochainement. Prions pour elle.
    L'engrenage s'enfonce dans ses rouages rendus grinçants par le poids du temps, il me faut une montre.
    Le public est en émoi, le verdict va bientôt tomber. Je bondis nerveusement sur place. Allez, allez...

    _Vert ?

    L'audience retient son souffle. Moi, j'échappe le mien. Foutu le temps, il se fissure.
    Je m'approche de mon candidat au divertissement. Je suis le perdant de l'émission précédente.
    Plus près que ne l'autorise la courtoisie, je m'approche d'elle sans jamais quitter son regard.

    - Hiiiiin ! je grince dans une imitation d'un bip aussi irritant que sonore.

    Je retourne à mon pupitre imaginaire, à quelques pas du sien. Quel dommage tout de même...
    Dans un geste grandiloquent, j'exprime ma désolation à la perdante, mais la console d'un sourire.
    Elle veut savoir, hein ? Elle tient à la réponse qu'elle n'a pas su trouver. Je peux le voir à ces yeux.

    - C'était quatorze...

    Je souligne l'évidence d'un haussement d'épaules impuissant. Elle aurait pu le savoir, l'enfant.
    Ce chiffre trop symbolique écorche mon ventre abimé dans un soubresaut que je cache au monde.
    Je me détourne vivement, je ne veux pas qu'elle voit mon visage. Il doit demeurer caché de tous.
    Celui du père... ce visage est mort, fané, creusé, bouffé, finit... Il a enterré avec lui le lot d'une vie.
    Et cette fille là, derrière moi... Elle devrait aller voir son père et lui dire qu'elle l'aime au lieu de fuir.
    Pour vivre heureux, vivons cachés... Connerie pure ! J'aurais pu l'inventer tellement c'est faux.
    Vois cette aspiration, future héroïne du peuple. Je veux du plus profond de mon cœur de fou
    que tu rentres chez toi, et dises à tes parents que tu les aimes, et les aimeras toujours. Je me retourne.
    Parce qu'ils ne seront pas toujours là, ils devront partir avant toi, ainsi va la vie. Naturellement.

    La rage de l'ennui n'est rien en comparaison de celle qui empoisonne mon atmosphère à présent.
    Mon couteau toujours en main, je l'emprisonne au creux de mes paumes jointes. Prions encore.
    La colère, toujours. Il faut qu'elle comprenne, ses parents doivent savoir qu'elle les aiment !
    Parce que les vieux doivent crever avant les jeunes ! Le souffle court part le premier, toujours !
    Le papa et la maman meurent avant leurs enfants, c'est comme ça, pas autrement !

    - Parce que c'est naturel ! Tu comprends ?!

    Et la voici la putain de question à un million : Pourquoi ma fille est morte à ma place ?! Bébé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Lun 22 Déc - 12:05

- Hiiiiin !

Trop proche de moi, ce son m'agresse les tympans.
Le pensant d'abord fou, je me rends à l'évidence, j'ai en face de moi, le bouffon du roi.
Va danser ailleurs, je ne suis pas ta reine.
J'aime le vert, pourquoi lui n'y avait pas pensé ?
Au moins j'aurais évité de passer pour une débutante, mon dieu le bouffon m'atteins.
Me console même avec un de ses sourires, méfier vous des apparences, que va-t-il me sortir à présent ?
Non, je ne pensais pas au vert, mais au vert pâle.
Il se recule, près à enfin me dire ce que indirectement je souhaite savoir.

- C'était quatorze...

Un chiffre ? Aux dernières nouvelles, je cherchais une couleur.
Il hausse les épaules dans un geste qui sonne théâtral.
Le bouffon se dégrade, ce n'est plus qu'un idiot jouant les grands.
C'est bien ce que je disais, je ne suis pas reine, la cour est ailleurs, part.
Mais il continue, reste ici, pensant, son manque devient le mien.
Sa fille. On lui a enlevé. C'était un père alors, perdus dans une folie ?
J'échange un bouffon contre un père fou.

Il se retourne, ça ne sert à rien, à présent je sais.
Sa fille est morte, et il saigne le monde de sa douleur.
Causer des tornade par ce qu'on en a vécue une n'est pas une solution.
Sinon, le monde serait déjà détruit. Pauvres de nous.

Je veux du plus profond de mon cœur de fou
que tu rentres chez toi, et dises à tes parents que tu les aimes, et les aimeras toujours.


Pour qui se prend il ? Souhaiter une chose pareille.
Mes parents ne sont plus, j'avais cinq ans, je n'étais qu'une enfant.
Et alors que les super-héros existaient déjà, c'est une voiture qui a fauché ma vie.
Qu'il arrête de souhaiter des choses du genre, sa folie s'imprègne de moi, il souhaite que je vois mes parents.
Soit, l'effet se produit, je les vois, de mes seuls souvenirs que j'ai d'eux.
Pourquoi des parents meurent lorsque les enfants sont jeunes ?
Trop petite a l'époque pour graver chacun de leurs mouvements dans ma tête, je revois juste papa faisant tourner maman devant la cheminée.
Image signifiant tellement pour moi, après la danse on s'asseyait tout les trois, les contes fusaient en tous sens.
Où est passé ma vie ?

Le papa et la maman meurent avant leurs enfants, c'est comme ça, pas autrement !
Je suis d'accord, et je n'ai jamais dis le contraire.
Pourquoi tes rêves s'énervent ?
Malgré moi, je m'énerve à cause de toi.

- Parce que c'est naturel ! Tu comprends ?!

Je comprends. Tout simplement.
Je sais que les parents doivent mourir avant les enfants.
Ce sont nous qui devons les enterrer, pas le contraire.
J'ai enterré les miens. Je ne voulais plus y penser.
Mais aujourd'hui un fou voulait m'y forcer.
Seulement par ce que lui est frustré d'avoir perdue une fille.

Je ne me plains pas réellement d'avoir enterré mes parents, j'aurais juste aimer les connaitre un peu plus.
Juste un peu plus de temps, revoir maman tournoyer une dernière fois.
Et savoir que c'était la dernière fois, le vivre comme un des plus beaux moments.
Sa fille est morte avant lui, je peux comprendre sa détresse, de toute façon, elle se transmet en moi.
Son rêve devient le mien, même si je ne le souhaite pas.
J'entoure mes genoux de mes bras sans m'en rendre compte.

_Si je te dis que je comprends, tu vas me dire répondre quoi ?

Je m'en ficherais, en temps normal.
Mais là j'avais faillis, j'étais entré dans un jeu débile dont je ne connaissais même pas les règles.
Qui est le chef ici ?
Celui qui me comparait à une biche ?
Ou moi qui le comparais à un bouffon ?

_Mauvaise réponse, moi je pensais à l'hiver ?

Ce jeu ne m'amuse pas.
Rien ne m'amuse, surtout pas lui.
Et quand bien même, il ne m'intrigue même pas.
Son esprit est trop torturé pour que j'arrive à le supporter.
Je ferme les yeux, essayant d'arrêter d'entendre.
Espérons que ça marche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mar 23 Déc - 18:53

    Pourquoi ma fille est morte à ma place ?!
    Mais j'en sais rien moi à la fin, et tant pis pour le million.
    S'ils n'étaient pas si courts, j'arracherais mes cheveux.
    Peut-être sont ils courts parce que je les arrache...
    En attendant et par dépit, je piétine les feuilles mortes.
    Pourvu qu'ils poussent vite, ces épis dorés que je hais tant.
    Le petite folle se recroqueville dans un semblant de position fœtale.
    Elle aurait pu déterrer les os de ma fille à la place, le choc est ahurissant.
    Tombera l'enfant aux rêves étrangers, tombera.

