AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 « queen of hearts – theo & minnie »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 20

MessageSujet: « queen of hearts – theo & minnie »   Dim 21 Avr - 23:15


« Si tu veux piquer ça, ne soit pas stupide, enlève l'antivol avant. » le gamin me regarde, suspendant son mouvement. Dans sa main, un jeu vidéo qu'il maintenant contre son torse, à moitié rangé dans sa poche. Il marmonne quelque chose dans sa barbe inexistante, mâchouille des mots dont il peine à donner à sens. « Je ne... » qu'il commence avant que « Non, tais-toi. Parle haut et fort ou ne dis rien. » je le coupe parce qu'enfin, un peu de sérieux. Sois digne d'une Spade le temps d'un instant. « Avoue que ce serait quand même un peu con, d'aller en prison. Surtout pour un jeu à dix dollars. » Ce serait tellement con d'ailleurs, que personne ne prendrait la peine de lui apporter la moindre orange. Pas d'orange pour les braqueurs du dimanche. Sors-moi vite ça de ta poche. « Tu vois, le gars là bas ? » je tends le bras, lui montrant le vigile et son air de gros dur à la guimauve. C'est pas un marrant, c'est évident. C'est tellement évident que son gros cœur passe inaperçu, sous sa tonne de muscles. « Il va te tomber dessus à l'instant où passera la porte. » Il va le rattraper par le col, le secouer comme un prunier pour faire tomber tous ses petits mensonges hors de ses manches, toutes ses petites douleurs hors de son corps. C'est un magicien, cet homme là. Et moi, je serai là, pour ramasser tous tes mensonges et les chérir un peu avant de te les rendre, en réparer quelques uns et te laisser les autres pour que tu puisses te rouler contre jusqu'à en être rassasié, puis les brûler. Les mensonges ne sont que des vérités brisées.

En vérité, je ne le connais pas, le grand colosse là bas, mais je l'imagine si bien que je me sens le côtoyer depuis que je suis née. Peut-être même avant ça. « Hé gamin ! » je lance au petit piqueur en devenir, courbant mes bras autour de mes flancs pour m'imaginer une silhouette plus imposante. « Reviens ici et vide tes poches ! » ou j'appelle la police pour qu'il te mette en prison, oubliant le passage où je menace de contacter ta maman pour qu'elle te passe un savon à faire frémir les passants.
J'accroche un éclat de rire contre sa bouche, qui juste là, se tord doucement contre mon imitation bancale, cabossée. « Allez, fais voir à tata Minnie. » je tends la main et le vois hésité un instant avant de me le tendre. Admire le talent d'une Spade bonhomme, et prend en de la graine. Ouvrant le jeu, j'en arrache l'antivol que je coupe en deux, avant de le mettre dans ma poche. « Et voilà. » je lui rends son jeu, pour lequel il était prêt à aller en prison. L'inconscient.

Il me souffle un merci, puis deux, puis trois et s'en va, avec la démarche type de celui qui fait quelque chose de mal, mais le vigile le laisse passer, ne le regarde même pas. Et je reste là, à décoller puis déchirer des antivols que je range dans ma poche, cachant mes mains de mon nouveau copain. Et au cas où l'envie lui prendrait de venir m'emmerder, je garde mon sourire contre mes lèvres, prête à dégainer mon air innocent le plus convaincant. Faut pas pousser, j'agis pour le bien de tous, ici. Et puis, les poches pleines à craquer de petits morceaux d'antivol déchirés, je m'en vais, souriant un « au revoir » à mon nouveau copain qui me le rend. Une vraie guimauve.

