AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Christina Trager -| Heaven & Hell |-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 8

MessageSujet: Christina Trager -| Heaven & Hell |-   Ven 6 Sep - 21:12



Mon héros









    Christina "Tinaaa" Trager




    alias Sleepy Hollow


    L'amphithéâtre est rempli, les voix montent plus haut que nous ne le sommes déjà. Il y a un homme qui se tient devant nous et j'ai beau être au dessus de lui, au dernier étage du gradin, il m'impressionne. Il a cet air que je n'aurais jamais, celui d'un être singulier, différent et heureux de l'être. J'envie les personnes qui n'écoutent que leur cœur, car le mien ne chante que pour les aimer et leur ressembler. Aucun de mes idéaux ne résistent à leur volonté, et je sais de source sûre que je vais me planter, là tout de suite, maintenant, car j'ignore ce qu'ils attendent de moi.

    « Qui commence ? » Sourit l'homme, qui répond au nom de Forrest Ring, si je me souviens bien.

    Plusieurs mains se lèvent, j'ai l'impression que nombreux sont ceux qui veulent impressionner les autres les premiers. J'essaie de les observer, car ils doivent sûrement briller d'une lumière intense qu'il me faudra copier pour être vue. Pourvu qu'ils soient gentils. Il y a ce jeune homme, brun aux yeux sombres, dont la posture nonchalante montre une grande confiance en lui. Il y a comme écrit « Alpha » sur son front en lettres invisibles et il a l'air d'être au courant de l'effet qu'il produit sur nous, même s'il ne s'en occupe pas. Il regarde son voisin, qui selon toute vraisemblance, doit être son petit frère, avec un sourire amusé. L'autre n'a pas levé la main, mais il a un air goguenard dessiné sur son visage bleui par une blessure récente. Il a cassé le nez à un autre élève, le premier jour, je crois. Comme les chiens qui se sentent obligés de pisser partout, ces deux garçons ont déjà marqué leur territoire à leur manière. Les premiers que l'on remarque sont toujours ceux auxquels je ne peux accéder. Ils ne me verront probablement jamais.

    Il y a une jeune fille blonde dont la vie déborde de partout, qui a également levé la main. Mais je n'ai pas l'impression qu'elle le fait pour briller. Elle a juste l'air trop surexcitée pour tenir en place.  Je soupire, en me rendant compte que sa personnalité transpire de son être. Elle est vivante d'une lumière qui lui est propre, elle ne doit même pas savoir quelles règles il faut apprendre pour se faire accepter. Certain ont ça dans le sang. Je ne la connais pas que j'aimerais déjà lui ressembler.

    Une autre blonde attire mon regard, non loin d'elle, bien qu'elle n'ait pas levé la main. Ses yeux scrutent les alentours avec un sourire satisfait que son visage angélique rend presqu'inquiétant. Ses mèches roses lui donnent des airs de ne pas y toucher qui me donnent des frissons. Je ne connais que trop bien les faux-semblants pour ne pas reconnaître quelqu'un qui se complaît dans le mensonge. Je connais les rouages des compromis que l'on fait pour essayer de plaire, et je sais lorsqu'ils sont utilisés par nécessité du bien ou du mal. Cette fille est méchante jusqu'au bout des ongles, et elle me fait presque peur autant qu'elle m'impressionne, comme tout ceux qui ne s'embarrassent d'aucune règles pré-établies pour exister. C'est alors que son regard accroche le mien et l'écorche tandis que je me détourne d'elle dans un mouvement instinctif qui renvoie mes yeux vers la seule personne ici qui me soit familière.

    Joseph Callum McRayne. J'ai essayé d'éviter de le regarder durant tout le discours de présentation de Forrest Ring, sans pour autant être capable de ne pas remarquer qu'il était assis sur le siège numéro 43 de la rangée 9, soit à 10 heures, selon le mode de repérage que mon père m'a enseigné. Il a comme d'habitude, mis sa chemise « porte-bonheur », qui avec le temps ressemble de plus en plus à un vieux chiffon bariolé, mais il faut dire qu'il s'agit, il me semble, du seul vêtement un tant soit peu conventionnel et qu'il la garde pour les grandes occasions. Il est seul pour le moment, mais ça n'a pas l'air de le toucher plus que ça. Lui-même sait que ça ne durera pas. Il n'est pas assis très loin de Lilith Anderson, la jumelle de sa plus vieille amie, et je suis sûre qu'il lui a lancé des clins d'oeil pour la rassurer de l'absence de Sephora, à chaque fois qu'elle tournait les yeux vers lui. Il est si peu intéressé par le cirque qui se prépare qu'il joue avec un fil qui pend de sa chemise, attendant probablement le bon moment pour se manifester.

