AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 « We don't need no education » – Evan&Jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 21

MessageSujet: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   Jeu 15 Mar - 0:20

« L'éducation, c'est primordial » Aurait dit ma mère si elle n'avait pas été forcée de couper court à ses études faute de ma soeur dans son ventre. Fae Winston, de son nom de jeune fille, était trop trash pour être cheerleader, mais pas assez rebelle pour se teindre les cheveux en rose et partir un rock band. Voilà pourquoi quand son fils adoré lui a dit qu'il arrêtait l'école, elle s'est contentée d'une petite claque affectueuse sur la joue et d'un : « T'es trop bien pour eux. Je l'ai toujours su. » On dit, Merci Maman, d'avoir toujours eu confiance en moi et de m’appuyer dans mes choix. Quand je lui ai fait part de ma fière homosexualité, sa seule réaction a été : « Au moins tu ne me fera pas grand-mère par accident. » Et la vie a continué entre leur complice appréciation des fesses masculines. Fae Seene, une femme grandiose et ma mère.

C'est sans regret que je remets les pieds dans ce morceau de béton qui aurait besoin d'un relooking. C'est moche et ça grouille de morveux. Je sais pas comment j'ai fait pour y passer tout un an. Un an à cacher qui je suis au monde entier. S'aurait été trop égoïste d'y rester jusqu'à ma graduation. En y réfléchissant, mon reflet réfléchissant dans une vitre, je sais que j'aurais fini par griller quelqu'un si j'avais été enfermé ici encore un peu. C'est pas naturel d'emboîter les gens. Et moi au naturel, c'est ce qu'il y a de plus beau sur terre. Vous pouvez demander à une sélection remarquable des plus beaux mecs à avoir mis les pieds en ville. Aucune gêne quand on s'appelle Jazz et qu'on a des yeux comme les miens. Je tiens mes lunettes contre mon visage, que ce soit sombre, je m'en fous. I wear my sunglasses at night, so I can, so I can . . . Mais je doute que ce soit mes lunettes qui attirent l'attention. Mon jeans jacket saturé de studs et mon t-shit orné d'une licorne et de sparkles font tout le travail. « Très hétérosexuel! » M'a dit ma mère ce matin, un sourire au coin de ses lèvres d'un rouge cerise des champs. C'est entièrement sa faute si je connais par coeur les teintes de rouge à lèvres, elle avait qu'à pas laisser son catalogue de maquillage dans la salle de bain.

Il y a un morveux qui me regarde avec jalousie, l'air de gribouiller quelque chose sur du papier. « Nice shirt! » dis-je de ma voix de ténor pour donner de la prestance à mon outfit. Le petit porte un chandail fait maison avec un slogan du tonnerre. I don't Thunder Stand.

Droite, gauche, droite. J'ai pas perdu la main, ni mon sens de l'orientation. Avoir l'air cool sans demander son chemin, c'est le top. C'est alors que je vois, à travers la porte vitrée d'une salle de classe. Il donne sa leçon, comme un bon petit soldat. Evan, laisse les enfants tranquille. J'ouvre la porte à la volée, lançant, les bras en croix, comme le messie. : « CLASS DISMISSED! » Pas besoin de plus pour les voir s'envoler comme des mouches. Pas besoin de me remercier, je suis votre sauveur, je le sais. Ma BA est accomplie, on peux maintenant passer aux choses sérieuses.

Je plante mes yeux dans ceux d'Evan, un sourire au coin de mes lèvres. Je feint l'innocence. Quoi ? J'étais pas supposé faire ça ? Milles excuses, t'es toujours partant pour le bowling ? « Je sais que t'es content de me voir! » Pas la peine de nier, toi et toi, vous en bavez pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 19

MessageSujet: Re: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   Dim 3 Juin - 11:58

Il parle sans arrêt, ne sait même pas ce qu'il raconte en réalité. Les même banalités que d'habitude surement.
Il est content, heureux même serait le mot, parce qu'il se sent vivant devant tout ceux qui sont en train de l'écouter aujourd'hui.
Il languit un peu de voir si les suivants seront autant attentifs que ceux là. Il se réjouit, d'apprendre aux autres ce qu'il sait de la vie.
Il se gratte les cheveux, baille un coup, il ne s'ennuie pas, loin de là, il teste les enfants, attends.
Le premier qui flanchera, il l'interrogera pour savoir s'il écoutait ou faisait semblant. Le doute en lui, il se demande, et si tous en fait étaient dans le cas que celui qu'il veut attraper.
Si toutes ses petites têtes blondes en réalité se fichaient de ce dont il est en train de parler ?