Trainant dans les rues, je souffle des sourires aux passants qui parfois me les rendent, occupée à réparer quelques uns de mes bouts de papiers déchirer plus tôt quand j'aperçois une silhouette juste devant moi qui pique mon attention, que je connais par cœur. Mon ancre, mon As. « Je suis là ! » je scande, collant un antivol contre son bras que j'attrape, posant ma tête contre son épaule, contre mon chez-moi. « J'ai piqué plein d'antivol dans le magasin de jeux vidéos juste à côté, là. Histoire d'éviter aux voleurs amateurs de se faire attraper en voulant en chiper un, tu comprends ? » J'ai du les déchirer, pour ne pas les entendre faire chanter les sirènes de la sécurité du magasin. En réparer certains après ça, en gardant certains d'autres pour les ajouter à ma collection logée dans la poche de mon blouson, tout contre mon cœur. Mes petites choses brisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 18

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Mer 1 Mai - 15:45

J'ai quelque chose entre les dents, ça se coince entre les cellules de mes poumons, je grogne et je peux plus respirer. Un peu plus et je saute en bas de mes souliers, pour me rouler dans l'herbe et espérer que ça passe. Ça tire, ça pique, ça démange, ça me rends fou. Faut bouger, faut faire quelque chose. Mes mains s'énervent comme une dizaine d'insectes qu'on tente de noyer. Ça devient insupportable. Je crois qu'on m'a parlé. J'ai pas écouté. Je voulais juste être ailleurs. J'aime pas les murs. J'aime pas le calme. Le silence me tue. C'est stupide. J'en veux pas. Il veut pas de moi, alors je veux pas de lui. J'ai jamais voulu de lui. C'est pour ça qu'il est parti.

Le soleil m'emmerde, grand et lumineux, à nous regarder de haut. Le béton m'emmerde à nous soutenir alors qu'on ne lui a rien demandé. L'air me fait chier parce que j'en ai besoin. J'ai essayé, de ne pas respirer. Ma tête s'est mise à tourner. Le monde est devenu un peu sombre. J'ai fini par me réveiller avec une monstrueuse coupure derrière la tête. Je peux encore en sentir la cicatrice quand je passe les doigts dans mes cheveux. Je fais ça, des fois, quand une bande de jolies filles passent par là et que je suis bored. Faut pas s'en faire, ça me passe dès qu'elles ouvrent les lèvres et qu'elles vomissent un tas de paroles insignifiantes.

La roche qui me sert de coeur commence à se faire lourde. C'est la faute de ma Minnie qui s'acharne à y planter des fleurs. Elle croit que je suis tout tendre à l'intérieur alors que mes entrailles sont un amas de verre brisé et de piques bien enfoncés dans la chair, plantés à même mes os. Faut pas s'en faire, c'est sa spécialité, les âmes brisées. Minnie, elle recolle les morceaux, comme si on ne lui avait jamais appris que ce qui est cassé ne mérite pas d'être réparé. J'ai croisé, une personne, qui était en morceaux. C'était la plus intéressante de toutes. Les éclats que je ramassais au sol, m'en disaient toujours un peu plus sur son armure, sur ses cicatrices et ses plaies ouvertes. Reste que ma Minnie, c'est la seule Spade qui ait une chance de s'en sortir. Elle s'est construite comme le plus parfait des casses-têtes. Parce que ça ne fait rien qu'elle ait été cassée au départ. Mes os grincent, presque entiers, elle n'est pas bien loin.