    « Très bien. Vous pouvez donc baisser la main, je vous garde pour la fin. » Déclare Forrest tandis qu'un sourire se dessine sur le visage de Joe. Il le savait, pas vrai ?

    Mon regard se reporte sur ceux qui levaient la main. Certains ont l'air déçu, d'autres s'en amusent avec un « Pourquoi pas, il a raison, mieux vaut garder le meilleur pour la fin », comme ce bel éphèbe aux cheveux blonds dont la stature en impose à tous et qui se tient également non loin de Lilith. J'ai l'impression que personne ne se tient jamais très loin de Lilith, maintenant que j'y pense. Elle est toujours entourée, toujours protégée, c'est une princesse dont tout le monde aspire à être le chevalier. Comment fait-elle ?

    Le premier garçon que j'avais observé a sur le visage un air satisfait qui se reflète sur celui de son frère. Eux aussi le savaient.

    « Warren Peace. »

    Un frisson parcoure l'assemblée faisant se dresser mes poils, comme si la peur et l'irritation que ce nom provoquait se répandait en moi. Une ampoule pète alors, à quatre siège de là, mais personne ne s'en rend compte, sinon le jeune barbu qui se trouvait en dessous. La colère me gagne lorsque je me rends compte que personne ne semble s'intéresser à son sort, sinon pour le regarder de travers comme s'il avait fait exprès de se trouver sous une lumière défaillante qui aurait pu le blesser. Mais je tourne la tête pour voir le fameux Warren Peace se lever car incapable de me battre pour ma propre sûreté, je ne sais pas me dresser pour défendre les autres oubliés. Pourtant, Dieu sait ce que j'aimerais. Mon regard dérive à nouveau vers JC lorsque je pense à Dieu, et je défaille lorsque je remarque qu'il a le visage tourné dans ma direction. Il fait un petit signe de tête alors qu'il me reconnaît et mon cœur s'emballe au point que j'en suffoque tant aucun de mes organes n'est capable de le suivre. Je ne réponds pas à son signe, portant une soudaine attention toute particulière au grand brun aux mèches rouges qui marche à présent comme ces hommes sortis de prison, dans les films. Même de dos, il a cet air dangereux qui m'affecte d'autant plus que je me sens de plus en plus troublée par les émotions que chaque personne ici a pu éveiller en moi. J'ai peur pour ma vie lorsqu'il lance un regard plein de haine à l'assemblée qui retient son souffle. Le corps face à nous, Warren Peace tourne ses yeux d'un noir insondable vers Forrest Ring qui hoche la tête avec un sourire encourageant. L'image de mon père me rassurant en partant de la maison s'impose alors à moi, et mes angoisses se mettent momentanément dans un coin pour agoniser sans que je m'en aperçoive. Je sais qu'elle reviendront plus fortes, probablement lorsque mon tour viendra de me lever devant tout le monde, ou au milieu de la nuit, pendant que je ferai semblant d'être capable de dormir. Mais pour l'instant, je focalise sur Forrest Ring rassurant Warren Peace, imaginant un instant que c'est à moi qu'il lance ce regard emprunt d'une sagesse toute paternelle. J'ose presqu'espérer qu'il le fera.

    Les mains de Warren Peace s'enflamment alors, et j'entends des cris que j'imite un peu malgré moi. Une autre ampoule éclate, plus près de moi, mais cette fois je ne m'en occupe pas. Le feu qui sort de Warren Peace semble l'alimenter d'une haine que je ne croyais pas possible et je me demande soudain ce qu'il faut avoir vécu pour inspirer une telle peur généralisée, qui s'apparente quasiment à du respect, moi qui ai rarement été capable de dissocier les deux. J'ai les larmes aux yeux lorsque je me dis que la peur doit sans aucun doute être plus acceptable que l'indifférence. Et jamais je ne serais capable de faire peur à qui que ce soit.

    Warren Peace se voit rebaptisé Pyroman et envoyé dans le coin où les membres du groupe des futurs héros doivent s'asseoir, puis Forrest Ring appelle une fille. Keira Harbor.