    _Si je te dis que je comprends, tu vas me répondre quoi ?

    Au moins une personne qui me comprend parmi les deux présentes.
    Deux ? Ouais, trois serait plus juste. Juste ? Non, plus cohérent.
    Cohérent ? Et puis merde, aucun mot ne va sur ma tête. Pourquoi ?

    - Que tous les chiens ont la rage.

    Même s'ils ne l'ont pas, les cabots dont je fais partie, ils l'auront.
    Naturellement disposés à se faire mordre, ils baveront de ce sang.
    Je m'approche de la petite fille qui, aveuglée, ne me vois même pas.

    _Mauvaise réponse, moi je pensais à l'hiver ?

    Encore une question ? Combien de pièces ai-je perdu dans la bataille ?
    Les soldats sont ils tombés à renfort d'euthanasies ou de haine pure ?
    Entretuons-nous, cette espèce est née pour le faire, elle l'a toujours fait.
    Chiens ou humains ? Les canins ont l'excuse d'être dépourvus de raison, eux.
    Endiablé dans une danse invisible mais pensée, j'arrive devant la fillette.
    Accroupis, j'ai l'air d'étudier patiemment son visage, non ? Mais si, regardez.
    J'empoigne son menton de cette main libre, l'autre emprisonnant mon poignard.
    Sa bouche se tord en une grimace forcée, contrainte par ma main désobéissante.
    Calmé en apparence seulement, je repousse l'arrivée de Liam a renfort d'immondices.

    - Je réponds que tous les chiens ont la rage.

    Et ces yeux ne trompent pas dans leur horizon bleuté.
    Elle est née pour mordre. Je ne veux pas te tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 24 Déc - 1:33

Pourquoi ma fille est morte à ma place ?!
Je ne suis pas admiratrice du destin.
Mais peut être qu'il a joué son rôle dans ton histoire.
Il n'y a aucune réponse à sa question mentale.
Sa fille est morte, point, pourquoi aller chercher plus loin.
Tu perds quelqu'un, tu le perds, on ne peut rien faire à cela.
Même le rêver ne sert à rien. Et pourtant c'est injuste, vraiment.

Tout le monde rêve de revoir ceux qu'ils ont perdus.
Mais non, rien ne se passe, le vœux ne se réalisent pas. Peut importe ce qu'on peu faire pour.
Un rêve, reste un rêve.
J'entends à peine sa phrase sur les chiens.
Et puis de toute façon, je ne comprends pas ce qu'il veux dire.
Je pose ma question, et attend, que va me dire le bouffon, maintenant ?

Mais il ne parle pas, non, il s'approche de moi, m'étudie.
Ai je quelque chose sur le visage ?
Je n'aime pas être épiée. Je n'aime pas qu'on m'observe.
Le bouffon est un pervers, peut être ?
Je ferme les yeux, ayant peur de voir son prochain rêve.

Contact. Sa main attrape ma mâchoire.
Alors qu'il ne me faisait pas peur avant, maintenant il me terrifie.
Je n'écoute plus, je ne veux plus écouter.
Qu'il lache mon menton, que je m'enfuis en courant.
Je veux partir, finalement j'étais la biche, il était le chasseur.

- Je réponds que tous les chiens ont la rage.

Je le regarde, et essaie de comprendre, d'assimiler.
Mes yeux passent de son visage à son poignard. Visage, poignard, visage, poignard...
Et je me focalise sur son regard. Cherche encore, le gauche, le droit.
Il ne me fait plus peur, pourquoi avais-je eu peur ?
Ce n'est qu'un père qui à sombré dans la folie.
Il ne veux rien de moi, il n'est pas tout les autres.
Je ne veux pas te tuer.
Il aurait du y penser avant alors, mais qu'importe, il ne voulait pas me tuer.
Peut être que je le remercierais, un jour... Ou pas.

Ma main se lève, et empoigne la sienne, toujours accroché à mon menton.
Je retire cette pince qui commençait à me faire mal.
Je me frictionne l'endroit qui doit être rougie à cause de sa main.
Et le regarde, fronçant les sourcils.
Qu'avait-il voulu prouver ?

Je regarde sa main, son pouce est écorché.
Je soupire, et attrape son poignard, même s'il ne le lâche pas. Il ne m'empêchera pas d'atteindre mon but.
Le couteau finit sa course sur mon pouce à moi.
Je ne sais pas réellement pourquoi j'ai fais ça.
Mon sang perle au dessus de la plait. Je lui souris.
Nous voici à égalité.

_Je ne le fais pas exprès d'entendre tes rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Sam 27 Déc - 20:51

    _Je ne le fais pas exprès d'entendre tes rêves.

    Son fin visage n'est plus prisonnier de ma main qui elle, recueille du sang.
    Retrouvant un appui, je me dresse sur mes jambes et exhibe mes paumes. Innocent.
    Son pouce est rougit aussi, a-t-elle accomplit un genre de rites qui ferait de nous des frères ?
    Qu'une solitude quelconque la dévore, je n'en ai rien à foutre, je ne serai pas sa famille !

    - "Je ne le fais pas exprès..." je geins d'une voix criarde en l'imitant.

    Et bien j'aurais préféré, pauvre idiote. Tu m'ennuies, comment te l'écrire ?
    Qu'elle cesse de se plaindre, son manque de considération est insalubre.
    Elle surpasse l'humanité et trouve l'audace de s'en plaindre. Je la savais folle.
    A la voir le doute n'est plus, la pauvre est complètement fêlée. Petit oiseau.
    Normale, elle aurait déjà été dévorée par un de mes comparses canins.
    D'abord secouer la proie avant de l'achever d'un coup de dents rageurs...
    Et puis merde, elle n'entend pas mes rêves, je n'en ai plus depuis des lustres.
    Théoriquement, je n'en ai jamais eu, n'ai pas même eu le temps d'en concevoir.
    Là, ne reste que le néant brut et assourdissant. Le vide, rien. Un trou sur pattes.
    Je ne ressens pas et cette vérité pourrait me tuer si je n'étais pas déjà timbré.

    Elle ne saurait lire les aspirations de l'abomination que je suis devenu.
    Rageons ensemble, puisque tu m'ennuies. Même Psycho s'endort.
    Peut-être son pouvoir est-il double, soporifique enfant. Elle tente le mal.
    J'aurais senti son chant d'Orphée, elle n'a de déesse que la prétention.
    Le suffisance que je lui attribue se marie avec sa folie. Etiquette dorée !
    L'enfant est désormais une folle princesse ivre de rêves étrangers. Bouh.
    J'en pleurerais si la peine existait sans faire-semblant. Que faire alors ?

    - Et évite les éléphants, on me l'a déjà faite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Sam 27 Déc - 22:15

Conscient de sa condition de fou, il me transmet cette même folie.
Je ne suis vraiment plus à l'aise face à lui.
Qu'il se perde seul dans son néant. Le mien est déjà bien assez grand.
Sa voix dingue, m'imite. Est ce que je parle réellement comme ça ?
Si c'est le cas, alors autant ne plus parler.
Me couper du monde, être solitaire, et m'enlever la parole.
Voila donc la solution que cet homme venait de me permettre de choisir.

Il s'ennuie, s'ennuie, s'ennuie, encore et toujours, sa rengaine à lui.
Les autres espèrent tellement de choses. Lui seulement combler se vide.
Qu'il le comble avec quelqu'un d'autre, puisque Purity l'ennuie.
Je suis folle à cause de lui. Je suis dingue à cause de ses pensées.

- Et évite les éléphants, on me l'a déjà faite.

