AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 21

MessageSujet: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Mer 14 Mar - 15:08

« T'as lu ça, Ma ? Ils disent, et je cite : '' C'était un sauvetage du tonnerre '' » Elle marmonne quelque chose depuis l'autre pièce, trop absorbée par l'application de son rouge à lèvre de vamp. Ma mère est une dame aux jambes d'enfer, et j'en suis fier. Les premières fois, on demandais de derrière la caméra : '' Et votre soeur vous accompagne ce soir. '' Et à moi de répondre dans le micro, alors qu'elle laissait échapper un rire si naturellement modeste que je le savais monté de toute pièce. Guest Star ce soir au Jazz Show, Fae Seene dans le rôle de la mère du prodigue. Et Jazz Seene dans le rôle du garçon à maman. Elle brille lorsqu'elle se promène à mon bras, élégante comme une star de cinéma. Mais à ce moment là, je me souvient avoir pensé à ma soeur à moi quelque part sur les routes, jamais fixée, toujours à la recherche d'elle-même ou de quelque chose de plus grand. Mais Jess, on n'en parle pas. Ma mère aime bien m'embrasser sur le front et déclarer que je suis son fils unique.

Jazz seene et sa maman qui partagent une seule salle de bain, ça donne droit à des crises de divas. Je l'ai sortie de notre petite maison qui sentait les souvenirs brûlés. Je lui ai acheté un palace sur une coline. Je ferais n'importe quoi pour elle. Mais la voilà, qui passe le plus clair de son temps ici, à diriger par dessus mon épaule. Ça rends les choses plus simples. Je n'ai qu'à les électriser, qu'à être moi.

Le journal fait un vol plané jusqu'au bac de récupération. Héros et citoyen de la terre. J'ai même fait des pubs pour ça. Tout ce qui est vert, ça cartonne. Sauf le vernis à ongles, ça, c'est juste de mauvais goût. Alors que ça fourmille en dehors des murs de mon château, j'ai envie de faire partie du bon peuple. Faut partager l'awesomeness, mais avant, je ferais mieux de m'habiller. Sortir en robe de chambre, c'est cool, mais pas plus loin que le balcon.

Ma ceinture entre les dents, j'enfile un jean par dessus mon slip léopard. Et si on m'demandait de poser en sous-vêtements, faut être prêt à toute éventualité. Un regard dans le miroir, rapide comme l'éclair. Dépeigné à souhait. Je suis beau à croquer. WAM, la porte claque. Monde entier, je vous présente Jazz, dans toute sa splendeur.

La baricade de fer qui m'entoure grésille d'étincelles bleutées. Damn que c'est beau et j'suis le seul à pouvoir y toucher. Personne pour ne voler mes jouets. L'univers fait briller mes dents blanches d'un soleil qui m'émoustille. Tranquille dans mon individualité, personne ne m'emmerde d'être moi. Le printemps joue au yoyo avec la température et avec l'humeur des gens. J'approuve un mode de vie indépendant. Un héroïsme contrôlé. J'en ai vu crever de culpabilité d'avoir porté tous les malheurs de l'univers sur leurs épaules. Je suis jeune et libre, pas envie d'avoir des rides sur mon beau visage. Ceux qui n'ont rien à faire peuvent s'inquiéter à ma place. Ma philosophie, c'est le show-business.

Voilà que je croise une demoiselle en détresse. Il faut vraiment être désespérée pour porter cette couleur. Ma belle, sans offense, mais ton gilet, il est moche. Ma mère s'habille mieux que ça. Mauvais comparaison, ma mère c'est la plus belle, mais vous voyez mon point. Jazz Seene, défenseur du bon goût et de l'étiquette. Miss Je-ne-sais-qui, les erreurs ça s'arrête ici.

« Darling, cette couleur te donne l'air malade, enlève moi ça right now. » Je n'ai jamais été si sérieux, tu sera bien plus jolie sans. C'est pas comme si je voulais me rincer l'oeil. Les demoiselles comme toi, très peu pour moi. Sans parler que la pédophilie, c'est pas mon domaine. Je ne veux que ton bien, tu peux pas en dire autant de tous ceux qui voudraient bien t'avoir dénudée. Allez, si j'enlève ma chemise, tu le fais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Ven 16 Mar - 12:52

Aujourd'hui, j'ai froid. Je suis en l'encontre du monde, encore une fois. Les autres sont en t-shirt, je le remarque, le vois. Et moi ? D'un gilet en laine je suis habillée, j'ai pas vraiment regardé la couleur, je l'ai juste enfilé quand j'ai quitté l'école pour m'évader vers un ailleurs qui semble meilleur.