Il soupire et reprend le fil de ses paroles en même temps que celui de ses pensées.
C'est dans sa salle de classe qu'il sait le mieux exister, et il ne faut pas qu'il doute, non, ça jamais.
Ses mots s'envolent à nouveau, mais cette fois ils le font dans le même rythme que la porte d'entrée de la pièce.
Il n'a pas le temps de réaliser ce qu'il se passe que les mots de celui qui a fait irruption sont déjà prononcés.

    « CLASS DISMISSED! »


Hein ? Quoi ? Non, il ne l'a pas ordonné ! Il regarde ses élèves se lever, être à moitié humilié. Il aimerait frapper celui qui a dit que tout était fini pour aujourd'hui.
Il se rend compte enfin de qui est coupable de ce crime, et il sait que peu importe lequel de ses visages est maintenant le sien, il n'exprime surement pas l'expression de quelqu'un heureux de retrouver une autre personne.

    « Je sais que t'es content de me voir! »


Non, non, c'est loin de là même.
Il soupire, pour de bon cette fois, pas pour se concentrer à nouveau mais pour montrer son mécontentement.
Il était en plein cours là, il ne comptait pas les pâquerettes invisible.
Il va alors s'assoir sur son bureau, oui, oui, au dessus, un peu dépité, il faut l'avouer, il regarde Jazz, se rappelle des années lycée.

    - Je ne sais pas si t'es au courant, mais ici, c'est une classe de cours, au lycée, et les élèves sont là pour apprendre.


Qu'il fini par lui dire comme s'il parlait à un enfant. En articulant, insistant bien sur les mots, il tente de le faire entrer dans son crâne.
Ce n'est pas l'école du cirque, mais bien celle des futurs super-héros. Ce qui prendront la relève, te remplaceront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   Ven 24 Aoû - 21:27

Je claque une étincelle bleutée au bout de mon index, allumant ma gloire comme une allumette dans un bidon d'essence. Les gens n'y peuvent rien, c'est impossible de me résister. J'ai encore de l'électricité dans les doigts que, why so sad ? Evan semble sur le point d'échapper une larme de joie. Il est ébloui par ma beauté, je le sais. Il y a de quoi. Mon téléphone m'a gentiment informé d'un buzz, branché à même ma peau, que je serai nommé Héros le plus sexy de l'année par Héros Daily, à moins que ce ne soit Super Mag. Maintenant que j'y pense, ça pourrait très bien être Plomberie et Électricité Mensuel. Rien à voir avec le tuyau qui serpente avec volupté dans mon slip léopard. Quoi que . . .

J'ai pensé dire à Evan : « Tu devrais me remercier d'avoir libéré les morveux, ils tuaient ton cool facteur. » Mais si un de lui aime cet horrible boulot, je risque une future génération de fans avec la fausse impression que je suis un apollon avec un fétiche pour les professeurs. Maintenant que j'y pense, si Evan décidait d'enfiler une paire de lunettes et de feindre une certaine innocence en voyant mon . . . je m'égare je crois. Le Jazz Channel risque de virer trois x si je continue à côtoyer de beaux gosses. Hétérosexuels, Homosexuels, Bisexuels, Transsexuels, ça n'a pas d'importance, tout le monde est Jazzsexuel. Un jour je paierai un scientifique fou pour me cloner et j'abuserai sexuellement de moi-même avec la seule intention de radier des feux d'artifices de nos deux corps en action. Mes fantasmes sont les meilleurs, dit ma tête en hochant au rytme de mon awesomeness.

- Je ne sais pas si t'es au courant, mais ici, c'est une classe de cours, au lycée, et les élèves sont là pour apprendre.

T'es pas sérieux, mon vieux ? Voltage est dans les parages et tout ce que tu trouve à relever, c'est que j'ai donné l'occasion à quelques mini-morveux d'aller profiter de leur jeunesse! Ça devrait pas être légal d'emprisonner les adolescents, de les forcer à écouter, d'enfoncer des connaissances dans leurs oreilles, leurs bouches et leurs nez jusqu'à les gaver. Maintenant que j'y pense, tu devrais leur lire ma biographie. ÇA, C'est de l'entertainement. Entre le film d'action, le drame et le côté sombre de la gloire. Ils vont être sur le bout de leur chaise, pendus à tes lèvres. Tu racontais quoi pour qu'ils aient l'air d'une bande de tortues dans une fête d'enfants. Mais ça, c'était avant ma grande entrance.Holy Shit! Je pense qu'il est sérieux.