Alors c'était les éléphants maintenant ?
Quatorze. Chiens. Eléphants. Et il ose penser que c'est moi la folle.
Son esprit me torture, je ne veux plus voir.
Je me lève, et plaque encore une fois, mes mains sur mes tempes.
Cet acte ne sert à rien, je le sais, pauvre de moi.
Les éléphants... Je vois un vague souvenirs de gradin.
Soit qu'il aille au cirque, je m'en moque.

_Les chats ne font pas des chiens !

Je fais les gros yeux. Ne comprenant pas pourquoi je venais de lui balancer ça au visage.
Il était mauvais, de toute évidence. Sa fille était morte ?
Elle a échappé au destin de son père... A la folie de ce dernier.
A la chance d'avoir un de ceux qu'on appelle "Papa".
Les chats ne font pas des chiens, par ce qu'elle aurait surement était comme lui.
Peut être qu'au moins il aurait eu quelqu'un à la hauteur de son délire.
Il finira surement par en trouver une, de personne aussi folle que lui.
Moi de son délire perpétuel je n'en veux plus.

_Laisse moi tranquille.

Allez va-t-en bouffon du roi, je t'ai déjà dis que je n'étais pas une princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Lun 12 Jan - 16:59

    _Les chats ne font pas des chiens !

    On reconstruit des continents, je suis à même de tenir sur mes jambes.
    La partie ne finira jamais, ne comprend-t-elle pas ? Jamais, c’est long.
    Je suis seul dans l’antre que guette l’aube de mon propre anéantissement.
    Tant pis si les folles enfants s’arrachent les pouces, un nouveau tour les attend.

    _Laisse moi tranquille.

    Comment dit-il déjà ? Je suis un chien enragé qui court après les voitures.
    Et si les voitures s’arrêtaient ? Pire qu’un déraillement, la machine serait foutue.
    Mon engrenage rouillé ne fonctionne que par la force de la peur et des armes, dingue.
    Quelles vicissitudes me motivent ? Si seulement je pouvais me fatiguer de ma connerie.
    Et rien n’y fait, je ne suis plus l’enfant fou qui me fait face, foutue figure de fraternité.
    Bercé par mon allitération, j’ai vent du n’importe quoi. Non sens, baratin, foutaises.
    Et si les phrases n’avaient plus de verbe ? Je veux entreprendre quelque chose de grand.
    Il me faut m’occuper les mains comme l’esprit, chante petit piaf, les beaux jours viendront.

    - Je ne te tuerai pas, tu sais ? Cesse de geindre, puisque tu vivras. Et n’essaie pas d’abattre la carte en plastique, celle qui hurle que tu ne crains pas la mort, tu manquerais de crédibilité. Je ne vais pas te tuer alors que je le pourrais si facilement… S’en est tordu ce pouvoir, tu vois ? Je pourrais, rien qu’en serrant un peu trop fort ou juste assez fort, prends-le comme tu veux, t’empêcher de devenir folle. Tu garderais ta dignité mais il ne restera personne pour témoigner…

    …du fait que tu étais une enfant perdue, égarée dans les dangers et autres méandres de son esprit.
    Ton esprit et celui des autres, le mien compris. La folie est un cadeau, trop flatteur dans son délice.
    Elle s’évapore parfois mais le soulagement trône avec son retour, blablabla, tout est parfait ici.

    - Et puisque tu n’es qu’une proie offerte, un autre profitera de ma clémence. Les loups ne manquent pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mar 13 Jan - 13:06

[ Si tu comprends rien, tu me le dis, hein ?
Je t'aime <3 ♥️ ]


Je n'aime pas cet homme.
Pourtant je n'ai de haine envers personne, habituellement.
D'ailleurs je ne pourrais dire si je le hais lui.
Je sais juste que je n'aime pas être à côté de lui, je n'aime pas ressentir son souffle de folie.
Qu'il s'en aille, puisque c'est ce que je demande.
Bon sang, personne ne m'écoute.
Je cherche a être exorcisée, et tout ce que j'ai c'est une pale copie d'un psychopathe.

- Je ne te tuerai pas, tu sais ? Cesse de geindre, puisque tu vivras. Et n’essaie pas d’abattre la carte en plastique, celle qui hurle que tu ne crains pas la mort, tu manquerais de crédibilité. Je ne vais pas te tuer alors que je le pourrais si facilement… S’en est tordu ce pouvoir, tu vois ? Je pourrais, rien qu’en serrant un peu trop fort ou juste assez fort, prends-le comme tu veux, t’empêcher de devenir folle. Tu garderais ta dignité mais il ne restera personne pour témoigner…

Un discours, je n'en avais pas demandé, je ferme les yeux, les réouvre.
Il est toujours là. Je me fiche de ce qu'il pense.
Je me fiche d'être une proie, d'être sa proie.
Je crains la mort comme tout le monde, pourquoi survivrais je sinon ?
Le fou m'ennuie, autant que je l'ennuie.
Ça ne sert à rien de continuer l'échange. Qu'il dégage, celui qui déraille.

- Et puisque tu n’es qu’une proie offerte, un autre profitera de ma clémence. Les loups ne manquent pas.

Les animaux fusent aujourd'hui.
J'en ai marre. Je suis lasse de sa folie.
Je suis lasse de ses phrases, chercher la paix pour trouver la guerre.
C'est homme est un fléaux à lui tout seul.
Je ne suis pas sa proie, il l'avait dit lui même.
Alors qu'attend il pour partir voir une autre biche ?
Puisqu'il se dit loup, qu'il aille chercher un agneaux.

Je recale mon dos contre l'arbre qui m'accueillait avant son arrivée in souhaitait.
Peut être que si je ne dis rien, il partira, celui que la perte d'un enfant a rendu complètement fou.
Qu'il aille au cimetière, puisque sa famille lui manque tant.
Ma décision est prise, je ne lui dirais plus rien.
Et quand bien même il aurait un pouvoir, je me fiche de savoir ce que c'est.
Et l'emprise qu'il peut avoir sur moi. Pour l'instant je ne ressens rien.

Peut être qu'il n'en a pas, après tout.
Et qu'il est juste un reflet d'un Docteur Lecteur.
Sa Clarisse Starling est morte, apparemment.
Comment parlez avec quelqu'un qui n'a plus personne d'important pour lui ?
Non, il ne faut pas, dans des moments comme celui ci, il suffit de se taire.
Et attendre que le loup rebrousse chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 18 Fév - 13:43

    Zouh, je ne sais même pas ce que je fous ici. J'achève surement une autre victime.
    Ah oui c'est ça, je tue en ce moment-même et devant des yeux passifs et torturés.
    Le nouveau mort, c'est le temps. Je tue le temps comme on éviscère des rats.
    Parce qu'il en faut bien une, de victime, non ? La justice sera la suivante, je crois.
    Et le premier cadavre de ma vie, c'est lequel déjà ? Avait-il des os, celui-là ?
    Pourquoi ne m'aide-t-elle pas, l'extralucide enfant, la muette, juste ici ?
    Je veux savoir qui était ma première victime et qu'on me percute.
    Ouais je veux du sang, le mien pour l'occasion, mais pas les larmes qui suivent.

    Un suicide élégant est une ultime œuvre d'art, comme disait l'autre.
    Sauf que moi, je n'ai pas l'âme d'un artiste, puisque je n'ai plus d'âme du tout !
    Ha, c'est dommage quand même, j'en regretterais presque se perte. Mais non.
    Blabla. Qui la retrouvera, sinon elle, la réponse à mes questions ?
    Est-ce que tu peux lire les rêves passés ? Les espoirs brisés et ceux qui arrivent ?
    Je ne crois pas hein, il serai étonnant qu'elle maitrise déjà cet aspect de sa vie.
    Et sa vie, justement, n'en deviendra que plus pénible lorsqu'il s'accroitra, son pouvoir.
    Alors, le peut-elle ? Connait-elle les rêves déçus et ceux qui vont naitre ?