    Sa beauté aurait frappé un aveugle tant l'humilité apparente dont elle fait preuve a su la rehausser. Ses yeux fuit les notres avec une telle grâce que l'on ne peut s'empêcher de la regarder plus intensément, espérant qu'elle en fasse de même. Mais elle ne le fait pas et une toute nouvelle douleur s'ancre en moi lorsque je me rends compte qu'il existe aussi des gens qui dénigrent ce que j'ai toujours recherché : l'attention des autres. Un coup d'oeil alentour suffit à me conforter dans l'idée qu'elle fascine son auditoire qui attend d'entendre sa voix pour se remettre à respirer et je ramène mes jambes dans une position foetale inconfortable en me demandant si les gens me préféreraient si je les ignorais. J'en doute, car avant de rechercher ma compagnie il faudrait d'abord qu'ils me remarquent. Frustrée, je vois ses lèvres bouger sans entendre ce qu'elle dit. Forrest Ring sourit alors et la rebaptise immédiatement Purity avant de l'envoyer près de Warren Peace.

    Et le cirque continue ainsi, et les personnalités s'enchaînent aux rythmes des noms auxquels je les associe si bien que je les connais tous par cœur, à présent.
    Jared Atwood et la gentillesse qui coule du moindre de ses regards enchante de mélodies les cœurs les plus sceptiques. Je n'ai jamais su exprimer avec ou sans beauté quelque chose qui vienne de moi.
    Sweety Maesa, à la longue chevelure si claire qu'elle semble étinceler comme la neige au soleil, ressemble à une présidente en campagne électorale lorsqu'elle se met à expliquer son pouvoir et sa volonté d'aider les autres héros. Je ne peux pas prendre la parole en publique.
    Hayden Smith ressemble à un ange déchu lorsqu'il refuse d'un air désolé de montrer son pouvoir. Je ne sais pas défendre mes besoins lorsqu'ils ne correspondent pas aux attentes des autres.
    Allison Serena sait s'attirer les faveurs du monde qui l'entoure sans même avoir besoin de contrôler nos esprits, bien qu'elle le puisse. Et même si j'avais raison d'avoir peur d'elle, je l'envie. Plaire me demande beaucoup plus d'efforts pour bien moins de résultats.
    Garrett O'Cogan, dont l'accent me ramène si près de chez moi, reste qui il est et inspire une sympathie toute dessinée pour lui quelque soit sa forme et bien qu'il ne soit pas de ce pays. Je n'ai jamais su m'adapter aux continents que j'ai visité, n'étant parmi les miens nulle part, malgré toute ma bonne volonté.
    Sa sœur, Calliopée O'Cogan, n'a qu'à esquisser un geste pour nous enchanter, et sa douce bonté semble étinceler dans ses sourires qui agissent comme des pansements sur nos cœurs. Je ne sais pas guérir les blessures.
    D'autres passent encore, les gradins se vident. J'ai aussi peur d'être oubliée que d'être appelée.

    « Joseph Callum McRayne. »

    Il se lève et j'ose à peine le regarder, sachant que d'ici quelques secondes, lui aussi aura séduit et amusé la galerie qui fera de mon égérie le prophète de notre génération. Il marquera les esprits d'un panache assurément divin et s'entourera de personnes qui l'aimeront au point qu'il ne se rendra jamais compte que leur amour conjugué n'égalera jamais le mien. D'ici quelques secondes, je l'adorerai à nouveau dans l'ombre d'amis éphémères qui vont et viennent alors que je reste. J'envie déjà Jake Note qui peut blâmer son pouvoir lorsqu'il se sent trop invisible. Je ne peux pas en dire autant.

    JC change l'eau en vin, et tout le monde rit. Mais pas de lui. Ils rient grâce à lui, grâce au plaisir manifeste qui transparaît lors de sa petite démonstration. Grâce à sa prestance qui inspire. Tout le monde aime son pouvoir, même s'il ne gagnera aucune guerre. Forrest Ring le premier, qui dans un petit cri enthousiaste a su trouver le surnom parfait. « Jeez », Jésus, JC. Joe, quoi. Plus personne ne pourra utiliser ce mot sans penser à lui, il se verra interpellé à chaque fois que quelque chose hors du commun aura lieu. Que ce soit bon ou mauvais, d'ailleurs. Et pourtant, personne ne fera le rapprochement entre lui et Jésus Christ quand je laisserai échapper qui j'idolâtre, parce que je n'aurais pas su dire « non » à la personne insistante qui me le demandera.