« Je suis là ! » Qu'elle annonce comme si je le savais pas. Elle accroche mon bras, et sa tête trouve sa place contre mon épaule. Gamine. Un peu plus et je la soulève dans mes bras comme quand elle était toute petite et que j'étais à peine plus grand. Whatever, je suis plus un garçon, je suis plus rien. Mais t'es mon frère, qu'elle dirait. Grande comme une mouche, à regarder le monde avec des lunettes roses en forme de coeurs. Je lui passe mes doigts dans les cheveux, surpris de pas rencontrer une armée de noeuds. Y'a pas si longtemps, elle en avait une armée. Des noeuds si bien faits que j'aurais pu juré qu'un marin s'était amusé à y arrimer son navire. Elle me lâche pas, ma Minnie, un peu plus et elle m'aurait manqué. « J'ai piqué plein d'antivol dans le magasin de jeux vidéos juste à côté, là. Histoire d'éviter aux voleurs amateurs de se faire attraper en voulant en chiper un, tu comprends ? » Je hoche un peu la tête. Si quelqu'un dans ce monde la comprends, c'est bien moi. Je la connais par coeur, elle et son coeur de Spade. Un peu plus et je la croirais capable d'engourager les voyous. Ma soeur a un petit faible pour les monstres auquels elle invente un coeur. C'est pour ça qu'elle m'aime, parce qu'elle sait pas, qu'on ne peut pas me réparer. Mon genou craque un peu, qu'elle me lâche pas, ou je vais tomber. Saleté, c'est moi le grand frère, c'est pas elle la béquille. « Je comprends que t'es trop maline et que tu devrais pas partager avec les autres. » Je peux vous dire la tête qu'elle a, et c'est la tête d'une fille qui comprends pas. Parce que pour elle, la question ne se pose pas. Si on peut aider quelqu'un, on le fait. Je la regarde pas, elle aura de ces yeux qui peuvent vous faire avouer n'importe quoi. Minnie pourrait dire que le ciel est un miroir de la mer et je la croirais. Comme si elle m'enfonçait des piques psychologiques dans le crane pour me faire croire à sa réalité. J'y peux rien, Minnie Spade, c'est ma princesse. « Un jour, tu sera presque un voyou, parole de Spade. À moins que tu veuilles être astronaute, ça peut être sympa aussi. Maintenant que j'y pense, tu peux faire ce qui te plais dans la vie, si quelqu'un te dit le contraire, il aura affaire à moi. » Je lui tire la langue, ébouriffe un peu ses cheveux, pour aérer ses idées. Ouais, si quelqu'un brise un de ses rêves, je vais en faire de la moulée pour chats, on a déjà un père pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 20

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Mer 1 Mai - 20:15


Je me souviens de mes rêves de petite fille, tous un peu bancales, un peu branlant, amputés d'un papa, d'une maman. Je les écrivais sur les coins de mes feuilles, jamais au centre. Toujours en travers, de mon écriture mal assurée d'enfant, mais jamais droit tant j'avais peur de les rendre ennuyeux. Puis je déchirais les bords de mes feuilles, pour offrir mes rêves au ciel. Je laissais Theo en faire des petits avions de papier, des petits papillons qui s'envolaient pour aller caresser les étoiles, les épouser et y demeurer. Mon Theo, m'ayant appris à rire de mes rêves brûlés, de mes espoirs brisées, tant en les accrochant au ciel, il parvenait à les faire renaitre.

Mon As m'a appris à rêver en grand, m'a offert la beauté des aurores qui déchirent l'horizon, la neige dansant sur les branches des arbres, le bruit du vent qui chante. Des châteaux en Espagne à la pelle, petits songes irréels devenus grands grâce à lui. « Je comprends que t'es trop maline et que tu devrais pas partager avec les autres. » Je fronce les sourcils, ne comprends pas. Pourquoi, je ne devrais pas ? Je me sens grande comme une As, quand je me dis que j'ai peut-être aidé quelqu'un. Comme lorsque je chasse le malheur à coup de sourire, je me sens un peu comme une héroïne, en faisant ça. J'aime me dire que je suis le héros de quelqu'un, quelque part. Comme il est le mien.