    Je m'approche de l'épave de l'enfant, de son corps en d'autre termes, puisqu'elle ne l'habite plus.
    Une seconde suffit à sonder son visage, même à deux mètres de distance, la réponse est flagrante.

    - Non.

    Ainsi, elle ne sait pas qu'elle a été ma toute première victime présumée, quel dommage.
    Je laisse claquer ma langue contre mon palais dans une vive imitation de tic tac.
    Là et sous vos yeux ébahis, je remonte le temps, ce même temps que j'achèverai demain.
    Elle craque l'horloge, sous la pression irritante que subissent ses rouages par ma faute.
    Allez, j'y suis presque, c'est là, tout près. Je le sens, je le sais, je le sens, je le sais...

    Pour achever ma transformation après une double perte il me fallait un symbole.
    Une allusion forte et emblématique pour pré-signer mes futurs méfaits. Rha !
    Je me sens si près de la réponse que je pourrais la toucher, la frapper et la terrasser.
    Le bout de mon couteau vient se nicher sous l'ongle de mon pouce, il attendra.
    Ah, merci la douleur ! La voilà ma lueur. Je sais, enfin j'ai trouvé la réponse.

    Remontons ce temps fugueur, vous et moi. Il était là, l'homme soudainement seul au monde.
    Oui, le Liam n'a pas pleuré tout de suite mais il a compris, il a su que dans le sang se trouvait la vie.
    Parce qu'une nouvelle ère commençait pour lui à cause d'une injustice totale et répugnante, à son goût.
    La grandeur du fait lui a échappé sur l'instant mais il a commit l'exact dommage qui causerait sa perte.
    Et c'est moi qui suit là maintenant, parce que la dernière et unique victime de Liam a été ma toute première.

    - C'est l'espoir, qui est mort en premier.

    Parce qu'il fallait savoir que le temps était à la noirceur, même dans un sourire halluciné.
    Plus de couleurs dans sa vie, jamais. Ma première victime fut mon cœur, finie, la lueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 18 Fév - 16:32

Je pensais qu'il partirait. Vraiment. Je pensais qu'il me laisserait.
Mais rien, le fou est toujours là. Et je sens que ses réflexions fusent dans tout les sens.
Que se passe-t-il dans l'esprit de cet homme qui pleure tellement les femmes de sa vie perdues ?
J'aimerai le savoir, comme j'aimerai l'ignorer. La curiosité, pourrait me pousser à demander.
Mais je ne demande pas. Je ferme toujours les yeux. Pour ne plus voir son visage. Et ignorer ses anciennes envies.

Il s'approche de moi, je le ressens. J'ouvre alors mes paupière. Il m'observe sans me voir.
Cette impression me confirme ma non-existence. Il souhaite savoir si je vois les rêves échoués.
Non je ne les vois pas. Non, je ne le sais pas. Pourquoi veut-il savoir cela ?
Est ce qu'il comprend quelque chose sur mon pouvoir que moi je ne comprends pas ?
Je vois assez de rêves et d'espoirs. Pourquoi je devrais voir cela qui échouent en plus ? Ça suffit.

- Non.

Je fronce les sourcils. Bien sur que non. Je le savais très bien. Qu'est ce qu'il pensait trouver ?
Mais je ne comprends plus. Et pourtant je voudrai ne pas comprendre.
Mais cela m'énerve, de ne pas savoir à quoi il pense. Ça m'énerve d'ignorer pourquoi il se torture l'esprit.

Il ressort son couteau. Et j'en retiens mon souffle. Est ce que j'aurais une cicatrice visible avant la fin de la journée ?
Puisque toutes celles que j'ai son intérieure. Puisqu'elles sont provoqué par le monde.
Est ce que lui me marquera réellement ? Est ce que j'aurais une balafre assez épaisse pour prouver au monde que je ne suis pas belle.
Que je n'ai pas que ça. On ne verra que ça. Une grande cicatrice sur une ancienne poupée.
Mais non, je me trompe. Il se mutile lui même en plantant lentement son couteau entre son ongle et son pouce.
Voila. Fichu la cicatrice de Purity. Il ne lui fera rien. Le loup. Je ne bouge toujours pas. Qu'il reparle.

- C'est l'espoir, qui est mort en premier.

Je fronce vraiment mes sourcils, tandis que mes épaules se redressent. Il lit dans mes pensées maintenant ?
J'attends qu'il parle. Je demande qu'il parle. Il parle. Si je lui demande de chanter... Il chantera ?
L'espoir qui est mort. Mais de quoi il parle bon sang !? L'espoir n'est pas mort ! Il me tue !
Le fou ne comprend pas. Qu'il retourne faire rire son roi. Moi je ne suis qu'une biche. C'est lui même qui l'a décidé.

Comment il peut dire cela. Même lui espère. J'en suis sure. Il pleure bien des femmes.
Alors il espère les retrouver. Donc il ment ! Il est fou et il ment ! Je n'aime pas les menteurs bon sang !
Je me redresse, et soupire, exaspérée. Il ne comprend pas, il ignore tout. Ce n'est pas moi, finalement.

- L'espoir ne mourra jamais. Quoi que tu en dises.

Oui, même s'il le pense. Il espère. Le monde espère. Et moi je vois.
C'est une rengaine dont je ne sortirai jamais. Une manège qui tournera toujours.
Il n'y a pas de fin pour les rêves. Pour les espoirs. Les envies. Ils se termineront, le jour où je rendrai mon dernier souffle.
Ou tout du moins, pour moi, ils se finiront ce jour là. Après le monde continuera d'espérer. Mais moi, je serai enfin enfermer dans un silence apaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 18 Fév - 17:48

    L'espoir crève en premier parce qu'il est plus amusant d'abattre un résigné.
    Quoi que... tant que les émotions déversent leur flot je suis preneur. Ha ha.
    Même s'il ressuscite sous la forme d'une ombre dans les jolis cœurs naïfs, parfois.
    Il est incarné par les défenseurs du peuple mais ils se rendent aussi à l'évidence.
    A quelques rares exceptions près, tous tombent comme des pétales fanés, déçus.

    - L'espoir ne mourra jamais. Quoi que tu en dises.

    Oh mais c'est qu'elle pourrait nous le chanter ce refrain, la brebis égarée
    Pourquoi se tient-elle éloignée du troupeau si l'espoir perdure, hein ?
    Tout simplement parce que la guérison à laquelle elle aspire est déchue.
    Se faire une raison c'est admettre que l'espoir nous a trahit, qu'il est foutu.
    La vérité ils la connaissent tous, on est baisés comme la dernière des putes.
    Oups, censure oblige : on se moque de nos charmants atouts en les maltraitant.

    Se rendre à l'évidence c'est courber l'échine devant l'adversité.
    Embrasser le chaos est plus difficile que de se bercer d'illusions, j'en conviens.
    Mais tant que demeureront des vilains comme ils disent, l'espoir se cachera.
    Parce que lui a la sagesse de reconnaitre qu'il ne sert à rien tant que nous sommes ici.
    Choisissez un de leur héros, au hasard, le plus grand ce Wonderman mais quel athlète !
    Il se terre chez lui à l'abri de ceux qu'il prétend défendre. Sont-ils tous sourds à l'ironie ?

    - Et je pensais mes blagues mauvaises...