Je suis pas encore tombée aujourd'hui, ce doit être une bonne journée, j'ai blessé personne parce que je n'ai rien tenté, la tornade Rean a voulu se calmer, le temps d'un jour parce qu'il ne faut pas trop espérer. Je soupire sans trop savoir où je suis, je regarde mes pieds parce que j'appréhende la prochaine chute, comme une idiote, comme une catastrophe. Bloquée sur une vitrine que je ne regarde pas vraiment, j'attends, que le monde tourne, que le moment se passe, que tout explose, que j'en sois la cause, je ne sais pas. J'attends et j'ai froid.

« Darling, cette couleur te donne l'air malade, enlève moi ça right now. »

Je me retourne vers la voix, et Jazz Seene quoi. J'écarquille les yeux, parce que c'est le première fois que je vois un héros de près. Alors c'est ça quand on fait partie des cieux ? On critique le gilet d'une fille frigorifiée. Le truc bête, c'est que je l'imaginais comme ça, en réalité. Vraiment pas autrement, un peu trop extravagant. Un Seene en fait, ça fait rêver de voir qu'il irradie dans son monde de fée.

Mais voilà, le problème se pose parce que je l'aime moi, mon gilet en laine violet. Je le regarde, et puis détourne tout simplement mon regard, je n'ai pas envie de me déshabiller, et même si j'étais une groupie affolée je ne le ferai pas, parce qu'on ne me dit pas quoi faire à moi. On l'a trop fait, je crois. Maxim, touches pas à ça ! Non, Maxim, n'essaie pas de faire ça ! Maxim arrêtes, t'es pas assez grande pour ça.

Et même si j'étais convaincu que je pouvais le faire, cela loupait à chaque fois. Je suis la bête noire de ceux qui sont fait pour arriver à faire de grandes choses de leurs dons. Je suis la bête noire de ceux qui ont plus de gout que moi. Je suis la bête noire ... Ou violette, au choix. Mais mon gilet, je n'ai pas envie de l'enlever.

- Je suis malade. que je finis par lui sortir, blasée. Ouais, je suis malade, je suis toutes les plaies du monde à moi toute seule. Alors ça doit se voir sur mon visage, surement. Laissez-moi tranquille et laissez mon gilet, ce n'est pas parce que tu es Jazz Seene et que tout le monde te connais que je vais m'empêcher d'être moi. Ce gilet, vous voyez ? Il marque ma différence, le fait que je ne suis pas dans la danse.


Dernière édition par Miss Catastrophe le Ven 23 Mar - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Lun 19 Mar - 0:09

Alors que le soleil tape droit sur mes dents blanches, je me sais éblouissant. Une étincelle au coin de la canine, comme dans les cartoons. Sans avoir les limites de vivre dans un monde en deux dimensions, je peux avoir des étoiles dans les yeux, même toute une galaxie en néons, si j’en ai envie. Sauf que mes tours de magie je les garde pour quelqu’un de spécial. Il ne le sait pas encore, mais je vais l’émerveiller et il n’aura pas d’autre choix que de m’aimer. C’est facile de se faire adorer, mais d’aimer vraiment quelqu’un en retour, y’a de quoi passer quelques nuits blanches. Et je ne parle pas de tourner tout seul dans son lit, je parle d’y faire de la gymnastique en équipe. Ces abdos découpés au couteau ne sortent pas d’un costume de héros aux formes moulées dans le plastique.

- Je suis malade. J’avais remarqué. Mais cette mocheté ne t’aide pas. Pour faire WOW, il faut un certain talent. TA-LENT. Tu sais ce qui rime avec Talent ? Roulement de tambour la foule est en délire. Jazz Seene, aka moi-même. Pas de quoi en tomber dans les pommes, chez moi, c’est naturel. D’ailleurs ma mère m’a toujours dit : « Jazz, darling » Si elle est pas chou, ma mère avec ses petits surnoms. Parce qu’on est jamais trop vieux pour aimer sa maman. Revenons au point. Je cite Fae Seene, mère glorieuse. « Jazz, darling, s’ils ne t’aiment pas au naturel, ils ne méritent pas ton attention. » Voilà pourquoi je n’ai aucun problème à me promener nu. S’ils ne m’aiment pas, fuck them. Je ne suis exhibitionniste que de ma personnalité légendaire, faute de n’avoir aucun défaut. Je disais quoi déjà. Petite, faut pas te trouver d’excuses, les gens désolés sont les pires. Fait quelque chose de bien, fait quelque chose de mal, mais assume-le! Marche sur la ligne, joue au funambule, mais ne t’excuse pas de tomber du mauvais côté.