Hochant la tête, désolé pour son manque d'adaptation aux Jazz impromptus, me voilà obligé de rectifier ce faux circuit. « Je sais pas si t'es au courant, mais les cours, c'est emmerdant. »

Ne le prends pas doublement personnel, mais la vrai vie, c'est dehors. Dans cet univers de sexe et de flashs, dans ce monde d'acide et de sucralose, entre l'imprévu et l'impossible. Voilà que MONSIEUR le professeur pense m'apprendre quelque chose. Sache qu'en dehors de ces murs, il y a l'école de la vie, la possibilité de marcher droit devant, not giving a shit. Tu le saurais si tu sortais un peu, si t'arrêtais de te cacher derrière toi-même. J'irai au bowling avec quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui me laissera toucher toucher ses boules après, si tu vois ce que . . . Non, tu m'as l'air un peu trop choqué pour comprendre.

« Alors, ce Bowling ? »
Je t'avais pas dit, c'est un truc de héros, c'est comme le yoga pour les femmes au foyer. Mes souliers avec des éclairs attendent déjà dans l'allée. HOP, ton invitation s'est perdue dans les amas de lessive en attente, fais pas cette tête, je suis la!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 19

MessageSujet: Re: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   Jeu 11 Avr - 22:59

Je me sens comme petit, parce que j'ai perdu mon autorité. Volée par une tempête de foudre que je suis loin d'avoir désiré. Je ne suis pas à dire que je n'aime pas Jazz, non, loin de là, mais pas aujourd'hui, pas maintenant, pas quand je me sens grand au milieu de cet univers plutôt impressionnant.
Pas quand mes élèves m'écoutent alors que je suis en train de mener le spectacle d'une vie, un truc géant que je conduis.
Je les aime bien moi tous ces gosses et je suis persuadé qu'ils me le rendent bien, alors pourquoi les faire fuir, bon sang ? Après tout, le cours était bientôt terminé, il manquait quoi sérieusement ? Quarante cinq bonnes minutes ? C'était faisable, il aurait pu attendre.

Jazz est un héros, charismatique et tout ce qui va avec quoi. Le pire c'est que mes élèves ne se sont pas fait prier pour filer. Je me sens comme obligé de m'incliner. Pas que je ne crois pas que ces petits couillons ne m'aiment pas, non, juste que bon sang, à leur place j'aurai été le premier à sortir. J'l'aurais surement fait en hurlant et courant comme un dératé.

    « Je sais pas si t'es au courant, mais les cours, c'est emmerdant. »


J'arque les sourcils, fait surement passer mes yeux au bleus de mon autre visage et je lui affiche la mine la plus choquée du monde.
Les cours c'est chiants ? Putain, j'en pose la main sur mon cœur, vexé au plus profond de mon intégrité. Jazz, ça se voit que tu n'as jamais assisté à un des miens. Je suis chauffeur de salle, passant par Monsieur Loyal et meneur de revue à mes heures perdues.
Ouais, la vérité c'est que mes cours sont loin d'être "emmerdants", môsieur le héros.

    « Alors, ce Bowling ? »


Cette fois ci je crois vraiment que je ne comprends pas. On avait parlé de jouer avec des boules lui et moi ? Non, je ne pense pas. Je n'ai pas de souvenir de cela. Je le regarde, tente de lui montrer que là je suis vraiment à côté du sujet.
J'savais pas que ça allait être une interro surprise cette journée. Et en plus de cela, je n'ai jamais aimé le bowling à la vérité. Mais s'il le faut vraiment ...
Me voilà en train de peser le pour et le contre, m'imaginer mettre des chaussures que des dizaine, que dis-je des centaines de personnes auront porté avant moi.
Aaaaaah merde non je ne peux pas ! La transpiration, tout ça, c'est pas mon truc, tu vois ?

    - J'ai pas prévu d'y jouer, mais on peut tenter un billard, ouais ça, ça me plairait.


