AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 9

MessageSujet: - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}   Ven 3 Mai - 0:38

Ca faisait un petit moment que nous nous faisions de l'oeil, lui et moi. Dès mon arrivée, je l'avais vu au hasard d'une promenade. Il se tenait droit, fier de pouvoir nous toiser de toute sa hauteur. Je me suis donc naturellement mise au défi de l'approcher. J'ai acheté de quoi me protéger, et m'y voilà enfin. J'hésite encore entre lui grimper dessus et rester dessous, pour l'instant mais je prends déjà mon pied, de toute façon, rien qu'à l'observer sous toutes ses coutures. Il a des allures qui me ramène directement à la maison et je me délecte de sa blancheur de cristal que le soleil ne saurait effacer. Le Glacier brille de mille feux sous la lueur de l'astre et ce spectacle me donnerait presqu'envie de pleurer, tant il me rappelle les stalactites qui tombaient du toit de notre maison, l'hiver, lorsque j'étais enfant. Mais je ne pleure pas, car je ne suis pas une mauviette. Et aussi parce que ce n'est pas la température idéale pour laisser du liquide sortir de mes yeux. Je ne peux pas m'empêcher de me remémorer cette matinée à la piscine, avec l'école. J'avais refusé de me sécher les cheveux et était sortie dehors avec la tête trempée. Le temps d'arriver au car, ils étaient devenus durs comme des statues de glace. C'était une expérience marrante, jusqu'à ce que j'attrape la pire grippe de ma vie. Depuis, je me sèche les cheveux et ne laisse plus aucune goutte de rien du tout couler lorsque je sors dans le froid.

Je souris, ça me fait du bien de me rappeler ces souvenirs. Parfois, le Canada me manque. Bien sûr, j'adore être ici et je ne partirais pour rien au monde, mais une partie de moi se sent déracinée. Il n'y a plus rien pour moi là-bas, ma vie est ici, désormais, mais je me sens comme un électrons libre, sans attaches. Cet endroit me rappelle ma patrie, et pour la première fois depuis longtemps, j'ai envie de crier que je suis chez moi. Il me faut un souvenir de ce lieux, à ramener à la maison, pour les jours où notre jeu et ma mission ne suffiraient plus à me faire oublier mon léger mal du pays. Mais qu'est-ce que je pourrais prendre ? Une poignée de neige ? Elle fondrait avant même que je ne sois retournée vers la ville. Peut-être y a-t-il quelque part ici un morceau de glace détaché, qui n'attendrait qu'à être adopté une Reine en manque de son royaume.

Je jette un regard autour de moi avant de me mettre en route. J'ai envie de faire un truc idiot, enfantin, pour marqué cet endroit de ma présence, qu'il se rappelle de moi comme j'ai envie de me rappeler de lui. Comme me rouler dans la neige. Qu'est-ce qui m'en empêche ? Rien, alors je le fais en riant. Je suis bien, vraiment bien. C'est cliché, mais j'aime les clichés. Je pousse encore plus loin en faisant un ange en battant des bras et des jambes. Ridicule, mais ça me plait. Je me lève et sourit, avant d'écrire avec mon pied « Vicky's been here ». Je contemple mon œuvre en penchant la tête, insatisfaite. Il manque quelque chose. J'ai trouvé. J'efface mon prénom d'un coup de pied. « Queen Vicky's been here. Long live the Queen ! » Bien mieux.

Mon chef-d'œuvre terminé, je peux enfin partir à la recherche de mon trésor. Je marche environ une heure, me rappelant tel ou tel souvenir de vacances à la montagne, de snow-board entre amis, de la première fois que Ryan m'a rendu visite au Canada. Il ne savait pas skier, c'est moi qui lui ai appris. Il avait ça dans le sang, je crois qu'il sait tout faire, Ryan. Héros parmi les humains, s'il avait un pouvoir ce serait ça.