    Toute à mes sombres pensées, je suis prise de cours, lorsque j'entends soudain mon nom. J'ai tellement peur que j'ai envie de pousser à ma place le garçon qui était sous la première ampoule pour rester cachée le plus longtemps possible. La panique me submerge, je ne veux pas y aller. Pourquoi il n'a n'a pas été appelé à ma place, hein ? Je lui lance un regard, priant pour qu'il puisse me sauver, mais il se contente de me regarder. Alors je me lève, les larmes aux yeux, rêvant de pouvoir moi aussi m'effacer, faute de pouvoir briller comme tout le monde. Si je parviens à montrer mon pouvoir, personne ne restera éveillé assez longtemps pour s'en rappeler. Si je n'y parviens pas, je ne serais qu'une ombre insolite, qui n'a rien à faire là mais dont tout le monde se fiche. Quoiqu'il arrive, je ne serais personne. Forrest Ring aurait tout aussi bien pu me surnommer Miss Nobody, s'il n'avait pas déjà fourni ce surnom à Hayden Smith, qui le méritera, je suis sûre, moitié moins que moi, si ce n'est plus.

    L'ironie, dans cette histoire, c'est que même si je parviens à montrer mon pouvoir, c'est encore moi qui les envierai.

    Sa plus grande force : Par le simple pouvoir de la parole, Christie est capable d'endormir des foules, si on l'écoute.
    Son intime faiblesse :  Peu sûre d'elle, elle ne sait pas ou n'ose pas parler pour sa propre défense et laisse sa personnalité ployer sous la volonté des autres
    Particularités :  Paradoxalement, dormir est un luxe qui ne lui est que très peu accordé





Son âge : 18 ans
Sa citation favorite :
« Ne faites pas le fier. Respirer, c'est déjà être consentant. D'autres concessions suivront, toutes emmanchées l'une dans l'autre. »

Son visage : Jessica Brown-Findlay













    Famille et Connaissances


    | Joseph Callum McRayne; Jeez; ft Joe Dempsie |  Dieu prophète qui règne en son coeur, envoyé pour lui faire oublier la couleur de son prénom, les chiffres de l'alphabet et les lettres de ses pensées. Elle ne sait plus si elle doit rire ou pleurer lorsqu'il l'approche et préfère encore se cacher, rêvant sous une table qu'elle lui a parlé.
    | Hayden Smith; Mr. Nobody; ft Ed Speelers | Ange parmi les profanes, il apporte un peu de Paradis à son Enfer, sans avoir besoin de la toucher. Il calme ses craintes, appréciant qui elle est sans qu'elle n'ait à mentir sur ses démons. Au hasard d'un rêve qu'ils ne sont pas capables de faire, ils se sont trouvés pour mieux se comprendre.
    | Nelly Hurt-Slade; Broken Requiem; ft Mélanie Thierry | L'oiseau aux ailes brisées, qui dans un élan que Chistina a stoppé de peu, a cru pouvoir voler. Pas un jour ne passe sans que l'inquiétude qu'elle lui inspire ne la ronge et la peur de la voir réitérer son geste l'empêcherait de dormir, si elle pouvait le faire.
    | Sephora Anderson; Puppy Doll; ft Emily Browning | C'est avec de l'admiration pleins les yeux que Christina la regarde, lorsqu'elle observe tout ce qu'elle rêverait d'être. Sephora a tout, même l'attention du Divin. Christina l'admire et un jour, peut-être, parviendra-t-elle à s'en faire accepter.






& moi


Prénom, Âge  : Law, 24 ans, désormais ('tain les filles, on est des vieilles.)

Pourquoi avoir choisi ce personnage ? Alors... Cette histoire se joue en deux temps. Les protagonistes sont par ailleurs les mêmes dans les deux événements ayant conduits à l'arrivée de Christina Trager (aka Sleepy Hollow), et pourtant, rien ne présageait qu'ils auraient un jour un rapport. Et pourtant...
Il était une fois, deux fans de Friday Nights Lights qui décidaient d'avoir un TP entre deux de leurs personnages ayant un lien fraternel caché. Aucun rapport, me direz-vous, entre le statut de ces personnages et cette série. Et bien si. L'un d'eux avaient pour avatar l'un des héros de la série. Aussi, les deux auteurs ont-elles décidé d'intégrer une réplique de cette série dans lequel ledit avatar les avaient marqués. Ainsi est apparu le personnage de Tinaaa, jeune fille écervelée et bigote, amoureuse de Jésus. Ce qui advient de ce personnage dans ce TP n'a pas grand intérêt pour l'histoire que je veux vous raconter, aussi vais-je le garder pour un autre jour.