« C’est pas une raison pour en avoir l’air. » Finalement, je n’ai aucune envie de la voir sans ses vêtements. Boobs and shit, eew. De quoi me donner envie de regarder mon propre corps pour éviter les séquelles permanentes. Je lui tourne le dos, histoire d’ignorer les visions d’horreur qui me montent à la tête. Moi, quand je veux avoir peur, j’écoute un porno hétéro, je vous jure, c’est pire que Saw 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 combinés. Voyez, je peux aussi compter. Qui dit qu’il faut aller à l’école pour être brillant ? D’ailleurs, je suis le seul à faire des étincelles quand je touche du métal, si c’est pas impressionnant.

Trêve de plaisanteries, ma vie a besoin d’un but. Je sais, je sais, l’univers a besoin de moi, mais en ce moment, on s’en fout. Rien à faire qu’on m’adule, ça ne satisfait pas tous mes désirs. Regarde-moi, redhead, on va faire quelque chose pour améliorer ton cas. Faut être awesome à sa façon, ou plutôt à ma façon. Un grand sourire, les cheveux dressés sur la tête et une paire de lunettes badass pour cacher ta cuite de la veille. Sache que de ne pas avoir l’âge légal pour boire ne veut pas dire que tu ne peux pas faire semblant d’être saoule. Les gens disent bien des choses quand ils pensent que tu ne t’en souviendras pas au petit matin. Certaines que tu aurais voulu ne jamais entendre, d’autres que tu peux leur remettre au visage quand ils te font chier. Voilà, on commence quand ?

« T’as quoi de spécial, love ? » Parce qu’à part ce truc qui te donne l’impression d’avoir la nausée, je sens un whatever aux allures de petit chat qui a besoin d’une maman chat. Je n’ai pas de chatte, mais je veux bien être un peut cabot, tant que tu me laisse être rayé comme un tigre. Les motifs, ça amincit. Faut pas croire le contraire. Quand j’étais gosse, un de ces halloweens, j’ai porté un costume de nuage et c’est la seule fois de ma vie ou j’ai eu l’air gros. Putain que j’étais concept à cet âge. Imaginez, moi, tout blanc, tout fluffy, avec ces éclairs au bout des doigts. Seul problème, j’ai fait cramer toutes mes friandises et mon sac a fondu à mes pieds. Je me souviens encore de la gueule stupéfaite de ma mère qui s’attendait à ce que je fonde en larmes. Mon je me marrais et crachait des étincelles. Au fond c’était pas grave parce que Jess a partagé avec moi. J’ai eu ma dose de sucre et tout l’univers a continué de tourner. Un jour, j’écrirai ma biographie, et petite, tu seras dedans. Oh, je t’ai pas dit, t’es mon nouveau projet. Well, until I get bored.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Ven 23 Mar - 20:03

Je frotte mes yeux, fatiguée. J'ai toujours froid, j'ai envie de vomir un peu aussi c'est vrai. Je regarde Jazz Seene, me rends compte que oui, c'est bien lui, et que je viens de lui dire que j'étais malade. Malade d'un air : Je vais bientôt crever. J'ai envie de hurler, de m'éclater la tête contre le mur, mais je ne suis pas en mode groupie, j'en ai juste marre un peu de ma vie. Alors si je vais pas bientôt crever, je me dis qu'un jour où l'autre ça va arriver, après tout avec toutes les catastrophe que je me traine, ça va bien finir par me retomber dessus, ce truc. Je suis malade et je ne retirerai pas mon gilet.

« C’est pas une raison pour en avoir l’air. »

Ok, j'ai noté. Vous vous y connaissez en mode, si j'avais pas compris, je crois que là c'est assimilé. Putain, Jazz Seene me parle comme a une demeurée. Quand je dis que ma vie ne sait rien faire d'autre que pitié. Je ne suis pas motivée, pas aujourd'hui. Y a des jours où je ne veux pas, où je suis aigrie avant l'âge et aujourd'hui c'est un jour comme ça. Je ne vais pas m'excuser, ça fait juste parti de ma personnalité.

Je soupire un peu, je me dis que c'est simple quand on est comme lui, extrêmement bien dans sa vie. Je suis même sure que sa mère l'adore. De toute façon tout le monde l'aime et puis rien que son surnom, il est parfait. On ne peut pas aller bien quand son surnom c'est Miss Catastrophe. On ne peut juste pas, et même toute la motivation du monde, elle s'est foutu le camp en ce moment précis. Je veux juste qu'on me laisse tranquille moi et mon gilet, il ne manquerait plus que je fasse mal à Jazz Seene maintenant, ma vie serait fichue alors qu'elle ne fait que commencer.