Je lui souris en calant mon menton contre son bras, les yeux rivés vers son profil. J'aimerais lui expliquer, qu'en aidant quelqu'un, je m'aide aussi un peu, mais il ne me regarde pas, laisse ses yeux trainer au loin, ne fixer rien et tout à la fois. Et puis, je me dis que s'il pense que je ne devrais pas, je ne devrais pas, point. Il faudrait que j'arrête, mais. « Un jour, tu sera presque un voyou, parole de Spade. À moins que tu veuilles être astronaute, ça peut être sympa aussi. Maintenant que j'y pense, tu peux faire ce qui te plais dans la vie, si quelqu'un te dit le contraire, il aura affaire à moi. » Je le savais déjà, je me dis, tandis qu'il me décoiffe. J'ai toujours su que la vie serait grande, ne connaitrait aucune frontière, pour aussi longtemps qu'il sera là. Mon bouclier, mon héros, mon As. Je ne risque rien, ne souffre aucune limite, tant qu'il restera avec moi. « Je t'aime. » je lui dis, parce que je ne l'avais pas encore fait, aujourd'hui.

« Astronaute ? Ah, je ne sais pas... Les étoiles sont bien plus belles de loin. » Qu'on les laisse voguer à leur guise, les admirant de loin. L'école est déjà bien trop haut perchée, pour un peu, on pourrait les toucher, poser nos doigt dessus et tout saloper. On risquerait de déranger les rêves qui y sont suspendus et en faire n'importe quoi, les remodeler en laissant trainer de petites douleurs contre eux. Jamais ça. « Voyou, ça me plait déjà plus. » même si je ne comprends pas réellement ce que ça implique. Briser des choses ? En voler d'autres ? Pourquoi pas, à condition de ne pas faire ça n'importe comment. Emmerder les lois, je veux bien. Voler aussi, mais qu'aux truands. Je veux bien voler les douleurs des gens, également. Les faire sourire, en leur piquant toutes leurs choses brisées, pour leur réparer. Devenir un presque voyou, donc, en ne respectant aucune lois, si ce n'est les miennes. Et les siennes, avant elles. D'accord pour moi.

Et lui, qu'est-ce qu'il fera, pendant ce temps là ? Il deviendra voyou avec moi ? Et si vraiment, ça ne me plait pas, si je devais devenir hors-la-loi au point de ne plus pouvoir mettre un pied hors de chez nous, je m'en irai. J'irai n'importe où, du moment qu'il vient avec moi. Viendrait-il avec moi ? Mais, non. On ne fuira pas. Un Spade ne s'enfuit jamais face aux problèmes. Je refuse de devenir comme Papa. Je deviendrai plutôt un gentil voyou, sans rien de trop méchant, rien de trop violent. Je couvrirai mes traces. « Tu deviendras voyou avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 18

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Dim 12 Mai - 21:14

« Je t'aime. » Dit la seule personne au monde qui pense vraiment ce qu'elle dit. Je la serre un peu contre moi. Un peu pas trop. Parce que je mérite pas qu'on m'aime comme ça. Ma Mini Spade, c'est le plus beau cadeau que m'aient jamais fait mes parents. Ces deux incompétents. Minnie qui tourne et qui s'envole. Belle comme un coeur. Belle comme une reine de pique. Fallait qu'une petite chose comme elle naisse dans la noirceur et dans l'indifférence. Je vais pas crier à l'injustice. Si elle était née dans la lumière, j'aurais pas eu le choix de la partager. Et ça je veux pas. Je veux juste pas. Elle est à moi, ma petite Spade. « Moi aussi, Minz. . . moi aussi. » Comment le dire sans le prononcer. Je dis pas ces mots là. J'ai l'impression qu'une fois qu'ils auront passé mes lèvres, je pourrai plus les reprendre.