Quelque chose m'interpelle là-bas, sur la droite. Le soleil se reflète sur des... trucs. Je ne vois pas de quoi il s'agit, de là où je suis. Au premier abord, je pense à un cimetière, et je trouve ça un peu glauque et bizarrement, ça me rend curieuse. Ce n'est qu'en m'approchant que je me rends compte de mon erreur. Ce n'est pas un cimetière. C'est une sorte de musée à ciel ouvert, rempli de statues de glace d'une beauté exceptionnelle qui étincellent de lumière. Wow ! Elles sont éblouissantes et je suis subjuguée par la précision des traits. L'homme qui les a taillées est un véritable artiste, un Dieu des glaces. Moi qui n'arrive même pas à faire un bonhomme de neige à peu près correct, je suis abasourdie. Il m'en faut une ! J'ai trouvé ce que je veux ramener à la maison ! Il faudra construire un système de réfrigération dans une pièce pour la garder, mais j'ai toujours rêver d'avoir un congélateur géant, comme dans les magasins. Est-ce qu'on peut se servir ? Par politesse, je me dis qu'il vaut mieux prévenir le propriétaire. Surtout que j'ai beau avoir des muscles à force d'entrainement, elles m'ont l'air plutôt imposantes. Je doute de pouvoir en porter une seule.

Je repère une maison, non loin, sûrement celle de l'artiste. J'y cours, surexcitée par ma trouvaille. Je frappe à la porte, j'ai l'impression qu'elle tremble, je dois y être allée un peu fort. Tant pis.

La porte s'ouvre je ne prends même pas le temps de regarder la personne qui m'accueille, le regard rivé sur ses œuvres.

    « Bonjour, je m'appelle Victoria. Je voulais juste vous dire que j'adore vos statues. Je ne m'attendais pas à trouver quelque chose de ce genre ici, je pensais que ce glacier était désert. D'ailleurs, maintenant que j'y pense, il est étrange d'y trouver une maison, habitée, qui plus est. Je tourne la tête face à mon interlocuteur. Bref, tout ça pour dire que j'aime vraiment ce que vous faites, et je voulais savoir s'il était possible de passer commande. Je suis prête à payer très cher, s'il le faut. C'est exactement ce qu'il me faut. Vous acceptez les chèques ? C'est vraiment un travail remarquable. Vous n'avez jamais essayé de vous faire exposer ? Vous pourriez faire fortune, je n'ai vraiment jamais rien vu d'aussi bien fait. Je vais vous en prendre une... ou même deux, tiens. »


S'il vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 33

MessageSujet: Re: - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}   Dim 12 Mai - 19:26

Mes mains touchent le cuir d'un divan où réside encore les vagues de sa présence dans une couverture que personne n'a voulu replier. Elle était si proche quand le sommeil s'est emparé d'elle et si loin quand elle m'a demandé de rencontrer celui que je ne serai jamais. On admire les hommes de loi qui gueulent le bien absolu. On mets en cage ceux qui osent murmurer au nom du mal. Je ne murmure que le silence de mes maux. Certain que personne ne pourrait être témoin du monstre que je suis pour ensuite me qualifier d'autre chose que de vilain. Mes victoires se tiennent de marbre dans les insoutenables lignées où mes statues reposent, bien rangées. Ma vie pour l'éternité. Leur compagnie pour un moment. Je me vois désirer leur silence mais attendre leurs paroles. Comme un fou sous la pluie qui crie au soleil. Je ne suis qu'un malade enfermé dans sa prison de gel. Détestant les gens au point de les détester. Au point de vouloir les voir crever. Sachant qu'ils sont très peu à mériter mon toucher. Les humains parlent du bien alors qu'ils n'ont jamais mis les pieds en enfer. Contrairement à ce qu'ils ont écrit, on gèle en enfer. On gèle hors du temps. On gèle tout le temps.

Il faudrait plus d'un feu dans la cheminée pour la garder ici. Il faudrait plus d'une couverture abandonnée à ses pieds pour la retenir à mes côtés. Il faudrait un titan pour briser la dernière flamme dans ses yeux. L'amour brisé qu'elle a récolleté dans le carnage de son ancienne vie. Ma grande dame n'est pas une dame des glaces. Elle a pourtant élu domicile sous mes côtes. Comme un oiseau blessé qui ne sait plus voler. Mon égérie revient vers le difficile confort de nos habitudes mais elle n'aime pas le froid. Elle s'est attachée à cette part de moi. Le vent froid qui la porte n'est autre que ma volonté de ne jamais la quitter. Qui aurait pu prédire que jamais elle ne serait véritablement mienne. Le monde entier. Probablement.