« T’as quoi de spécial, love ? »

Mis à part un gilet à jeter ? Je crois que je n'ai pas grand chose. Comment expliquer, n'est ce pas ? Comment expliquer que je suis censée pouvoir fabriquer des choses en quelques secondes, manipuler les objets sans même les abimer, que je peux faire un puzzle en moins de temps qu'il faut pour dire le mot, mais que tout ça, c'est du vent parce que je ne sais pas le faire sans que tout dérape, sans que quelqu'un se blesse ou bien moi. Je ne sais pas faire autrement, j'ai beau m'entrainer, c'est ancrée en moi. Vous voyez ce trou la-bas ? Je l'ai remarqué, hein ? Mais quand je partirai, je vous paris que je vais tomber à cause de lui, j'en suis persuadée.

Je soupire, reporte mon attention sur ce super-héros, j'essaie de ne pas trop m'apitoyer, mais c'est tellement difficile parfois. Je me demande si parfois il aimerait être quelqu'un d'autre que lui. Je souris, parce que je sais ma phrase folle, être lui, ça doit juste être énorme. C'est tellement fort d'aimer sa vie. Ne jamais se plaindre, juste être là et manier le tonnerre quoi. J'ai quoi de spécial ? Je suis l'inverse de vous, en réalité.

- Je dois pouvoir faire des choses mais j'y arrive pas, alors je me plante dans les rues avec un gilet moche en attendant qu'un super-héros viennent me parler, et ça marche, vous voyez ? J'ai deux espoir en moi, celui qu'il s'en aille et qu'il me laisse méditer sur ma certaine nullité, et celui qu'il reste, qu'il rigole à ma phrase parce qu'elle est complétement idiote elle aussi.

- En clair, j'ai rien de spécial, à part mon gilet. Je suis extrêmement douée pour provoquer des choses que je ne veux pas. C'est pour cela que je ne bouge pas avec monsieur Seene devant moi, pas même d'un centimètre, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Personne n'est immunisé contre moi, c'est pour cela que je reste tout le temps seule, c'est un choix ... Ou pas. Les gens ont peur de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Mar 10 Avr - 20:22

Il fait beau comme il fait bleu et ça me plais. Je suis fait pour chauffer et m'échauffer, électrisé d'un rien bleuté. Comme mes yeux qui souffrent d'être tant admirés. Pas besoin de me photoshoper, je suis un dieu sur papier glacé. Les nuages écrivent mon nom et je soupçonne un petit ange d'être fan de mon profil. Quand j'ai promis à ma soeur qu'elle serait toujours my number one fan, elle a dit : « Non, mais t'as besoin d'électrochocs! » J'avais dix ans. Mini-Voltage s'est consolé en se disant que si sa soeur ne voulait pas l'aduler, il se lancerait lui-même des fleurs. Pourquoi est-ce que je sens si bon maintenant que je suis grand, faut pas être savant pour voir que je sais jardiner. Voilà, mon plus grand secret est dévoilé. Qu'est-ce que je raconte, je suis une bibliothèque à ciel ouvert. Un peu de tout, mais surtout des bestsellers. Pas question que j'accumule les navets. C'est horriblement répugnant, même en soupe. Suffit de me voir torse nu pour savoir que j'ai mangé mes légumes. Les verts en premier. De quoi rendre Popeye jaloux de mes biceps. Ce qui est grandiose, c'est que j'ai toute la famille, histoire d'être proportionnée. Biceps, triceps, quadriceps, tyrannosaurus rex. Pas question d'être un flanc mou.

- Je dois pouvoir faire des choses mais j'y arrive pas, alors je me plante dans les rues avec un gilet moche en attendant qu'un super-héros viennent me parler, et ça marche, vous voyez. T'es qui déjà ? Ah, oui, la petite aux airs de mauvais temps. Il fait soleil aujourd'hui, girl, pas besoin de grisaille, même au fond de tes grands yeux un peu perdus. Don't worry, Voltage connait le chemin. Droit vers les feux de la gloire. Aussi loin que les fils électriques qui parcourent le monde entier. Tu vois, je suis partout, anywhere, everywhere. Mes épaules roulent d'une statique qui m'enivre. Le soleil, c'est pas du feu, c'est de l'énergie et je l'absorbe par les pores de ma peau hydratée avec soin chaque soir et matin. J'écrase la semelle de mes souliers contre le béton dans moonwalk intérieur. Les possibilités ondulent avec mes hanchent et j'expire un charisme dont je sature.