La voilà qui pense à ce que j'ai dit. Comme si c'était important. Comme si j'étais important. Y'a que ma petite souris pour me faire croire des conneries comme ça. y'a qu'elle pour me fixer un instant. Pour m'empêcher de vouloir tout détruire d'un mot bien placé ou d'un coup de pied ravageur. « Astronaute ? Ah, je ne sais pas... Les étoiles sont bien plus belles de loin. » T'as bien raison, ma jolie. Tu serais trop loin de moi si t'arrivais à toucher les étoiles. Je serais seul sur cette planète parce qu'elle est mon coeur. Elle peut pas partir sans me l'arracher, elle et tous ceux que j'aurais pu aimer. Rien à faire je suis qu'un narcissique qu'on a taillé dans les déchets parce que le marbre était en rupture de stock cette semaine là. « Voyou, ça me plait déjà plus. » Je scotche un sourire sur mon visage. Ma petite Spade sait quoi dire pour me faire plaisir. Elle serait le plus terrifiant des voyous. Avec son visage d'ange et sa bonne humeur inhumaine. Comme la plus terrible des adolescentes parce que jamais elle ne comprendra totalement comment mon coeur se gonfle quand je la vois, quand elle parle, quand le monde tourne comme ça autour d'elle. « Tu serais le plus terrible des voyous. » Que je lui dis. Pas parce qu'elle serait cruelle, ça non, elle peut pas. Personne ne lui a appris et je compte bien continuer de la protéger contre ces gens là. Contre ceux qui partent sans un mot. Contre ceux qui sont encore là, mais qui sont partis depuis longtemps.

Je veux pas y penser. J'y pense pas. Pas. Pas. Papa. Crap. Et ma Minnie. Elle aussi. Elle a pas eu de papa. Le pire c'est que moi je le méritais pas. J'avais rien pour le faire rester. Mais Minz, elle avait le plus grand des coeurs. Faut avoir vendu son âme pour être insensible quand elle te sourit. Un de ces sourires où elle te fait savoir qu'elle sait tout, qu'elle comprends tout et que c'est pas grave parce qu'elle t'aime. « Tu deviendras voyou avec moi ? » Je voudrais la plier comme de l'origami pour pouvoir l'avoir sur moi en permanence, bien en sureté dans mon porte-feuille, à portée de main. Si elle est voyou, je serai voyou. Si elle est aventurière, je serai de la partie. Si elle est pirate, je serai capitaine. Si le monde s'écroule, on sera survivants. « Je deviendrais ballerine avec toi, mais voyou ce serait plus dans ma branche. » Faut m'imaginer en tutu, avec mes jambes d’Apollon en collants, ma masculinité moulée serré. Mais je le ferais pour ma petite Spade. Alors, on y vas ? « On pourrait même avoir un nom de gang. Genre Spade Club, ou quelque chose de badass. De quoi montrer aux autre voyous qu'on ne s'en prends pas aux Spades. Ou on peut aller manger de la pizza, c'est toi qui choisit. » Faut être un zéro, non, un as, pour suggérer des plans merdiques à sa soeur. Je veux qu'elle soit une étoile, pas un criminel de quartier. Je veux qu'elle soit brillante quand le soleil se couchera sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 20

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Dim 12 Mai - 22:47


Et s'il ne veut pas, j'abandonnerai, trouverai autre chose à faire de ma vie. N'importe quoi, aussi longtemps que je le fais avec lui. Peut-être que je songerai à devenir ninja, couturière ou astronaute. Astronaute me paraît finalement une bonne idée. C'est évident, qu'elle l'est, elle vient de lui. Je pourrais devenir astronaute, le temps de quelques jours, pas d'avantage, juste assez pour aller saluer les étoiles, graver le nom de mon Theo en lettres majuscules dans le ciel. Puis, sans rien abimer des rêves qui les font être reines des espoirs des hommes, je réorganiserai les astres autour de lui, pour en faire leur maitre. Tout doucement, comme dans un songe, je modifierai la course des étoiles pour qu'il en devienne le centre, qu'il devienne l'as suprême du ciel comme il l'est ici, sur terre.

« Je deviendrais ballerine avec toi, mais voyou ce serait plus dans ma branche. » j'étouffe un rire contre son épaule tandis que je nous imagine devenir ballerines. On aura des costumes pleins de plumes, des collants et des chaussons blancs, renforcés au niveau des orteils pour tenir en équilibre sur la pointe des pieds. Sauf que j'ai un orteil tout cabossé, je ne pourrais jamais être ballerine. Je préfèrerai encore être pirate, comme on l'a prévu, avec Élie. J'ai oublié de lui dire, qu'on sera bientôt pirates tout les trois, c'est idiot. « On pourrait même avoir un nom de gang. Genre Spade Club, ou quelque chose de badass. De quoi montrer aux autre voyous qu'on ne s'en prends pas aux Spades. » Pas besoin d'un nom de gang, pour ça.