Toc. Fait la porte. Comme le bruit de mes convictions s'écrasant sur cette misérable civilisation. Toc. Fait la porte. Comme le son de mes victimes alors que mon art s'écrase définitivement au sol dans mon jardin des horreurs. Toc. Fait la porte. Comme mon exaspération creusant sa tombe pour y découvrir que la place a déjà été prise.

Le bruit résonne contre la pierre de mon âme. Quelques pas me portent vers l'entrée de ma glaciale demeure. J'ouvre la porte. « Bonjour, je m'appelle Victoria. » Me dit la chose. Sautillant d'une excitation gamine. Je n'ai pas demandé à savoir. Elle peut partir maintenant. J'oublierai son nom et son visage puisqu'il n'y a qu'une seule femme à qui appartiennent mes pensées. Sauf que la sauterelle n'en a pas fini. «Je voulais juste vous dire que j'adore vos statues. Je ne m'attendais pas à trouver quelque chose de ce genre ici, je pensais que ce glacier était désert. » Elle aime mes statues. Pauvre inconsciente. Qu'elle regarde de plus près pour y trouver une vieille connaissance. Son enthousiasme s'en trouvera mort né. Oui, ce glacier était désert avant qu'elle n'ose y mettre les pieds. Ce glacier était désert pour empêcher la curiosité de se transformer en morbide génocide. Les endroits habités par les morts ne sont pas pour les vivants. Mes yeux sur cette intruse. Je ne pourrais dire si elle est trop jeune pour mourir ou si elle est trop belle pour vivre. «D'ailleurs, maintenant que j'y pense, il est étrange d'y trouver une maison, habitée, qui plus est . Bref, tout ça pour dire que j'aime vraiment ce que vous faites, et je voulais savoir s'il était possible de passer commande. » Voilà la plus monstrueuse blague que m'a faite l'espèce humaine. Mademoiselle veut commander un mort. Mademoiselle aimerait la beauté de la vie enfuie pour l'exposer dans son salon. Mademoiselle ferait mieux de dégager de ma vue. Je suis maître de mes créations et n'accepterai d'être le chien de personne. Ma malédiction est mienne et je refuse de la partager avec elle ou quiconque d'assez stupide pour m'adresser la parole. «Je suis prête à payer très cher, s'il le faut. C'est exactement ce qu'il me faut. Vous acceptez les chèques ? C'est vraiment un travail remarquable. Vous n'avez jamais essayé de vous faire exposer ? Vous pourriez faire fortune, je n'ai vraiment jamais rien vu d'aussi bien fait. Je vais vous en prendre une... ou même deux, tiens. » Ma peau brûle de ses mots. Je hausse un sourcil. Elle en prendra deux, vraiment ? Elle paiera cher, de sa vie. Oh bien sur elle flatte mon égo déjà plus grand que mon corps. Mademoiselle ne sait pas de quoi elle parle. Mon âme appartient à la plus sanglante des âmes noctures et elle n'est pas à vendre. Mon corps guindé s'avance vers sa jeunesse pour prononcer la moins détestable syllabe de la langue parlée. « Non. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 9

MessageSujet: Re: - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}   Dim 12 Mai - 23:22

Il ne sourit pas une seconde alors qu'il m'entend le complimenter, mais je suis sûre qu'il est flatté. C'est obligé. Tout artiste a ce besoin de plaire, cet égo qu'il faut nourrir pour qu'il puisse s'épanouir. Enfin je crois, car en fait, je n'ai pas traîné avec tant d'artiste que ça. Mais je suis sûre que tous les gens capables de créer cherche la reconnaissance, par essence. Même s'il n'aime pas ce qu'il fait, même s'il croit que ou fait semblant de croire que c'est de la merde, il espérera toujours que sa merde sente la rose pour quelqu'un. Je me plante ? Apparemment, car il y a comme un truc menaçant dans sa façon de s'approcher de moi. Je gêne, c'est ça ? Ouais, on me la fait souvent celle-là. Tout ceux qui ne sont pas trop fans de mon ''couple'' trouvent que je parle trop, trop vite, trop fort, trop crûment. Je suis sans gêne et n'accepte pas les refus. Attention, grand bonhomme, tu l'as entendu, celle-là ? Je n'accepte pas le refus.