    Parce que s'en est une bien fraiche qu'elle me sert, avec son air de pas y toucher.
    Que dit cette mine défaite, hein ? "Oula, l'espoir très peu pour moi, mais j'y crois" ?
    C'est un fait incontestable, je l'ai tué depuis longtemps, avec le premier cadavre.
    Ce fut un émissaire à l'attention de tous, tout brûle ! Et de par le fait, tout brulera.

    Ah, et pu... ! Mon pouce s'enflamme et enferme une vive douleur sous ma peau.
    J'ai l'impression que mon cœur est suspendu au bout de mon doigt, menaçant de tomber.
    Partira, partira pas... son pouls réguliers anime la souffrance que je n'ai pas vu venir.
    Il lance, mon pouce, tout ce dont il ne veut pas, il essaie de rejeter les conneries qu'il refoule.
    Mais la peau l'en empêche visiblement et il amoncèle son flot d'âneries sous un ongle.

    Je conserve toutefois le couteau complice de ma douleur dans la main, je lui pardonnerai.
    Les explosions et les canifs étant mes favoris, je ne peux les blâmer pour ma folle rengaine.
    Peut-être l'autre pleure-t-il ses pertes mais lui comme moi avons de commun l'absence d'espoir.
    Les morts ne reviennent pas et les larmes ne couvrent pas leurs squelettes d'une seconde peau.
    Sans illusion pas de caprice et la vie est vécue sans œillères ni utopies. La vie, quoi, la vraie.

    Je regarde le visage éteint de l'enfant sachant qu'au fond, elle sait que j'ai raison.
    Nous avons raison de dire les choses sans les mastiquer des heures durant.
    Et elle, son mal-être et ce semblant d'aliénation volontaire, tout ça...

    - Ça ne va pas aller en s’arrangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 25 Fév - 15:39

Et je pensais mes blagues mauvaises...

D'accord. Maintenant il me prend pour la comique de service. Je ne suis pas un clown.
Juste un pantin entre ses mains, j'ai l'impression. Si j'ai peur du monde, qu'on ne me demande plus pourquoi.
L'homme qui se trouve devant moi en est surement la raison. Trop fou pour rêver de moi.
Il me tu quand même d'une toute autre façon. Ouais, il me transmet sa folie.
A croire qu'une connexion existe entre nos deux esprits totalement différents. J'ai bien dis à croire.
Par ce que je ne sais réellement pas, si ce que j'avance est vrai. D'ailleurs je fronce les sourcils devant mon ignorance.

Je relève difficilement le regard vers lui. Cependant je m'attarde un peu plus sur son couteau.
Bon alors, tu ne m'avais pas promis une cicatrice ? J'attends. Rends moi laide, bon sang.
Mon erreur est là, il ne me l'avait pas promis ma cicatrice. Je me l'étais promise seule. Mais moi toute seule, je n'oserai pas faire ça. Foutu Purity.

Il m'observe. Moi qui n'aime pas cela. Aujourd'hui je n'ai droit qu'a ça de sa part.
Est ce que je le regarde comme si j'étais au zoo moi ? Non, alors qu'il arrête d'agir comme ça.
Il pense à mon pouvoir. Aliénée par ce que je le veux, selon lui. Merci.

Ça ne va pas aller en s’arrangeant.

Comme si tu le savais toi. Tu le sais peut être ce que ça fait de vivre avec une chose pareille ?
Mon compagnon principal est l'espoir, des autres. Les rêves, des autres. Les utopies, des autres.
En définir, tout ce que j'ai, appartiens à d'autres personnes. Alors j'en est pas des raisons d'être aliénée, idiot ?
Je soupire longuement, de fatigue, d'ennui, de tout et puis finalement à cause de rien.

Génial.

Je lance sur un ton sarcastique. Après tout, il pensait vraiment que rien ne s'arrangerait.
Alors soit, que rien ne s'arrange, je m'en sortirai. Comme toujours. Peut être que je finirai enfermée.
Mais ce n'est pas important, j'aurai survécue à mon pouvoir, jusqu'au bout. Je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 25 Fév - 16:33

    Génial.

    Bah oui, carrément rond, même.

    - N'est-ce pas ?

    Et une victoire de plus pour les nanards.
    J'ai raison, comme toujours, depuis toujours.
    Faut se faire à l'idée pour vivre tranquille maintenant.
    C'est super, les pouvoirs. Surtout les super-pouvoirs.
    Je veux qu'elle m'entende penser que c'est super, les pouvoirs.

    - C'est marrant, non ?

    Allez, percute ma belle ! Avant que le camion ne te renverse le premier.
    C'est une blague, il te faut rigoler. Les blagues, c'est fait pour ça.
    Elle irait même jusqu'à bafouer la nature des jeux de mots ?
    Rebel jusqu'au bout, l'alien refoulé. Toujours pas ?

    - C'est super, les pouvoirs. Super-pouvoirs...

    Et elle voit au moins là, que je n'ai qu'un sourcil de levé ?
    J'espère bien parce que je met à profit mon esprit entier, là.
    Je suis concentré pour t'aider à comprendre l'humour fin.
    C'est le gauche que je soulève en plus, t'as pas l'air de te rendre compte.
    Le plus dur à lever tout seul c'est celui-là, tout le monde le sait !

    - Bon sang mais qui t'a éduqué ?

    On sourit à la vie et aux blagues des gens polis.
    B.A-Ba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Ven 27 Fév - 17:52

N'est-ce pas ?

Et de surplus il se moque de moi, à présent ?
J'ouvre grand les yeux, ronds. Je ne comprends pas.
Il ne l'a pas entendu ? Le ton ironique que j'avais employé ?
Bon d'accord, de toute évidence, il ne l'a pas entendu, vu son regard d'illuminé.
Allez parle, tu vas me sortir quoi maintenant ? Malgré moi, je languirai presque de savoir.
D'accord, maintenant il me parle par pensée. Quoi ?
C'est super, les pouvoirs. Il n'est pas sarcastique. Et il sait ce que je sais faire.

C'est marrant, non ?

Non, non. Ce n'est vraiment plus marrant maintenant.
Plus du tout, ça m'angoisse encore plus que tout tes regards, et ton couteau.
C'est pas drôle ton jeu de mot. Rien est drôle.
Les super pouvoirs. D'accord, tu veux savoir si c'est drôle, je veux savoir comment tu connais le mien ?

C'est super, les pouvoirs. Super-pouvoirs...

J'avais fais le rapprochement, ne t'en fais pas.
Il me sert une expression des plus bizarres. Il cherche quoi, là ?
Lui hausse un sourcils, moi je fronce les miens.
Arrête, fou, je ne vois pas ce qu'il y a de drôle. Dans ton stupide faux-jeu de mots.

Bon sang mais qui t'a éduqué ?

Aoutch. Touchée en plein cœur par le bouffon du jour.
Sa phrase est aussi dur que certains de leur rêves.
Qui m'a éduqué ? Bien, alors je commence par quoi ?
Un peu mes parents, je crois, un peu l'orphelinat, aussi, un pervers, quelques temps, ma solitude, souvent, et James à présent.
Je réfléchis, réfléchis. Pour rien, par ce que finalement, je la connais ma conclusion.
Je le sais depuis longtemps. Pas la peine d'y réfléchir, à une telle question.

En réalité ?

Je souris, juste pour lui faire plaisir.
Juste pour qu'il croit que je joue avec lui. Mais je crois bien que mon geste sonne faux.

Personne.

Oui, elle est là ma solution. Toute bête, toute simple.
Personne, et surement tout le monde a la fois.
Mais moi je choisis, moi je préfère.
Oublier, mon faux-père, ne plus penser à mes parents.
Personne ne m'a éduqué. Je ne rirai pas à tes idioties, désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Ven 27 Fév - 21:46

    En réalité ?