Il pourrait peut-être nous aider à trouver le nom de notre bateau. Il va falloir que je lui en parle, de notre futur rafiot. Mais pas encore, pas maintenant, pas alors qu'on ne l'a pas encore. Dès l'instant où on l'aura enfin, je lui offrirai un chapeau de pitare et une longue-vue, avant de crier « Surprise » et de lui présenter notre fameux trois-mat, à qui il trouvera un nom digne d'un Spade, digne d'un As. Il sera tout au sommet du mat et grâce à sa longue-vue, il nous protègera, nous guidera, nous indiquera la route à suivre, les chemins qu'ils nous faut emprunter, pour embrasser la liberté.

Mais en attendant, on a toujours pas de bateau. Et si concernant le futur, je suis encore paumée, c'est parce que rien ne vaut le présent. A quoi bon devoir choisir entre devenir astronaute, danseuse, pirate ou magicienne ? Tant qu'il sera avec moi, je peux être tout ce qu'il voudra que je sois. « Ou on peut aller manger de la pizza, c'est toi qui choisit. » Aah ! Je ressers mon emprise sur son bras, sautille presque. J'adore la pizza. D'ailleurs, à-bas les astronautes, je veux être pizzaïolo. Je pourrais me gaver toute la journée avec toutes les pizzas que je ferai et en offrirai à tous ceux qui auront oublier leur sourire derrière eux en rentrant dans ma pizzeria. « Avec une glace, aussi ? » je demande dans un sourire. Ou un gâteau au noix, peut-être. Quelque chose au chocolat, ou à la fraise. N'importe quel dessert, du moment qu'il y en a un.

Les desserts se mangent toujours en premier, c'est un rituel important pour mon estomac. Si on doit s'enfuir en courant, si la vie nous attend, il vaut mieux avoir fini son dessert et laisser son plat en plan. On s'évite des regrets, en ayant manger le meilleur avant. Si par exemple, on était des voyous, et qu'on avait la police après nous, ils pourraient venir nous arrêter en plein repas. Et alors là, on serait rudement heureux d'avoir mangé tout notre gâteau, avant de se faire enfermer en prison. D'ailleurs, je préfèrerai, je crois, ne pas aller en prison. « Tu sais, être voyou, je ne suis pas sûre que ce soit fait pour nous. On risquerait d'aller en prison et ça n'a pas l'air génial, la prison. »

La prison est l'exact contraire de la piraterie. On est jamais libre, en prison. On ne peut pas choisir quoi porter, quoi manger, quoi faire ni ou aller. On ne va nul part, au demeurant. On tourne en rond, on regarde les barreaux de notre cage, qu'on ne peut même pas casser. On pourrait essayer de les ronger, mais je doute de pouvoir y arriver. On ne serait même pas ensemble. A tout les coups, ils nous mettraient dans des cages séparées. « Et puis, je ne crois pas qu'il y ait de la glace et des pizzas, là-bàs. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 18

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Mar 23 Juil - 19:53

Minnie, ma Spade, elle tient son coeur entre ses mains et en donne un morceau à ceux qui n'ont presque rien. Ça me fascine. Ça me terrifie. Les gens crèvent de cupidité. Un morceau ça sera jamais assez. S'ils me la détruisent, je vais leur arracher la tête et je ferai des sculptures publiques avec leurs os. Pour que personne n'oublie, que ma Minnie, c'est interdit de lui mettre la main, non, le doigt, pas même, de la regarder, sans le plus grand des respects. On lui a fait des horreurs à ma soeur. Mon père lui a donné la moitié de sa génétique, pour ne jamais rester, pour ne jamais vraiment nous aimer, non, l'aimer, elle, juste elle, c'est tout ce qui est important. Depuis, je me suis fait chevalier, jurant que moi, j'allais l'aimer. Pour deux, pour ces sans-cœur, pour la porter un peu plus loin, un peu plus haut, vers le soleil, vers la lumière.

