AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 |- Mend -| Feel & Puppy Doll.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 44

MessageSujet: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   Sam 11 Fév - 22:05

feelJ'ai eu mal à la tête avant de respirer. Comme une maladie viscérale qui me bouffe le cerveau. J'ai eu mal à la tête, vraiment, avant de tomber à côté du bureau. Avant de sombrer. Je ne sais plus vraiment ce que j'ai vu, son visage peut être, encore une fois. Oui, c'est bien cela, l'évidence est ici, je suis tombé pour la raison qui la plus souvent m'achève. Celle de ne pas savoir où elle est, ce qu'elle attend de moi, pourquoi elle me hante comme ça ?

feelJe soupire alors que je relève ma main droite pour m'accrocher à la table la plus proche de moi. Je me sens pathétique et je remercie le ciel un instant que personne ne me voit. Debout à nouveau, je passe mon autre main sur mon visage, essaie d'enlever le souvenir de la chute et de la douleur. Du mal de tête, du mal de cœur. J'essaie de reprendre tant bien que mal ma respiration en main, voir si la douleur est toujours là. Si de m'enfuir dans cette salle vide aura servi à quelque chose, je ne sais pas.

feelTrop de pensées à la fois lorsque la cloche sonne la fin des cours. Trop, beaucoup trop. J'en bloque la moitié et en entend le tiers, rien est clair. Je ferme les yeux, me noie dans l'espace, respire lentement, la douleur s'est enfuie, je crois. Les pensées aussi ne sont plus autours de moi, et je ne sais plus qu'elle heure il est, pourquoi le monde du lycée s'est arrêté de tourner ?

feelQuelque chose chatouille mon esprit, un mélange de hâte et d'envie, je crois. Un bruissement de vêtement, un jean qui frotte, je ne sais pas. En passant une nouvelle fois la main sur mon visage je me retourne vers l'entrée de la salle, de mon refuge de fortune. Et je supplie celle qui ressemble un peu trop à Lilith de ne pas penser, aujourd'hui, je n'arriverai surement pas à le supporter.

feelJe ne sais pas quoi lui dire, ne peut de suite lui lancer que je ne veux pas entendre ses pensées. Je ne sais pas quoi faire, ne veut pas retomber. Je veux rester dans cette salle, méditer. Penser à son visage, oublier. Sortir de ma vie les mauvaises choses et tous ce qui peut être dit dans leurs esprits. Je n'ai pas la force, je crois, d'aller et venir dans le monde si beau que doit être l'esprit de Séphora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 130

MessageSujet: Re: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   Jeu 18 Avr - 23:38


J'ai dans le crâne des dizaines de visages, rampant aux frontières de ma mémoire sans parvenir à y déposer un nom, un don. Ils dansent dans mon esprits, murmurent sur mon passage, chantonnent contre mon visage des contes qui me sont étrangers, tant certains se persuadent de me connaître déjà. Mais ils ignorent tout de moi, ne connaissent de mon âme que la partie la plus belle, la plus pure, la plus saine. Ils se savent de moi que ma sœur et le fracas qui m'a vu défoncer les portes de leur monde pour y réclamer ce qui me revient de droit : mon unité.

Mais je ne suis pas elle, elle n'est pas moi et pourtant, nous sommes un. Je sais comment faire claquer mes talons et modifier mes expressions pour voir apparaître dans mon reflet l'ombre de son visage, pour l'avoir fait tant de fois lorsque j'étais encore cette poupée grotesque brisée en deux à la poitrine, cette petite poupée fissurée vomissant ses douleurs et ses rancunes contre un monde qui n'en avait cure, jusqu'à déposer les armes et me rendre à moi.
Je ne suis pas elle, elle n'est pas moi et pourtant, je suis une part d'elle, et elle de moi.

Et me voici devenue une attraction, un phénomène de foire dont la nouveauté échauffe les esprits tandis que je me moque doucement des rumeurs, des chuchotis et de cette image tronquée de moi flottant dans leurs esprits. Ils connaissent mes traits mais ignorent tout de moi et j'en ris d'une euphorie teintée d'une joie furieuse de me savoir enfin entière, emmerdant le ciel et ses frontières.