    Ou dans tes rêves, si tu préfères, pour ce que ça peut me faire...
    Parce que la réalité, ma belle, elle est obsolète, tu sais.
    Mais obsolète ça veut dire quoi, papa ? Ta gueule, chérie.

    Elle me sourit, et elle me fait plaisir.
    Pas pour longtemps, mais quand même.

    Personne.

    Et ben tes manières s'en ressentent méchamment, mon enfant.
    Poursuis-les en justice, tes parents. C'est pas bien ce qu'ils ont fait.
    Si seulement quelqu'un la défendait, cette chienne. Tu crois pas ?
    Non, tu crois en rien toi, tes yeux sont déjà crevés, c'est triste.
    Triste ? Pas à en pleurer, mais tu fais peine à voir, finalement.
    Ne m'ennuie pas fillette, je te préviens pour la seconde fois.
    Tu les vois les étoiles, là-haut ? Non hein ? Elles sont noires.
    Si, j'te jure, d'un noir d'encre. Tu sais comment je le sais ? Non.
    J'vais te le dire alors: parce qu'un jour, un gars les a vu.
    Pour de vrai, et de près. Puis ces yeux ont cramé. Alors, tu vois ?
    Il est dans le noir maintenant, pour toujours et à jamais.
    C'est une preuve ça non ? Il les voit plus, les couleurs le type-là...
    Et la dernière chose qu'il a vu, c'est des étoiles, avant que tout se voile.
    Ose lui dire, à ce monsieur, que les astres ne sont pas noirs.

    - Un...

    Tu l'entends, mon murmure ? Non, hein ? Normal, il est mort au bout de mes lèvres.
    Ne t'impatientes pas, tu l'auras vu naitre, c'est déjà ça. La symphonie s'échauffe.

    - Deux.

    Tu vois, tu l'as entendu celui-là. Parce que je l'ai parlé comme on chante une berceuse.
    Il ne résonne pas, mais l'arbre à côté de moi, oui celui-là, il l'a entendu, lui aussi.

    - Trois.

    Ah, c'était plus fort cette fois, tu commences à comprendre le truc ?
    Sers à quelque chose, petite, chauffe les cellules de ton cerveau.
    Tes neurones, comme on dit, ou utilise un autre organe.
    Je me fous du chemin que tu choisis, surprends-moi.

    - Quatre !

    A en faire trembler les feuilles, celui-là. Parfaite imitation d'une colère naissante.
    Flippant, non ? Non, pas encore. Comprends, allez comprends. Tu peux le faire.

    - CINQ !

    Je parie qu'un de tes tympans en pâti, ce coup-ci. Moi, je n'entends plus rien.
    Alors ce sera quoi, ton choix ? Abrutie par le bruit ou ta connerie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mar 3 Mar - 17:15

Il a l'air de réfléchir.
Mais pour tout avouer, j'essaie de ne plus y prêter attention.
Mal élevée ? D'accord... J'aurai aimé t'y voir toi. Dans mon monde à moi.
Essaie juste de survivre, dans cet univers qui me rends de plus en plus dingues.
D'ailleurs, je te l'annonce, tu y participes à ma déchéance. Tu y participes vraiment.

Un...

Je fronce les sourcils. Sans comprendre.
J'avais à peine entendu son faible Un... Qu'est ce qu'il prépare, maintenant ?

Deux.

D'accord. Le compte a rebours est lancé, et je ne l'entends presque pas.
Je ne comprends réellement pas dans quel monde il vit, lui.

Trois.

Il a donc choisit le crescendo. On va aller jusqu'à quel nombre ?

Quatre !

Le son résonne un peu plus dans ma tête.
Et je le ressens comme une baffe qu'il aurait voulu me foutre depuis le début.
Pourquoi ? C'est ça la bonne question en fait.
Il est peut être tout simplement foncièrement mauvais. Point.

CINQ !

D'accord. Je n'entends plus rien. Le son résonne carrément en moi.
Pour peu, je mettrai mes mains sur mes oreilles.
Mais je sais très bien que ce mouvement ne servira strictement à rien.
Et que de plus, ça lui ferait plaisir surement que je le fasse.

Alors je pose ma main sur ma bouche.
Réfléchissant à mes prochains mots.
Il faut peser le pour et le contre. Mais le pour et le contre de quoi ?

DÉGAGE !
Contre.

Je crois que je hurle sans le vouloir.
En même temps, je ne m'entends plus parler.
Foutu lui, non mais vraiment. Je lui avais fais quoi moi ?

Je secoue ma tête. Mes esprits reviennent peu à peu.Et mon ouïe avec eux.
Je soupire, hors de moi. Je n'aime pas être comme ça.
Et puis je me mets à le fixer. Essaie de comprendre son expression.
Mais rien, je suis aveuglée, et lui aussi; Ou je ne sais pas quoi d'autre.

RESTE !
Pour.

Qu'il y comprenne ce qu'il souhaite.
Moi je m'en fiche à présent.
Les deux sont dit. Maintenant qu'il décide.
Après tout, je subirai. Et survivrai, comme à mon habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Dim 22 Mar - 16:58


    DÉGAGE !

    Ah, dommage ! Tu aurais pu trouver la clé de ce putain de faux secret.
    Elle était pas loin, et la portée de ton petit bras aurait suffit à l'atteindre.
    Atroce, non ? Tu me chantes la même chose que tous les autres, finalement.
    Mais bien sur que je vais dégager, tu croyais quoi, sincèrement, l'enfant ?
    Que j'allais passer ma journée avec toi dans les bois à te chanter l'infini ?

    C'est joli, l'innocence. Connerie ! L'innocence est aussi laide que son ennemie.
    Elle n'a rien vu ni vécu, elle est la vierge d'une ville truffée de putes. Et après...
    Tout le monde sait ce qui arrive, on se lasse des vieilles trainées alors c'est foutu.
    Là, c'est mort. On crève l'innocente parce qu'elle erre dans une vie inconnue.
    Elle sait rien du monde et ses atrocités, elle ne connait ni beauté ni lugubre, la folle.
    Que dalle, et pour jamais. A moins de ne perdre l'unique chose qui la caractérise.
    Une perle non coupable qui le devient... elle n'est plus rien. Et là, elle est en vie.

    RESTE !

    Oh la la. Ou bien. Oh ! Là ! Là ! Signe d'une menace imminente, dans ton dos.
    Il divague, le bonhomme, il devient dangereux, planquez tout, ne cachez rien.
    C'est fou ça, qu'est-ce que tu essaies de dire, avec ton air ahuri de gosse battue ?
    Je vais foutre le camp, ça me paraissait pourtant clair à moi, ce plan-là. Non ?
    Depuis le début tu le sais, que Liam et moi on trainera pas ici toute la journée.
    A moins que... mais oui, d'accord. Peut-être, c'est logique. Tout à fait probable.

    - Tu parles au vent ?

    Y'a pas d'autres solutions ici, tu t'adresses à qui, exactement ? Il est où ton fantôme ?
    T'as un pote imaginaire qui te travaille, peut-être. La jeunesse, quelle foutaise.
    C'est dingue ça aussi : ma voix, celle qui a crevé tes oreilles endolories juste avant...
    Elle est calme, maintenant. J'en fais ce que je veux, c'est d'une injustice totale.
    Parce que je n'appartiens à aucun état en particuliers, je triche avec la palette.
    Je choisis ce que tu appellerais une émotion, n'importe laquelle et paf ! la voici.
    Alors si je veux être en colère, rien de plus facile, tu as vu ? Là, tout est serein chez moi.
    Toi par contre, tu es toute bouleversée de ce cri qui résonne encore en toi, c'est normal.
    N'est normal que la normalité, chère princesse. Tu as perdu ma fréquence trop tôt.