Mais ma Spade est là, sous mes doigts. Collée à mon coeur, collée à ma vie. Alors je veille, avertissant les salauds que je serai le seul indigne qui sera permis de la toucher. Faut pas essayer, parce que sous ma gueule de con, il y a quelque chose de brisé qui rampe et qui grince. Ça fourmille dans le sous-sol, prêt à prendre le contrôle. Tous piques dehors, la rage prête à exploser. Mais d'une farandoles de mots, Minnie me garde, me protège à sa façon, me tiens loin de moi-même.  « Avec une glace, aussi ? » Ça me mords un sourire sur les lèvres et j'avale ces horreurs dont elle ne connaîtra jamais le nom. Ne dis rien, peut-être qu'elle ne sait pas encore que t'es le pire des cons. Ne dis rien, peut-être qu'elle ne verra pas qu'elle est trop bien pour toi. « Tout ce que tu veux, mon voyou. » Si tu veux le monde, je te le donne. Pas de questions, pas de contrat. Il sera entre les meilleures mains.

L'avenir de l'humanité, je dois dire que je m'en fous royalement. C'est quoi ce concept, cette idée du plus grand bien, ces conneries et ces mensonges. Le monde m'emmerde et je le lui rends bien. Ça s’appelle de la réciprocité. Je sors mes grands mots. Ça aurait impressionné Velvet, et puis non, probablement pas. J'aime pas qu'elle sache qui elle est. J'aime pas quand elle ne croit pas mes bêtises. J'aime pas non plus quand elle est pas là. J'aime pas qu'elle sache que je suis le pire des cons. Mais ce qui est certain, c'est que elle, je l'aime pas, je me le jure, je me crois.  « Tu sais, être voyou, je ne suis pas sûre que ce soit fait pour nous. On risquerait d'aller en prison et ça n'a pas l'air génial, la prison. » Me dit Minz, beaucoup trop brillante pour un jour se faire coincer. C'est pas avec des crimes comme ça, qu'elle aura sa réputation de terreur. Enlever les antivols dans les jeux vidéos, tsss. « On ira jamais en prison, on aura l'exil chez Élie et jamais on ne verra la police entrer chez Mr le Maire. » Je fais un peu semblant, d'être sérieux, ce qu'elle ne sait pas, c'est que je le suis. Finir mes jours entre Élie et Crixus, y'aurait pas plus belle fin. Ce serait mieux que de continuer à sentir ces choses ramper dans mes entrailles comme des insectes affamés. Mais Minnie ne sait pas. Elle doit pas savoir.

Et puis Minnie faut pas qu'elle suive mes traces, elle s'enfoncerait dans le verre brisé, les miroirs dédoublés, les saletés accumulées.  « Et puis, je ne crois pas qu'il y ait de la glace et des pizzas, là-bas. » Oui, c'est ça, on dira que c'est la raison. On dira ça, et on oubliera que je lui dis pas assez souvent qu'elle est une merveille et qu'elle me garde vivant à m'aimer comme je ne le mérite pas. Oui, c'est ça. « Ouais, même qu'on y est. Tu prends quoi ma Spade ? » Choisis, et je te l'offre, faut bien que ça serve à quelque chose un grand frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 20

MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   Lun 9 Sep - 22:21


Je ne suis pas faite pour être enfermée. Je serais une prisonnière affreuse, je ne saurais comment faire. Je dirais s'il vous plait sans arrêt. S'il vous plait, je peux avoir de l'avocat et du lait pour le déjeuner, s'il vous plait, je peux aller me promener, je peux avoir un jeu de cartes pour m'occuper. Mais les gardiens diraient non, et encore non. Ils diraient toujours non et je finirai par tourner en rond. Alors, je commencerai à tout casser autour de moi, pour me sentir un peu  plus en sécurité, seulement je suis certaine qu'ils profiteraient de l'heure du déjeuner pour tout remplacer, tout enlever et je me retrouverai seule dans une pièce vide, avec seulement un matelas que j'aurais éventré pour m'y rouler en boule en regardant les ombres de la nuit danser sur les murs glauques de ma cage. Je ne suis pas taillée pour la prison.

« Ouais, même qu'on y est. Tu prends quoi ma Spade ? » Mon Theo me ramène à lui, m'arrachant de ma prison, et je réalise que non, jamais je ne finirai prisonnière. Jamais, pas tant qu'il sera là. Mon As me protègera, m'empêchera de finir seule avec moi. Tant qu'il sera là, je ne risque rien. Je n'ai peur de rien. Pas même de la prison, non. Il trouvera un moyen de me sortir de là.
Je lui souris, revenant à l'essentiel. Nous sommes libres et nous le resteront. Nous deviendrons pirates, ou n'importe quoi d'autres, du moment qu'on reste ensemble, du moment qu'il reste avec moi. On est taillé pour la liberté, pas vrai ? On ne connaitra jamais rien d'autre que ça.

Quelque chose remue dans mon ventre, me rappelant que j'ai faim. « Une glace... » à la pistache ? A la vanille ? A la framboise ? « A la noix de coco ! »  C'est évident, j'aurais dû y penser avant. Quand on sera pirates, on accostera parfois sur des îles désertes et nous trouverons des noix de coco par dizaines. Il y aura aussi de l'eau de mer, mais je doute que ce soit potable. On devra surement faire des provisions, avoir de quoi boire en permanence. Ou une de ces machines amusantes qui transforme l'eau sale en eau potable. On pourrait même demander à la fille qui fabrique pleins de trucs géniaux à l'école de nous en faire une. Elle a l'air gentille, je suis certaine qu'elle dira oui, si je lui explique que c'est pour la piraterie.
On la mettra dans les cachots, puisque de toute façon, on n'aura pas de prisonniers. J'espère vraiment, vraiment, qu'on n'en aura pas. Je n'aimerais enfermé des gens et les voir tourner en rond comme j'aurais pu  le faire, si j'avais fini enfermée pour les anti-vol. Non, on n'en aura pas et le cachots ne seront remplis que de coquillages qu'on ramassera sur les plages, de noix de coco et autres trésors qu'on amassera en chemin.

On devrait se faire une repas de pirates, aujourd'hui. Histoire de s'y préparer, si on arrive un jour à avoir un bateau. « Et pour la pizza, un truc au poisson. Quelque chose qui vient de la mer, n'importe quoi. »  Le poisson, ça fait pirates. Ca doit faire pirates, puisque ça vit dans l'eau, ces bêtes-là. Il faudrait que je pense à apprendre à pêcher, d'ailleurs, avant de prendre la mer pour de bon. Je trouverais un  travail et économiserai pour m'en acheter une belle, une grande que j'apprendrai à manier et je passerai mes après-midi sur le pont, à pêcher pour nourrir tout le monde. Il vaudrait peut-être mieux apprendre à cuisiner, aussi. « Il faut que je m'habitue au poisson. »  

Mais... « Theo ? » et s'il préfère quand-même qu'on deviennent astronautes? « Ca mange quoi, les astronautes ? »  Surement pas de la poussière d'étoile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « queen of hearts – theo & minnie »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« queen of hearts – theo & minnie »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chapter 1. Alice & the Queen of Hearts ~
» Cora Mills ♔ Queen of hearts
» Theo Walcott [Arsenal]
» lee ◊ don't be a drag, just be a queen
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: WHISPERTOWN :: jazz street :: Gamer's creed-