Tournant au rond dans un monde qui ne m'appartient qu'à moitié, je me perds, euphorique de me savoir enfin complète mais paumée d'avoir perdue chacun de mes repères, troquant un monde taillé pour mes pas contre les cieux et leurs lumières rendant clinquant même les plus minables de ces petits dieux vivants.
Ces petits dieux d'un futur qui les idolâtre déjà pour mieux les jeter aux charognes et les voir se faire trucider sur l'autel au nom d'une humanité qu'il devront protéger. Ces héros en devenir rongés par leurs doutes, leurs peurs, leurs remords, se laissant malmener par leurs émotions les moins saines, torturant leurs esprits sans même chercher à s'en échapper. C'est futurs joyaux piégés dans un bal de lamentations où chacun se cherche, s’esquinte et se perd sans trouver le courage de se relever, s'affronter ses douleurs, les confronter pour mieux trouver un moyen de les écraser.
Mais qui protègera l'humanité si les héros de demain ne parviennent à protéger leurs dépouilles qu'ils laissent pourrir dans l'ombre de leurs petits enfers personnels ?

Il faudrait pourtant les sauver, leur prêter un ange pour veiller leurs sommeils et guérir leurs plaies. Lilith saurait le faire, j'en suis certaine, tant son esprit regorge d'une bonté capable de tout inventer pour offrir au monde un instant de paix. Elle les sauvera tous, un à un, en commençant par Hayden, apposant contre son cœur un pansement lui offrant une vie, des rêves, un avenir. Elle les sauvera, en commençant par lui et surement son guitariste dont elle pansera doucement les plaies, laissant les autres mâchouiller leurs douleurs en attendant.

Mais l'heure me rattrape quand la sonnerie se fait entendre et me rappelle les cours calés entre mes mains. Des heures et des mois de travail encombrent mes mains sans pour autant accaparer mon esprit qui n'y connait pour le moment rien à la reconnaissance des civils si ce n'est les quelques règles de bases qui m'ont été expliqué par le professeur Forrest et son canard. Ces règles veulent en effet qu'une super-héroïne soit une femme héroïque, à ne pas confondre avec un super-héros qui lui, bien qu'héroïque, soit un mâle. Eux même à ne pas confondre avec les vilains qui, bien que masculins, sont maléfiques. Vilains, en somme.
Autre point important, un canard sauvant la planète n'est en rien à super-héros mais simplement un super-canard. Et les civils, dans tout ça, ne sont en réalité que des héros sans pouvoir.
Que me réserve donc ces papiers ?

Ouvrant la première porte d'un couloir déserté au profit de la cour et du brouhaha que je distingue sans trop y penser, je rentre, fermement décidée à bosser. A me mettre au niveau, à la vitesse d'une Anderson, a dit le chef.
Mais, refermant la porte, je remarque une silhouette, un visage sur lequel un nom danse sans parvenir à s'y accrocher. Et tandis que j'esquisse un mouvement de tête dans sa direction, je songe que les gens devraient songer à porter un badge indiquant leur nom.


    « Pas la peine de te déranger, j'emprunte juste une table et une chaise. J'ai un machin à bosser. »


Et lui, où se cachent ses cicatrices ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 44

MessageSujet: Re: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   Lun 22 Avr - 23:11

feelPrisonnier de ma propre tête remplie de leurs pensées, je la regarde arriver avec sous son bras un tas de cahiers et autres papiers. Je ferme les yeux, et esquisse un sourire lorsqu'elle pense que je devrais, comme le reste du monde ici, porter un badge à mon prénom. Lorsque je rouvre les paupières je la vois s'installer, prête à dévorer le monde et tout ce qu'il pourra bien lui donner avant qu'il ne finisse par céder sous le poids de ceux qui sont abrités dans ses murs, prêts à aller parcourir monts et vallées.

feelMes maux de tête semblent s'être enfui pour de bon, mais dans un réflexe que j'ai souvent, j'essuie mon visage une nouvelle fois, espérant que je pourrais les faire taire une bonne fois pour toute, muets à jamais. Ce serait trop beau, trop rêvé. Je n'ai même plus de mal à respirer, alors je me reproche d'aller presque bien de baisser la garde sans même le remarquer. De laisser aller mon imaginaire vers celle que je n'ai jamais rencontré.

feelJe me raccroche à l'esprit de Séphora, pensant que si elle ne me connait pas cela n'a pas bien d'importance, je la connaitrais assez pour nous deux sans qu'elle ne le voit. Malgré elle, malgré moi. Je soupire exténué, j'ai mal au cœur, beaucoup trop de douleur. Je suis vieux avant l'âge, Séphora, crois moi. Et je sais les mots que tu vas dire avant de les prononcer, d'accord, je te laisserais tranquille et m'en irais, de toute façon, c'est mieux pour moi de m’éclipser, de me faire oublier. D'essayer de les oublier.