    - SIX !!

    Wow, pour le coup, je t'avoue que j'en perds mon latin ! J'en ai mal à la tête.
    Il est fou ce cri, mes amis, complètement irrationnel et soudain, il fait peur.
    Ouais, ça ressemble surement à ça, la peur, je l'ai gouté tellement de fois...
    Dans les yeux des autres, et dans leur voix, elle répond à l'appel de la colère.
    Là, j'ai hurlé à en crever et j'imagine que j'ai perdu une octave sur la pendule.
    Il est marrant en plus, cet échos-là, dans les bois. Il joue avec un chiffre.
    Le voilà prolongé dans sa longévité, mon six désabusé. C'est un jouet.
    Renvoyé par les feuilles, il se balade d'arbre en arbre et trace son chemin.
    Mais à qui tu parlais, alors, quand tu beuglais à ton fantôme de copain ?

    - Non parce que, tu vois, le vent il n'écoute pas. Alors si je dis ça... c'est pour ta voix, tu comprends ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Ven 12 Juin - 16:36

    - Tu parles au vent ?

    Ouais, surement.
    Dans le fond ça doit être ça, je parle à ce foutu vent, comme lui n'arrêtais pas d'y parler.
    Sa folie me brule tous le corps, m'électrise, me tue peut être aussi. Fichu lui.
    Je n'aime pas ce que je suis en train de vivre, pourquoi je suis encore ici, dites moi ?
    Trouvez moi une solution, je ne veux plus vivre ça. Point.

    - SIX !!

    Non, non et non ! Bon sang, je n'en veut plus de ses cris hystériques.
    Je n'en veut plus de cette folie. Pourquoi hurler ?
    Chercher à faire éclater mes tympans pour de bon ?
    Je suis juste fatiguée, de converser avec un fou dont je ne connais même pas l'identité.

    - Non parce que, tu vois, le vent il n'écoute pas. Alors si je dis ça... c'est pour ta voix, tu comprends ?

    Je soupire longuement.
    Parce que maintenant l'idiot du village s'inquiète pour moi ?
    Non, pas pour moi, pardon, pour ma voix.
    Mes sourcils se froncent sans que je contrôle cet acte.
    Je secoue la tête, essayant de comprendre ce que je suis en train de vivre,
    mais rien à faire je n'y capte réellement rien.

    - T'inquiète pas pour ma voix.

    Je hausse les épaules tout simplement.
    M'interrogeant toujours autant sur son identité.

    - Et puis tu es qui toi, d'abord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Mer 9 Mar - 21:43


    Sinon j'peux te la faire en chinois : comprende ? Ils font peur les chinois, tu trouves pas ?
    En fait, c'était "capice" je crois... Mmh, mais ça ils s'en foutent depuis là-bas.
    Parce que c'est loin la Chine, tu savais ? Ils disent qu'il suffirait de creuser...
    Mais moi j'y crois pas. Je suis malin, j'ai de la ressource mais pas assez de pelles.

    Alors quand je dis que j'me soucie de ta voix, il faut y croire, capita ?
    C'est une nouvelle langue. Compronado ? Encore mieux, je suis divin.

    - T'inquiète pas pour ma voix.

    Je m'en cogne, est-ce que tu capitano ?
    J'ai dit ça comme je parlais des chiens, des chiffres et de mon rien.
    C'est une envolée de littérature, mais parlée. Du di-a-logue, petite fée.
    Tu vois, là ça aurait rimé avec "capice" mais ça suffit maintenant les bridés.
    Pas que j'en ai peur attends, j'sais me servir de baguettes, depuis quelques temps.
    (C'est la version officielle, évidemment, je préfère le dérivé bionique : four-chette).

    Alors dis-moi princesse, où on en était ? Tu me parlais ?
    Vas-y quoi, fais pas ta pute. Dessine-moi un mouton.

    - Et puis tu es qui toi, d'abord ?

    Ton pire cauchemar. Mwahaha. Tu l'entends celle-là ?
    En attendant si tu voulais bien arrêter de valser, j'ai envie de gerber.
    Même si -ouiiii bon, d'accord oula tout de suite l'autre ça y est !- c'est moi qui tourne.
    C'est m-hareng c'est tout et puis j'ai pas tout à fait abandonné mon idée de fossé.
    J'veux marcher, courir et me vautrer encore jusqu'à faire un cercle autour du bois.
    Un cercle dans le cercle, du bois dans le bois de ma voix... Tu vois ? Profond !

    - Mwahaha.

    Non, attends ! Attends ou j'te jure que je me jette sur ta petite cuillère.
    C'est pas ce que je voulais dire, pas dans cet ordre en tout cas. Non non.
    Oui non, il vient alors, ce mouton ? Moi je dis : trop de "on" tue le con.

    Je m'arrête de marcher tout à coup, c'est presque trop de déjà vu.
    Analyse-là cette phrase, je t'en supplie. Je veux un petit compte-rendu.
    On disait quoi ? Mwa- Je sais pas, je crois -Ah que ça ressemblait à -Ah

    - Bon je te le dis, mais chut parce que c'est un secret, okay ? Je suis...

    Aaaah bien joué ma bouche ! On en était à qui je suis, qui tu es, qui nous sommes.
    Si t'es sage, je te sortirai le coup du retour sur mon moi intérieur. Je l'adore celui-là.
    Il est drôle pas vrai Rooney ? Ce qu'on a pu se marrer ce gamin et moi !
    On est comme ça (tu les vois, mes deux doigts, ces deux-là ? Bah comme ça.) lui et moi.

    J'ai mentionné le fait que j'arrêtais de marcher ? En fait, c'était pas vrai !
    C'est fou ouais ? Je marche encore, tout autour de la petite aux rêves sans identité.
    Génialoïde. Je m'éclate autant que je pourrais m'ennuyer si je voulais. Mais évitons.
    Je me prépare à délivrer mon secret et m'arme de plusieurs mimiques, toutes en même temps.
    Fais signe de chuuut avec moi doigt (celui qui représentait Rooney), parle tout tout bas.

    - Je suis un copain de Néné... .

    Je brasse l'air devant mes lèvres avec mon index/slash/Rooney, pour dissiper le secret.
    Je répète un long chuuuuuuuuuuuuuuuuut qui souffle mon cercle dans le cercle.
    A mon avis, ça y est. Et si mon avis le dit, c'est que c'est vrai ? Pas vrai ? C'est pas vrai !
    L'herbe est bien couchée, toute allongée et les extra-terrestres ont du soucis à se faire.
    Ça c'est du signe dans les champs ! Bouffe tes dents, téléphone maison.
    Par où que je m'en vais ? J'suis pas décidé, mon con ; j'sais pas faire sans mouton.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 189

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Ven 11 Mar - 9:09

    Je ne comprends plus, ne veut pas. J'en ai marre, tu vois ? J'en peux plus, laisse moi.
    Mon cœur en bandoulière, je sais que je n'y arriverai pas.
    Je me fiche de qui il est, de sa vie, ses envies, ses rêves et tout ce qu'il a des l'esprit.
    Qu'on me laisse en paix, si ce n'est pas trop demandé.

    Me sens comme une poupée, désarticulée, trop faible pour être vrai. Ils sont raison tous, de me rêver.
    Je suis la proie et apparemment la plus douée pour être celle là.
    J'accuse un regard vers celui qui tourner toujours, me demander s'il va s'arrêter, pour paraitre plus vrai.