- En clair, j'ai rien de spécial, à part mon gilet. Je hausse un sourcil. À ta place, ma jolie, je ne m'en vanterait pas trop. La priorité c'est de te trouver quelque chose à porter. Parfois je me dis qu'il n'y a que moi qui aime se dénuder en public. C'est ce qui cloche avec notre belle société. Pas assez de naturel qui revient au galop. Rien à voir avec les chevaux, bien qu'on m'ait déjà traité d'étalon. Reste qu'à me trouver un poney qui s'agence à mon pelage. J'en ai remarqué un avec qui le courant semble passer, je vais le retrouver au coin d'un interview j'en suis persuadé.

« Ton gilet, oublie le. » Parce que bon, on en a déjà parlé. Un mot de plus sur cette atrocité et je vais devoir me laver la langue au détergeant à lessive. Boîte à savon, boîte à musique, fuck this shit. « Il te faut une cape et des collants. Par ici! Faut avoir l'allure d'un héros pour que les gens y croient. Et quand les gens vont te regarder pour autre chose que tes pieds emmêlés et ton chandail moche, tu vas finir par y croire. » Je marche au beau milieu de la rue, poussant ma nouvelle conquête d'une paume fermement ancrée dans son dos. De mon autre bras je la tire un peu vers moi, pour l'empêcher de mettre le pied dans un trou d'eau. Gentleman jusqu'aux os. C'est qu'elle a pas de chance la petite. Je pousse la porte d'une boutique où je viens souvent avec Ma'. Les robes, très peu pour moi.

D'ailleurs, si je t'ai pas demandé ton avis, ma jolie, c'est qu'il n'y a que le mien qui compte. « Believe me, you're gonna be great when i'll be done with you. » Je la pousse dans une cabine d'essayage, dressing room. Undressing room quand le vendeur est sexy. Mes doigts claquent dans un ordre autoritaire. J'ai appris ça de ma mère. Je pointe quelques morceaux et ils se retrouvent dans la cabine, la taille qu'il lui faut, dans une couleur que j'ai choisie. Je vous ai déjà parlé du Jazz Show ? C'est maintenant, tout le temps, et ça promet d'être fabuleux. D'ailleurs, Comment est-ce qu'on t'appelle, doll ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Sam 2 Juin - 23:07

    « Ton gilet, oublie le. »


J'essaie de me souvenir, mais j'en suis déjà persuadée, mon gilet, je n'ai pas été la première à en parler. Moi je voulais juste qu'on me laisse tranquille. Et puis je ne sais même plus, je voulais être là et qu'on ne me remarque pas. Je ne voulais pas que Jazz Seene se retrouve devant moi, je ne voulais pas me retrouver à l'envier, et à le penser fou aussi, je l'avoue. Qu'il me laisse mon gilet et moi, on vit très bien comme ça.

    « Il te faut une cape et des collants. Par ici! Faut avoir l'allure d'un héros pour que les gens y croient. Et quand les gens vont te regarder pour autre chose que tes pieds emmêlés et ton chandail moche, tu vas finir par y croire. »


Je n'ai jamais demandé à ce qu'on me transforme. Je veux qu'on me laisse vomir ma vie en paix. Invisible ouragan. Que Maxim Rean reste la pauvre fille qu'elle est. Et que ma vie reprenne son chemin, celui où le soleil se lèvera demain, au seuil d'une nouvelle chute et d'un avenir écorché. Qu'on me laisse me détruire en paix.

Il me force à marcher, comme un robot abimé, je le suis, je réfléchis où mes pieds se posent, ne regarde pas vraiment devant moi. J'évite une flaque d'eau, ou il l'évite pour moi. Je suis une assistante assistée, née pour mourir et vivante pour être moquée. Un cœur rempli de haine et regret. Je ne veux pas qu'on me force à porter des vêtements que je penserais laids.

    « Believe me, you're gonna be great when i'll be done with you. »


Cela ne me plait pas, l'ambiance de la boutique non plus. Je n'aime pas être forcée, je vais finir par exploser. Une vraie bombe, catastrophe. Je vais surement trouer, le premier t-shirt que je vais essayer. Ce n'est pas juste, j'accuserai un harcèlement, parce que mon avis ne semble pas compter, je vais sortir d'ici en étant différente de moi. Je pourrai en pleurer, du fait qu'on m'enlève mon identité, mon gilet.

Cabine d'essayage, habits. Je ne suis pas à ma place ici. Je voudrai pouvoir le hurler, mais je suis trop occupée à ne pas se laisser prendre mes pieds dans la masse de linge qui tombe à mes côtés. Je ne veux pas essayer, et c'est même dépité que je me tourne vers le super-héros.