« Non. »


J'écarquille les yeux dans un rire incrédule, guère disposée à me laisser abattre par une si maigre répartie, même si la prestance du bonhomme placée dans une seule syllabe est révoltante de classe et de flegme. Sérieux, d'une certaine manière, j'ai beaucoup aimé sa manière de me dire « non. ». Cependant, malheureusement pour lui, ce n'est certainement pas comme ça qu'il se débarrassera de moi. Sûrement un artiste qui se croit incompris dans son art, ou qui joue les reclus pour mieux se faire aimer. Genre on abjure le monde entier, on insulte l'intelligence des cultivé juste pour se faire désirer. Les pète-cul, j'en connais. On ne me la fait pas, je n'ai jamais pu me les blairer.

Alors comme ça, c'est non ? C'est ce qu'on verra. Je te suivrai comme ton ombre dans tous les coins du monde où tu essaieras de te rendre, je serai ta famille, tes amis, ta femme, ton chien, tes ennemis, les monstres sous ton lit, les terreurs dans ton armoire. Tu auras même l'impression que tes murs te parlent, et que tes fenêtres te regardent. Tu crois que tu y échapperas, mais, oh non ! Que nenni. Je suis d'autant plus motivée à avoir ces œuvres que tu me les as refusées. Challenge accepted. Je secoue la tête dans un rire mi-amusé, mi-crispé. Je ne recule même pas. On verra qui sera gêné par notre proximité, le jour où il en aura marre de me voir.

    « Ok, je vais tenter une nouvelle approche. J'y suis peut-être allée un peu trop fort. Qu'est-ce qu'il faut faire pour en avoir une ? Je veux dire... C'est du jamais vu, ce que vous êtes capable de faire avec un bloc de glace. Et pourtant, je viens du Canada, des statues de glaces, j'en ai vues, je passais mon temps aux compétitions. Des trucs plus impressionnants les uns que les autres. Mais rien qui ne soit comparable à ce que je viens de voir. Non, vraiment, c'est presqu'une question de survie. Si vous ne m'en vendez pas ne serait-ce qu'une, je vais passer la totalité de mes journées ici. Et croyez-moi, je n'ai vraiment que ça à faire de mes journées. » J'ajoute dans un rire. « Vous devrez me supporter tous les jours, et je peux vous dire que je ne suis vraiment pas un cadeau. Je ne lâche jamais l'affaire, lorsque je veux quelque chose, et je n'ai absolument pas peur du froid. J'ai grandi avec. J'en serai donc plus que capable. »


Je souris, affable, et repense à ce que je lui ai dit, sur les statues de glaces, le Canada, le froid. En fait, ce serait même tout le contraire d'une punition, d'avoir à venir tous les jours. Voir le glacier, rouler dans la neige, contempler les statues, embêter l'artiste... Ca me paraît un programme tellement joyeux. Et puis, de toute façon, je finirai bien par réussir à en chiper une. Il me faudrait un complice, quelqu'un de fort et de discret, qui passerait inaperçu pendant que je ferai distraction, m'offrant en pâture au bonhomme si jamais je devais éventuellement me faire choper... J'y crois moyen, à cette fin-là, mais sait-on jamais, une erreur d'inattention et pouf... Plus de Vicky. Le drame... Mais c'est pour la bonne cause. Bref je disais donc... Et si je demandais de l'aide pour ça aussi, à Henry ? Lui aussi comprendrait l'importance de la situation ? Il comprendrait que j'imagine mon père me tenant par la main dans les allées du championnat, pour me montrer les merveilles venues de tous les pays ? Il comprendrait que je vois ma mère rire devant mes tentatives vaines pour donner la moindre forme à de simples statues de neige ? Il imaginerait, la petite Vicky, agée de 15 ans, se promenant dans les rues enneigées main dans la main avec son premier petit copain pendant qu'ils passaient devant de fausses statues étincelantes de beauté. Translucides et sacrées ?

Non, vaut mieux que je me débrouille sur ce cas-là. En espérant d'avoir raison de ses réticences avant d'avoir besoin d'employer la force, si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 33

MessageSujet: Re: - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}   Mar 10 Sep - 19:15


La gamine aux grands airs sourit encore. Ses yeux se sont écarquillés entre deux battements de cils. Le battement que son coeur a manqué. Prévisible princesse aux airs désagréablement exagérés. Chaque mouvement s'empare de la totalité de son corps. Ses poumons se gonflent alors que la paume de ses mains se retourne inévitablement vers le ciel. Ses lèvres dansent bruyamment mais ses orteils voudraient partir la valse, piétinant le givre. Tout ce qu'elle est oppresse mon doux silence. Il est temps pour la demoiselle de quitter le nord. Mon coeur a hurlé un verdict. La condamnée doit me laisser.