Il était une deuxième fois, deux fans de Skins, qui en avaient gros qui décidèrent de "rendre hommage" à l'un des personnages mythiques de cette série, parti trop tôt, dans la fleur de l'âge. Pour témoigner de leur affection, elles décidèrent en effet de créer un personnage ici-même afin de pouvoir utiliser le visage de l'acteur dans un avatar. Un jeune homme qui se prenait pour Jésus (tiens, un thème commun avec ma précédente histoire... On commence à voir où je veux en venir, pas vrai ?) car il pouvait changer l'eau en vin. Un personnage sommes toutes assez spectaculaire qui eut le don d'attirer immédiatement mon attention et qui me donna envie d'avoir un personnage qui le vénère à la hauteur de sa grandeur... Une groupie. Une groupie de... Jésus ? Une Tinaaa ? Une... CHRISTINA, donc !! Ok, donc on a son lien principal, ne reste plus que le caractère. Quelques discussions avec la grande prêtresse de ce temple qu'est Savior-High ont alors eu lieu, afin que l'on puisse créer un beau personnage, tout en la liant à la Tinaaa des deux fans de Friday Nights Lights. Ainsi fallait-il justifier l'impression de vide cérébral que l'on devinait chez Tinaaa, sachant que finalement, Christina ne pouvait pas être une décérébrée (les abrutis, c'est moche). Bref, l'on s'est rapidement mises d'accord sur un caractère, une histoire et un nom... Et de fil en aiguille, Christina Trager et née, pour finalement devenir mon personnage à moi Very Happy, sachant qu'elle est également apparue dans un contexte historique de "demand and supply". A savoir qu'il suffisait de demander gentiment un personnage, un avatar, une idée à notre grande prêtresse pour le voir naître sur le forum, sans rien dénaturer de la beauté du forum et sans jurer avec les autres personnages, ce qui a rendu l'arrivée de Christina possible, au milieu d'autres créations du même genre.
J'ai donc choisi Christina car cela a été rendu possible par un vrai travail d'équipe et je tiens à remercier la fameuse grande prêtresse, ma Warreniste, de nous permettre de participer nous aussi à la naissance de personnages qui rejoignent un très très beau forum, de très beaux personnages et un très beau contexte de Super Humains qui apprennent à tout âge à devenir les héros de nos quotidiens.

Et elles vécurent heureuses jusqu'à la fin des temps.
D'autres comptes ici ? Warren, Lilith, Callie, Forrest, London et Vicky. Et on ne s'étendra pas sur le fait que non, je n'ai oublié personne...
Un petit mot pour conclure ?
JEEZ !!



Dernière édition par Sleepy Hollow le Sam 7 Sep - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: Christina Trager -| Heaven & Hell |-   Sam 7 Sep - 1:44

Allez, j'affronte le procédé affreux qui veut que j'écrive avec mon téléphone mais je ne peux pas ne pas te souhaiter la bienvenue. Alors bienvenue, sainte Christie au corpore sano Jolly mood
Elle ne cesse de monter en grade dans mon estime, ta Christina. Et nul doute qu'elle finira par être la Mère Supérieure voire oui, mieux, voir la Papesse des grands coeurs.

J'ai hâte de la lire en action, de la retrouver afin de pouvoir la contempler telle que tu la vois. Elle qui passe tant d'heures à regarder vivre les autres. Sur une note tout à fait perso, je suis surexcitée que Jessica B. Findlay montre définitivement sa frimousse ici Potté

Merci donc. Warreniste, d'avoir eu cet infini coup de coeur pour le sien. Même s'il me semble que t'as raconté pas mal de conneries dans ta genèse du personnage. Mais ça vient peut-être de moi, il fait chaud, y a du bruit.
Dans tous les cas, et c'était le début de ma démarche : bienvenue, nouvelle recru, tu as clairement ta place parmi mes anges Love u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Christina Trager -| Heaven & Hell |-   Sam 7 Sep - 11:32

Oui, bon, Friday Night Lights, pas Saturday Night Live... MDRRR
Merci de m'avoir souhaité la bienvenue avec ton portable, ça me touche, parce que je sais que c'est vraiment compliqué.
Tes compliments aussi me touchent. Coeur Je suis contente qu'elle te plaise. J'ai hâte de pouvoir la mettre en action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Christina Trager -| Heaven & Hell |-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Christina Trager -| Heaven & Hell |-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» if you can't move heaven, raise hell (caleb)
» It's heaven and hell. Jack & Natasha
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SAVIOR HIGH RULES :: les présentations :: Fiches validées-