    Comment est-ce qu'on t'appelle, doll ? »


Là c'est sur, je vais le frapper, je prie juste un peu avant; Sil vous plait seigneur, faites que je ne rate pas mon coup, je crois que je pourrai le regretter.
Je soupire, le regarde avec insistance, me demande s'il a vraiment prononcé ces mots là. Je ne veux pas qu'il se moque de moi. Et c'est déconfite, ou quelque chose comme ça, je fini par enfin prononcer.

    - Miss catastrophe.


Celle dont il ne faut pas s'approcher. Je soupire, lui montre un pantalon ou je ne sais pas quoi, lui fais croire que je vais l'essayer. Il pensait me vendre du rêve, mais c'est tout le contraire. Dans une boutique comme celle là, j'ai plus envie d'arrêter d'exister plutôt que de vivre un rêve éveiller. J'ai la nausée, et le pantalon que je tiens en main ? Je l'envoie valser et de préférence dans sa direction, tout en me disant que même en visant, il n'y a aucune chance que j'atteigne ma cible. Non, au lieu de cela ? Je viens de péter une lampe d'exposition, même pas à vendre. C'est quoi mon surnom déjà ?

    - Miss catastrophe ...


Oui c'est ça, c'est moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Lun 1 Avr - 4:09


Les couleurs dansent entre la soie et le cuir. Le tiroir à dessous d'une fille ressemble plutôt à l'uniforme de base des studs dans les plus joyeuses des boîtes de nuit. J'ai dit joyeux, je voulais dire GAY, comme dans HOMOSEXUEL. Faut pas se leurer, je suis assez obvious dans mon genre. Du style regardez-moi allumer la foule d'une étincelle sur ma canine obscènement découverte. Parce que des dents blanches, c'est sexy. On s’abstiendra de mentionner en interview que de les planter dans une fesse bien ronde pour y laisser mon empreinte dentaire, c'est un de mes hobby en attendant de trouver un hubby. Et puis non, ce sera ma prochaine déclaration au news du soir. HEADLINES : le 428e scandale de Jazz, Voltage mords, la scène publique est outrée, les puritains lancent une pétition, censurons toutes références au sado-maso, au sexe, à liberté de penser, enfermons les déviants, lapidons les récidivistes, et tout ça à la gloire d'un God franchement overated. Ouh, les poils de mes jambes ont étés le point de sortie de toute cette électricité statique, ça sent le brûlé.

Seene entre en scène, tu me captes ? Parce que tout ce que je capte c'est les ondes radio et j'ai un petit chatouillement au nombril, un micro-onde doit être en usage dans un rayon de vingt Jazz. Fallais pas croire que je conformerais à utiliser des centimètres. Un Jazz, c'est la longueur entre mes pieds. Si la banalité m'exaspère, ce seront de petits Jazz, si je bondis parce qu'on m'a chargé à bloc, ce sont de gros Jazz. Peu importe la taille, un Jazz remplis toujours sa . . . MISSION. Air. Missionnaire, non, Miss E on air. Miss Electrico Nair, HOLY SHIT, je viens de trouver mon nom de drag queen. Si un jour la retraite me semble morne, je reviendrai sur des talons hauts, incognito. Good one, c'est impossible pour Voltage de passer inaperçu. C'est peut-être Miss Electrico, mon alter ego, qui me branche chaque fois à ce qui est fabulous ou pas.

- Miss catastrophe.

Le courant ne passe pas. Fabulous, ça ne l'est pas. Me dit pas que cet oiseau lui a donné un nom moche comme son gilet, un peu de compassion, people. Je hausse un sourcil dans un air de say again, la tête un peu penchée, pas tout à fait désolé, pas tout à fait vaincu. Sauf que SHLING, quelque chose se brise au sol.

- Miss catastrophe. . .

Qu'elle répète, après m'en avoir fait l'intrépide démonstration. Darling, tu sais que le courant passe dans tout ça et que je ne résiste pas un peu d'électricité sous mon nez. Je pointe le doigt. Spark. Here. Good boy. Une petite étincelle bleutée entre les doigts, je me dis que tout arrive au nom de ma gloire.

Je sais ce qu'il lui faut pour lui enlever cet air malade. C'est pas une nouvelle couleur dont elle a besoin de s'envelopper comme une larve dans un cocon, non, ça lui prends une pincée de courage formidable. Good thing que j'en aie plus que de raison.

« Vas falloir remédier à la situation. »

Son nom, ce désordre, le manager qui ne tardera pas à pointer son nez. L'étincelle entre mes doigts, je l'envoie valser dans les ruines d'une lampe, autographiant les débris d'un Electric V. was here. Voilà, c'est mieux. Les groupies viendront se recueillir, ça fera rouler la business. Si on s'imagine que je vais me confondre en excuses et leur léchéer les bottes à coups de sorry hypocrites. Voltage le Volage Vandale, ça sonne trop bien pour leur en donner l'idée.