L'oxygène s'engouffre dans mes poumons comme le froid en mon âme. Ma respiration est coupée par un souffle qui annonce comme une enseigne aux néons que l'indésirable n'en a pas terminé avec moi. Mon agacement voudrait s'inventer un dieu à qui prier pour une délivrance. Que mon impératrice de ce qui est juste et sanglant me donne la force de ne pas étrangler cette jeune femme, Amen. « Ok, je vais tenter une nouvelle approche. J'y suis peut-être allée un peu trop fort. » Qu'elle soi là, c'est déjà le comble de l'inconscience. Elle qui semble aimer à ce point mon art pourrait faire partie du tableau. Une grande perche pour tenir la chandelle aux pièces maîtresses. « Qu'est-ce qu'il faut faire pour en avoir une ? Je veux dire... C'est du jamais vu, ce que vous êtes capable de faire avec un bloc de glace. » Ce n'est pas de la glace, mon enfant. Chaque statue a une âme que j'ai volée. Chacune d'elles pleure au lever du soleil. Mes statues pleurent une vie volée par mes mains. Son admiration n'est que le reflet de son immaturité. Une jeune femme ayant grandis dans ce monde matérialiste à l'extrême. La princesse aux grands mots s'est épris de quelque chose de joli. Elle le désire maintenant jalousement sans en connaître la provenance. La mort termine trop peu souvent les contes mélodramatiques qu'ils lisent aux enfants. Il serait temps d'innover. « Et pourtant, je viens du Canada, des statues de glaces, j'en ai vues, je passais mon temps aux compétitions. Des trucs plus impressionnants les uns que les autres. » Mon sourcil s'arque au plus haut point. Vraiment ? Qu'ai-je fait pour mériter les mémoires de son enfance. C'est indubitablement l'univers qui s'acharne sur ma volonté. Un mauvais karma s'insinue sur mon domaine. Mon éternité est dérangée. Mon froid est souillé. La paix n'a rien de compliqué. Il suffit de ne pas trépasser. Bientôt son corps sera planté sur l'enceinte de mon portail en tant que mise en garde aux intrus. Ses cheveux se noueront au fer alors que son corps sera conservé par le froid, gelé. « Mais rien qui ne soit comparable à ce que je viens de voir. Non, vraiment, c'est presqu'une question de survie. Si vous ne m'en vendez pas ne serait-ce qu'une, je vais passer la totalité de mes journées ici. Et croyez-moi, je n'ai vraiment que ça à faire de mes journées. » Sa présence est une agression. Ses mots sont un supplice. Son insistance me cause de l'urticaire. « Vous devrez me supporter tous les jours, et je peux vous dire que je ne suis vraiment pas un cadeau. Je ne lâche jamais l'affaire, lorsque je veux quelque chose, et je n'ai absolument pas peur du froid. J'ai grandi avec. J'en serai donc plus que capable. » Une syllabe de plus et je me fracassais le crâne contre le mur de pierre de ma maison. Cette créature envahis mes pensées. Elle creuse la glace croyant y trouver de l'or. Sous la glace est né le froid. Il n'y a que lui et moi dans cet endroit.

« Partez et ne revenez jamais. »

Le moins de mots possible pour exprimer mon horreur. Mes doigts se frottent les uns contre les autres dans un stoïque claquement. Mon inspiration anime mes phalanges. Un froid creuse mes iris jusqu'à mon âme stoïque comme la pierre. Je suis un éternel mal qui ronge les mortels. Craignez mes silences. Craignez mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: - Storm of Silence - {Vicky/Rapha}   

Revenir en haut Aller en bas
 

- Storm of Silence - {Vicky/Rapha}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rapha Condor - Sharp
» James Storm Vs Brock Lesnar
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» Flame On [Johnny Storm]
» James Storm vs Kofi Kingston
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: PAVILLONS :: vilaines baraques :: Palais des Glaces de Mr Waste --