Il parait que je suis doué armé d'une queue ... Surement moins que lui c'est vrai.
Puisque mon cours a été stoppé, autant jouer à un jeu où je peux gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   Sam 13 Avr - 21:41

Evan me regarde comme si j'étais le messie. Il est speachless, ouais, j'ai souvent cet effet. Faut pas croire que ça a cessé de me flatter. D'ailleurs si j'étais un chat, j'en ronronnerais. Mon coeur serait so full que je ne pourrais que me rouler sur le dos pour qu'on me gratte sous le menton. Mais je tiens trop à ma gueule et mes deux jambes pour jamais tenter d'être un chat. Pas que je juge ceux qui le font, vivre et laisser vivre, right?

S'il avait pas l'immense honneur de ma présence, je veux dire, on vas raconter durant des siècles la fois où Voltage a débarqué en classe pour libérer les gamins, eh bien si j'étais pas là, je pourrais presque croire qu'il regrette ces miniatures morveux. Faut pas s'en faire, ils se multiplient à vue d'oeil. J'ai déjà voulu avoir un rat comme compagnon, je lui aurais appris des tas de trucs, sauf que Miss Ma Mère a dit non après que j'aie électrocuté le hamster de ma soeur. La maison a senti le brulé durant une semaine. C'est pas ma faute, il m'avait mordu, le poilu!

Mon coeur danse d'avoir su quitter cet endroit avant qu'il ne me brainwash en une copie conforme de whatever was hot that year. Si j'étais pas aussi poli, je lancerais un énorme fuck you à cet établissement en coupant le courant, juste pour voir comment ils se débrouillent. Allez, ce serait le Top of the Pops, la maison des horreurs et la révolution, tout ça à la fois. Faites pas cette tête, c'est pas comme si j'allais détruire cette chose pour la regarder s'effondrer sur la ville. Croyez quoi, que je suis evil, que je me promène la nuit dans les cimetières pour vouer un culte à satan. Bon, une petite quantité d'extrémistes religieux on un petit site internet contre ma présence, mais whatever, haters gonna hate. D'ailleurs, si j'ai bien compris, c'est tout ce guy on guy truc qui les dérange. For the record, si aimer quelqu'un c'est mal et bien je suis le plus terrible des vilains. Parce que all I have c'est cet extrême feeling que me font sentir ceux qui m'aiment peu importe ce qu'on raconte sur papier. Cette semaine, j'suis le golden boy, celle d'après l'ennemi numéro 1, une bonne action est poussée par un sandale, c'est un cercle vicieux, pervers, mais pas au sens intéressant de la chose. Vous voyez, oui, vous voyez.

- J'ai pas prévu d'y jouer, mais on peut tenter un billard, ouais ça, ça me plairait.

So, tu le prends comme ça ? Evan, mon vieux, je pourrai pas enfiler mes souliers de bowling avec des éclairs, tu te rends compte de ce que tu me fais. Ils sont so glam, tout shiny comme si le monde était une boule disco. Ils sont bleus comme des étincelles, d'ailleurs j'ai pensé à des mèches bleues, t'en dis quoi ? Ça m'irait au teint ? Je vais faire un sondage, nah, y'a que moi qui compte. Je souris à Evan, me dis que je viens de comprendre, enfin.

« Ça peut le faire. Ce que j'arrive pas à capter, c'est si un de toi préfère les queues et l'autre les boules, pourquoi est-ce que tu m'as pas encore présenté l'autre. Je serais sympa, je le jure. Peut-être même que je suis son genre! »

Un sourcil en haut, l'autre en bas, un pour toi, l'autre pour l'autre. Fais pas cette tête, toi, toi et moi on peut se faire un threesome incroyable. Un de vous peut regarder pendant que l'autre et moi on s'amuse un peu, juste un peu, je serai docile, doux comme un choc électrique. Je ne pose pas mes mains sur lui pour le moment, sa tête me dit qu'il est pas sur les mêmes ondes que moi. Ça viendra.

« De toute façon, tu m'en parleras en allant au bar, où je te battrai au billard, autour d'une tournée de quelque chose de fruité que je pourrai boire avec une paille et que tu pourras boire avec embarrassement. 1, 2, 3, GO. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « We don't need no education » – Evan&Jazz.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« We don't need no education » – Evan&Jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Education féline
» Education et travail
» Education et Prespectives
» Voila l'homme qui merite d' etre Ministre de l'education en haiti
» L'education en haiti,un sujet de préoccupations
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SULLIVAN'S HOLE :: savior high :: Salles de cours-