« Darling, ça te vas pas du tout. »

Je la prends par le bras, un peur d'air, de brainstorming, de thunderstorm, de whoah, je perds mon temps. Elle doit savoir, je dois lui dire.

« Ça te prends quelque chose de plus Catchy, de moins terrible. Tu dirais quoi de The destroyer ? Trop titanesque, oui, t'as raison. Queen Chaos ? Allez, avoue que ça a un certain ring to it. Tu pourrais même avoir un sceptre et tout un tas d’accessoires. Des minions qui te suivent partout pour que tu n'aie plus jamais à ouvrir une porte de ta vie! Imagine la chose, on s'écarterait sur ton passage, pas par peur, non par respect. J'imagine quelque chose en velours pour ton outfit. Un pourpre profond, quelque chose de royal, t'en dis quoi, my lady ? »

Accompagné d'une petite révérence et d'un sourire étincelant. Tiens, je fais des étincelles tellement ça m'enchante. So, darling, me dis pas que tu préfères rester avec le commun des mortels, je pourrais faire de toi une reine. Régente des misérables qui ont osé lui donner ce pauvre surnom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Mer 24 Avr - 9:32

Je regarde mon œuvre, me désole de lui imposer tout cela comme je l'impose à tous ceux qui veulent l'apprécier, pauvre de moi, c'est vrai, mais pauvres d'eux en réalité. Il ne semble pas comprendre la situation s'en amuse même alors que moi je me meurs surement à petit feu, d'une flamme bleue. De celle qu'il tient entre ses doigts, qui le fait sourire et affiche comme il sait maitriser ce qui fait parti de lui à jamais.

    « Vas falloir remédier à la situation. »


Personne ne peut m'aider, alors je fronce les sourcils, parce que je ne comprends pas de quelle situation il est question. Même avec la plus grande volonté du monde, on ne pourrait stopper le chaos que je finis toujours par provoquer. Je suis comme cela, et aussi vrai que l'électricité fait parti de lui, les catastrophes font parties de moi. J'en oublie mes véritables capacités. Pourtant je suis certaine qu'avant de tout briser, je venais de l'expliquer. Je devrais savoir faire des choses, mais la situation, on ne peut pas la changer. Il n'y a rien à remédier. Je suis un cas désespéré.

    « Darling, ça te vas pas du tout. »


Mon gilet ? Oui, je le sais, plus la peine de le répéter ... Il attrape mon bras, j'en écarquille les yeux, je crois. J'attends sa révélation, savoir dans quoi on s'embarque, dans quelle chemin, la destination et surtout l'arrivée. En serais-je changée ? Je ne peux m'empêcher d'en douter.

    « Ça te prends quelque chose de plus Catchy, de moins terrible. Tu dirais quoi de The destroyer ? Trop titanesque, oui, t'as raison. Queen Chaos ? Allez, avoue que ça a un certain ring to it. Tu pourrais même avoir un sceptre et tout un tas d’accessoires. Des minions qui te suivent partout pour que tu n'aie plus jamais à ouvrir une porte de ta vie! Imagine la chose, on s'écarterait sur ton passage, pas par peur, non par respect. J'imagine quelque chose en velours pour ton outfit. Un pourpre profond, quelque chose de royal, t'en dis quoi, my lady ? »


J'ai écouté tout son discours, et si tout va bien je n'ai rien raté. Jazz Seene c'est vraiment une décharge d'idée, quelque chose que personne ne peut contrôler. D'ailleurs je suis presque sure que si quelqu'un a déjà essayé, c'était au risque de finir grillé.

Je secoue le visage, le regarde franchement, me demande s'il est sérieux, si c'est vraiment ça la situation à laquelle on doit remédier. On me doit un nouveau baptême ? Enfin, si quelqu'un me doit quelque chose. Ce dont je doute en réalité, on ne me doit rien, et être Miss Catastrophe est mon destin. Je ne le vis pas mal, vous savez, de n'être pas grand chose, de n'être rien. On s'y habitue, comme on s'habitue à tout, le monde fait semblant, tandis que moi je tombe tout le temps.

    - Queen Chaos ?