    « Pas la peine de te déranger, j'emprunte juste une table et une chaise. J'ai un machin à bosser. »


feelJe sais. Je le savais avant que tu le parles, je le savais avant que tu y penses vraiment, j'ai vu naitre ta pensée peut être plus rapidement que toi, mais la seule vérité qu'il reste après cela, c'est que je sais. Je hoche le visage pour lui montrer que j'ai compris, que de toute façon, il n'y a aucune raison pour que je fasse irruption dans sa vie, non, je vais juste retourner m'assoir dans mon coin, peut être même par terre pour être sur de ne pas être vu et de ne pas éveiller son esprit.

feelEt alors que je prévois de disparaitre à moitié, j'entends sans le vouloir ce qu'elle se demande réellement à mon sujet. Ou non, non, ce n'est pas ça, c'est une pensée dite dans le vent, comme un simple questionnement, une réflexion sur les gens qui gravitent dans cette planète sans queue ni tête. Mes cicatrices sont celles des autres, mes angoisses aussi, tout comme mes envies. Je les ais dans ma tête, dans mon cœur, dans mes rires, dans mes pleurs.

    - En moi. je murmure plus pour moi que pour elle, lorsque je m'éloigne pour me retrouver à son opposée, je pourrais choisir de fuir, c'est vrai, mais je préfère son esprit pour l'instant plutôt que des milliers d'autres. Si tu as besoin d'aide, n'hésites pas.


feelJe m'assoie alors sur le sol, la tête entre les mains, attendant ses prochaines pensées, me disant que j'arriverais à le supporter. Je préfère de loin être prisonnier de sa tête, de ses livres, papiers, plutôt que de me mettre a ressasser des souvenirs que je ne sais pas réellement vrais. Oui, je préfère être prisonnier de Séphora, que prisonnier de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 130

MessageSujet: Re: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   Mar 30 Avr - 21:18



Ouvrant mon livre, je laisse les mots défiler devant mes yeux sans chercher à leur donner un sens. Ce cours est une plaisanterie qu'il serait bon de remplacer par une matière plus vitale à ces héros en devenir. Qu'on leur apprenne comment survivre à ses cicatrices et les panser, plutôt que leur parler des heures durant d'un canard au cape rouge.

Mes cicatrices je les ai gardé, quelque part contre mes tripes, rendues enfin saines par une grâce hallucinante m'ayant permis de franchir la frontière séparant le ciel et la terre. Ma sœur et ses merveilles qui, oblitérant les règles, m'ont donné la possibilité de faire ce pour quoi je suis née : être avec elle. Et mes cicatrices, je les emmerde, je les emmure. Je m'en défais et serai pour toujours capable de les faire taire. Les anciennes, les présentes, les nouvelles. Aucune ne saurait être plus forte qu'elle. Rien ne pourrait nous tenir éloignées et ma présence ici suffit à le prouver.

Et je songe à tout ces petits dieux et leurs douleurs, ballottés de toutes part par des douleurs qui ne sont qu'à moitié les leurs, tant leur condition les a voulu collées contre leur corps, embrassant les tourments qui semblent indéniablement accompagner leurs talents qui les veulent être plus que de simples hommes. Ils restent alors dans l'ombre de leurs drames, engoncés dans ces souffrances qu'ils imaginent éternels, tant ils les imaginent issus de leurs propres failles, préférant alors les camoufler, plutôt que les combattre. Où les héros de demain cachent-ils les leurs ?


    « En moi. Si tu as besoin d'aide, n'hésites pas. »


Paumée, je relève les yeux. L'incompréhension m'arrache un sursaut qui, secouant ma chair, me fait chanceler un peu. En moi, et je perds le fil de la logique s’étiolant doucement face à l'absurde de cette réponse, ne menant à rien. En lui et je ne saisis pas. Je déteste ne pas comprendre et me souhaite soudainement capable de sonder ses pensées pour saisir le sens de sa réponse... Pensées. Cette école regorge de talents. Dont des télépathes si j'en crois ma sœur. Et si... S'il m'entendait ?

Le mérite n'existe pas, que rien ne saurait être plus apprêté que cette reconnaissance que l'on espère, que l'on prie, sans savoir quoi en faire, lorsqu'on l'obtient. Pourtant, si l'écho de chacune de mes pensées, de chacune de ceux hantant ces lieux résonnent dans son crâne, le mérite d'être et demeurer lui malgré cette cohue lui revient tout entier, revêtant ses consonnes d'une connotation plus profonde, plus grande que les misérables demandes d'attention, de considération. Il le mérite, s'il les entend. Les entend-il ?