    - Mwahaha.

    D'accord, rien que ça ? Je soupire, parce que là, je ne comprends toujours pas. Et ne veux pas.
    J'ai demandé à ce qu'on me laisse, j'en ai marre, marre et marre.
    Je veux rentrer, pas chez moi, bien sur, mais à Sky High, nulle part ailleurs. Espérer voir quelqu'un d'autre.
    Qui ne parlera pas plus au vent qu'à moi. De tout les fous du monde entier, il fallait que je tombe sur le plus fêlé.

    Et puis quoi, après le ricanement ? L'arrêt final des pieds. Je le regarde toujours, et m'en veux presque de ça.
    J'aimerai savoir être indifférente, ne plus me laisser emporter par les pensées des autres.
    Ne voir que les miennes, tenter de rêver. Un jour, oui, je promets que j'essaierai.
    Et ma promesse semble fausse, inexpliquée. Faite devant un homme qui ne doit pas savoir qui il est.
    Alors, à peine prononcée, déjà effacée. On me pardonne ma perte d'esprit, et mes envies de rêves parfaits.
    Jamais cela ne pourra arriver. C'est comme ça, juste moi. Purity, pauvre Keira.

    - Bon je te le dis, mais chut parce que c'est un secret, okay ? Je suis...

    Personne, pas vrai ? Je soupire, parce que dans le fond je crois que je voudrais qu'il réponde ça.
    Peut être pour être plus proche de lui, je ne sais pas, je suis folle, n'est ce pas ?
    Mais je remercie le ciel de ne pas l'être autant que lui. Parce que cette folie là, je ne la supporterai pas. Voilà.
    J'ai mal au ventre de tout ça, suis toujours assise par terre, et me dis que je dois paraitre bien esseulée comme ça.
    Aussi, aussi quoi déjà ? J'ai peur de tout ça, de sa révélation, me sentir con parce qu'il a un nom connu.
    Et que moi j'ignore, trop éloignée de ce monde qui est pourtant le mien. Je ne veux pas.

    - Je suis un copain de Néné...

    Alors je fronce les sourcils, me dis que je ne dois pas être aussi inculte que ça.
    Néné et puis quoi d'autre aussi ? Je soupire, n'aime toujours pas.
    La discussion n'est plus favorable à tous ces délires mentaux.
    J'en peux plus, j'ai dis, je l'ai pensé, tellement fort que j'ai espéré qu'il pourrait l'entendre. Si fort, tu sais.
    J'expire lentement, et le regarde, me rends compte qu'il a reprit à marcher. S'il s'était seulement bien stoppé.

    Et puis, c'est à mon tours, je crois. Je me décide, parce que je n'en peux plus, de le subir pour l'instant.
    J'en peux plus, et je me lève, aussi droite que je le peux. Je me dresse devant lui, et cherche son regard.
    Je vais marcher moi aussi, pour montrer que je sais le faire. Je vais être douée pour ça aussi, je crois.
    Je pince mes lèvres, et essaie de ne pas paraitre effrayée, parce que dans le fond, je crois que je le suis un peu à présent.

    J'ai mal au ventre de savoir qu'il pourrait m'abimer. Et puis, comme je l'ai déjà pensé.
    Qu'il le fasse, plus personne ne reverra de moi. Je me hais d'être née aussi jolie qu'une poupée.
    Je ferme les yeux, l'espace de quelque secondes, et puis, tourne en rond aussi. Sur les traces de ses pieds.
    Je le refais, parce que je ne sais pas quoi faire d'autre. Être folle, c'est plutôt bien je crois.

    Je passe ma main contre mon front, toujours tournant en rond. Et je soupire, une nouvelle fois.
    Réfléchissant, je me retourne vers lui, et fini par me décider à lui parler. Comme lors d'une grande réflexion.

    - Et qui est Néné ?

    Le vent, tu crois ? Dix huit, voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   Dim 20 Mar - 23:00


    Elle se lève et crève le cercle avec moi. Tu vois, quand tu veux !
    J'vais te faire travailler pour moi, comme les petits chinois.*
    *référence à une pensée ci-consanguine : paspeurdeschinoismoi.
    Et j'te paierai en caviiiar ! On ira élever des poulpes au Népal !
    Même qu'on boira de l'essence de tentacule et un peu de poulet.
    On nagera avec les canards et si tout va bien, on rentre demain.

    Tu vois comme je danse derrière tes pas ? Je groove, moi !
    Sauf que si tu me regardes là, j'arrête. On ne s'égare pas.
    Pauvre grande grande, c'est moche comment, les désirs des gens ?

    - Et qui est Néné ?

    Aucune idée, toi tu le sais ? En tout cas j'crois pas qu'il voudrait tourner.
    Néné, lui au moins il se serait évanoui ! Il aurait pleuré, au moins un peu.
    Quoi j'veux dire, juste une goutte de calamar, c'est pourtant pas trop demandé.
    Moi je m'assoie et de mon doigt, te fais signe de continuer à tourner.
    Ah bah c'est lui, Néné ! Mon doigt, le petit grand là, l'index, paraitrexe.

    Tourne allez, ta prison va pas se fausser toute seule.
    Et si tu t'y prends assez bien, je t'offre un caillou.
    Comme ça tu vois, tu pourras te cacher dessous.

    - Néné, c'est une dent de bouc.

    Et puis le mouton, tu te souviens ? On verra un autre jour finalement t'en fais pas.
    Je sais, je suis trop sympa mais toi j'pourrais pas te crever, t'es déjà abandonnée.
    A quoi ça servirait, tu peux me le dire ? Non non, je vais plutôt te cultiver.
    Faire grandir tes pas pour qu'ils viennent trouer tes chaussures au lieu des miennes.
    Je mérite bien au moins un esclave, tu crois pas ? Allez ! Tourne mon ninja.

    Je jure que je m'énerve un peu, beaucoup... si tu ne tournes pas sans moi.
    Mais pour le moment, je veux que tu penses à la perruque d'un banquier.
    Et puisque j'le veux, tu vas le voir, pas vrai ? Le postiche ma belle, allez.
    Oh, j'ai failli oublié mais je devrais surement te préciser :

    - Une dent derrière un phoque.

    Et mais ! Si tu tournes, saigne un peu en te sachant complètement folle...
    Et que moi, je reste assis là à dire connerie sur connerie... on s'est inversés !
    C'est fou la nature des fois tu trouves pas ? Je suis toi, ça y est.
    Je suis triste, toute orpheline, trop jolie pour vivre correctement.
    Pleure mon grand, tu vois comme ça me blesse de te laisser respirer ?

    - J'en ai rien à foutre de ta perruque de banquier !

    Surtout que moi, c'était pâtissière de mariage que j'voulais faire.
    Alors tu vois un peu comme je m'en cogne de tes tampons.
    Oui, ça veut dire quelque chose quand on a vingt ans.
    Mon agressivité te fera peur, parce que toi t'es un vilain marteau.
    Et si je crie, si je brule, si j'te suis... tu t'en iras, pas vrai ?
    Faut que tu arrêtes de tourner, comment je fais ?
    Je vais pleurer un peu, ça changera tout tu verras, j'y crois !

    Oh non ça ne marche pas... rien ne fonctionnera jamais.
    Je veux que tu ressentes à quel point tes désirs sont vains.
    T'as saisi la princesse ? Rien ne marchera ja. Non, mais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity   

Revenir en haut Aller en bas
 

|- J'abimerai ce silence assourdissant | Purity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Serena A. Danielson - Purity
» Un changement en prépare un autre [Seito]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SUPER NOUS :: Grands brûlés-