Je lui demande sans même y penser, en regardant des articles de la couleur qu'il vient de citer. Je fais comme si j'y croyais, pour lui faire plaisir en espérant qu'il me laisse tranquille et que ma vie reprenne son cours normal, sans personne pour venir me déstabiliser, je pourrai faire comme si je n'empêchais pas le monde de tourner. Puis, si je fais semblant assez fort ... Peut être qu'à la fin, j'y croirai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 21

MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   Ven 16 Aoû - 20:55

Je regarde le monde de haut, juché sur mes échasses et mon égo. Je me dis que le monde serait bien bas sans électricité. Que des bougies pour éclairer un dancefloor, ça ferait des boîtes de nuit la résidence principale des pompiers. Faut avouer que les hommes en uniformes, ça me fait un petit quelque chose sous la ceinture. Ça et les hommes en collants. J'y peux rien si ça me fait étinceler les doigts, j'ai envie de toucher quoi. Oh, faut pas faire les gros yeux, on a bien le droit aux petits plaisirs de la vie, entre un photoshoot et une conversation avec ma mère. Si j'étais pas si pudique, qui, moi ? Oui, si j'étais pas si pudique, j'aurais ma propre téléréalité. Ce serait le Jazz Channel. Du Jazz, du Jazz, et encore du Jazz, 24/7. Jazz sous la douche, Jazz qui fait des propositions indécente à tout ce qui est mâle et sexy, la routine quoi. Sauf que ça casserait le mystère, l'intense engouement, la Jazzmania. Les gens m'aiment, j'y peux rien. Fae Seene, première du nom, a dit un jour. « Jazz, my love. Un de toi, c'est assez. » Ce jour là, je crois que j'avais parlé de me cloner. Deux Jazz, ça aurait été unreal.

- Queen Chaos ?

Dit la malheureuse, comme si je venais de lui offrir la lune. Oh, me regarde pas comme ça, c'est ma présence, ça rends la vie merveilleusement chargée. On soupire, on me fait les yeux doux, et on rêve à moi durant des mois, c'est l'effet Voltage. Il devrait y avoir des mises en garde. ATTENTION : haut voltage, crée la dépendance. J'en ferai faire des t-shirts. C'est décidé, ce sera sur la première page des tabloïds, héros weekly, super life, et j'en oublie.

Alors, darling, t'acceptes. On te mets un cape, un diadème, quelque chose d'électriquement royal, et tu fermes les yeux, juste assez longtemps pour croire en toi. Après, tu fixe le miroir, histoire de vérifier que ton look égal ton potentiel. Tu peux être grandiose si t'y crois. Faut pas se laisser abattre. Y'auras toujours des gens pour dire que t'es trop, pas assez, et que tu peux pas le faire. Ce sont des cons qui ont pas le courage d'agir. C'est facile de critiquer. Mais prends exemple sur Voltage. Il s'en fout. Ça marche plutôt bien pour lui. Même qu'il donne des conseils à la troisième personne, oui, je sais, ma présence est le plus beau moment de ta vie. Tu peux pleurer de joie, je comprendrais.

« obviously, ça prends l'attitude qui vas avec. Fais-moi ton regard le plus hautain possible, avec une touche de badass. . . Allez, tu peux y arriver, il y a une dominatrix infernale qui sommeille en chaque femme, même ma mère! »

Je regarde la mignonne, et sois elle essaie pas, sois c'est pas franchement ça. Faut pas laisser le Jazz vous impressionner, faut tout donner. Je dis la même chose à mes conquêtes, mais ces histoires là ne se terminent pas de la même façon. Je crache des étincelles et me remets sur pied. Ça sera plus dur que je croyais . . .

« Okay, Chaos. » Que je lui dis, en lui prenant la main, pour la faire tourner sur elle-même. Elle se prends les pieds dans les bouteilles imaginaires du constant party qui a lieu dans ma tête, mais je la rattrape par la taille. Un peu plus et c'était prévu. Faut pas s'en faire, toute façon elle se fera porter par des minions. Je la regarde comme il faut. « Bon, c'est pas encore ça, mais t'as un petit quelque chose. » C'est charmant ce truc, elle est imprévisible. Je serais souvent bored si j'étais pas si awesome. Bon, je me concentre sur la demoiselle, c'est plus dur que je le croyais d'avoir une vraie conversation avec une femelle. Je peux même pas fantasmer sur son corps, on est pas de la même espèce. Revenons en à l'important. « Alors, love, tu veux être comment quand tu sera grande ? » La réponse, c'est Queen Chaos, mais bon, je vais pas te lancer des éclairs si tu réponds autre chose. Mais Queen Choas, ce serait le top. Allez, j’écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: | « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.   

Revenir en haut Aller en bas
 

| « Don't change your mind, you're wasting light. » | Maxim&Jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» On ne change pas une equipe qui gagne
» 01. Losing your mind
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: WHISPERTOWN :: jazz street-