    « A quoi je pense, là ? »


Je pense – je ne sais pas. Je pense... Pense à Hayden et supporte chaque jour un peu moins le métronome qui égraine ses heures, le précipitant vers sa fin. Je pense à lui, saignant milles morts accolées contre son cœur qui chancelle et craquera bientôt si le temps se joue de lui, de moi, de nous. Je pense à ses paradis qu'il bâtit au prix de sa santé, de sa vie. De son propre Paradis, qu'il ne fait qu'effleurer, restant hors de porté.

Je pense... aux anges, abreuvant de leurs sangs nos rêves pour qu'encore, ils nous émerveillent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 44

MessageSujet: Re: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   Jeu 12 Sep - 14:11

J’entrevois un monde face à ses mots, demeure président des esprits sans avoir demandé à acquérir cette place qui me semble un peu plus chaque jours quelque chose de maudit. Mais je soupire, je respire et je vis, je souris même. Etant hanté par des choses qui ne semblent pas vraies. Qui paraissent pour s’effacer, des souvenirs d’autres temps, d’autres gens.

La perplexité dont elle fait preuve me glace un peu le sang puis je me dis qu’après tout si elle a compris, tant pis. Je sais la beauté, bonté de l’esprit de Lilith alors celui de sa sœur doit être d’une égalité parfaite à l’image de leur union. Leur don. Ce que Lilith en dit en tout cas, et je le pense vrai, peut-être parce que je les trop souvent entendu lors de nos assemblés. Elle a compris, et de mon côté j’en craque un sourire bienveillant, je n’ai pas vraiment peur d’être grand, je me dis simplement que le monde l’est un peu plus que moi, souvent. Je pense à Keira, et j’oublie un instant ce que j’entends. Apaisant mes maux des pensées purifiées de son univers inavoué.


    « A quoi je pense, là ? »


Ô ça … Je me demande si cela à une grande importance, tu vois ? Je dirais que le meilleur dans cette rencontre est que tu es comme elle a pu le chanter des milliers de fois dans ses silences et ses pleurs muets. C’était d’une tristesse assourdissante, d’un repos clément, d’une douleur constante, et d’un je ne sais plus quoi, mais je sais que je préférai me perdre dans l’esprit de Lilith plutôt que dans d’autre. L’importance est que tu penses à un des meilleurs d’entre nous, et j’en déduis que la journée n’est pas perdu, pas totalement fini. Il est de celui dont le cœur est si clair que le monde parait meilleur parce qu’il arpente les couloirs du lycée. J’ai déjà attrapé plusieurs de ses pensées, tu le sais ?

    - Hayden.


Prononce ma voix quand je me dis que je pourrai m’amuser de mon don pour une fois, mais je ne suis pas comme cela. Je suis loin d’être un Morgan Cox ou bien un Bam Atwood, bien sur, je pourrai marcher à leurs côtés, mais pour avoir entendu Morgan, je me dis que je ne ferai surement pas le poids, et qu’il n’aimerait pas que ses griffes ne soient plus un secret. Alors je soupire, me disant que jamais je ne pourrai rire des autres gens quand je les sais si faibles, craintifs et plaignant. A quoi cela servirait ? A part me rapprocher de l’esprit de ma sœur, que jamais, je ne comprendrai.

Puis je me concentre à nouveau sur elle, sur les mots qu’elle peut avoir sur les anges, sur lui. Son lui, en vérité. Alors à mon tours de penser à son cœur, sa douleur, cela fait partie des choses pour lesquelles j’essaie de faire abstraction, qui demeure du privé, de l’horreur que cela peut être pour certains d’exister. Mais je tente quand même, c’est plus fort moi, je ne peux pas m’empêcher, je n’ai jamais su vraiment me contrôler comme eux lorsque dans mon esprit ils racontent toute leur vie.

    - Tu le sauveras, j’en suis persuadé.


Parce que c’est comme une évidence, si tu es ici, c’est que tu deviendras l’héroïne d’une vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |- Mend -| Feel & Puppy Doll.   

Revenir en haut Aller en bas
 

|- Mend -| Feel & Puppy Doll.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» i need a mannequin doll {16/05, 14:30}
» Camille ♣ A Little broken doll
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SULLIVAN'S HOLE :: savior high :: Salles de cours-