AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

  « Cléo Sady – Sady Blues »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 16

MessageSujet: « Cléo Sady – Sady Blues »   Jeu 8 Sep - 15:17



Mon héros








    Cléo Sady

    alias Sady Blues



    On dit de moi que je suis : le fantôme qui trouble l'obscurité, le bourreau qui torture au creux de la nuit, du crépuscule à l'aurore. On me dit vilaine, fléau d'une humanité dépeinte au masculin ou bourreau de vermines jugés coupables, innocentes, suspectes.
    On dit de moi que je suis l'aube qui rougeoie, celle qui macule de sang les trottoirs et dont les tortures vont jusqu'à souiller le ciel.
    On dit de moi que je suis une tueuse sans nom et sans visage, ne laissant à ses victimes à venir qu'un nom d'empreint à prier le soir dans l'espoir d'assister à un nouveau lendemain.
    On chuchote, on colporte ou raconte. On fabule, invente milles et uns peut-être qui tous, érigent une image qui ne parvient à quitter mon sillage : celui d'une criminelle, faite de sang et de haine.

    Mais on oublie souvent de dire : : que la nuit est mienne comme elle ne le sera jamais pour personne d’autre, qu’elle m’appartient de la plus fusionnelle des façons. Dans un ballet d’ombres chinoises, elle cache aux yeux du monde mon visage, endors mes vieux démons et aiguise ma haine qui, vorace, se nourrit de la douleur qu’elle sème.
    Perdue au creux de la nuit, j’écorche les veines de ces bourreaux de femmes mortes le cœur battant, fais rougir leurs corps jusqu’à trouver le chemin menant aux rêves ; mène les voleurs d’innocence à la potence et saigne de leurs noms les portes de l’enfer, à l’encre des souffrances qu’ils ont su répandre. Mercenaire d’une vengeance transcendée par mes actes, je salie ma nuit de leurs cris, de leurs sangs, de leurs cadavres ; endosse le masque de la monstruosité avec une langueur mélancolique, pour mieux jurer sur mon nom que le dernier cœur à la symphonie raté brûlant de se savoir balafré de rage, sera le mien.
    Je dissimule mes cicatrices dans l'ombre d'un baptême nouveau, taillé dans le sang. Et les monstres effrayés des cauchemars enfantins dansent sur les pavés, tremblent sous ma loi.


    Son histoire vraie :
    Il y a eu l'amour, d'abord. Les rêves d'enfants, les princesses, les contes de fées. Il y eut le bonheur, la candeur d'une adolescence qui jure, qui promet, que les drames contés n'existe pas dans la réalité. Que les monstres et leurs vices ne connaissent pas les gens heureux, que l'innocence ne saurait être souillée aussi longtemps que les âmes ingénus restent et demeurent naïves et pures.

    Mais il y a eu le feu. Le feu de la haine, attisé par l'horreur et les morts. Il y eut le brasier de se savoir souillée, salie, privée de tout jusqu'à soi. Et j'ai haïs. J'ai haïs et juré sur mon cœur chancelant de ne plus battre que pour saigner mon bourreau et tout ceux de son espèce. J'ai haïs mon âme, pour ne pas avoir quitté mon corps lorsqu'elle le pouvait encore et ai tué, tué et tué encore, maculant mon esprit coupable d'encore exister.
    J'ai haïs ; haïs si bien que la haine m'a consumé, m'arrachant par lambeaux le peu de moi qu'il me restait.

    Puis, il y a eu l'hiver. Il y eut l'hiver et le froid, sous sa plus belle forme. Un maitre des glaces, empereur d'une éternité qu'il maintenait à son gré captive de sa propre volonté. Il y eut Raphaël et, mon âme qui jurait, pieuse comme lors de mes plus belles années, qu'un incendie ne saurait en rien l'effrayer, et qu'à défaut d'enfin mourir, ma carcasse souillée rejoindrait la collection de son musée. Mais il y avait sa présence, et cette paix blanche, instauré quelque part en moi. J'ai apprivoisé ses silences comme il a su dompter ma haine de milles éclats glacés, pour panser mes maux et les apaiser. Et j'ai appris à nouveau. A respirer, parler, penser, être et aimer. Je suis née à nouveau et chaque jour, remercie l'hiver de m'avoir apporté Raphaël.

    Et il y eut l'amour. L'amour et ses rengaines qui me murmuraient encore être hors de porté. L'amour d'un homme trop grand, trop pur, trop bon pour que je ne puisse le mériter. Il y a eu des cris, des larmes ; des silences, des non-dits. Du sang sur les mains, des cicatrices par milliers. Des fantômes et des horreurs, à oublier.
    Et puis, la paix. La paix de se savoir aimé et être aimé avec une ardeur tel que le feu en moi, non content d'être dompté, s'en retrouva purifié.

    Il n'y a que ça : la vengeance, l'amour, le froid. Et mon âme encore un peu boiteuse, qui susurre n'avoir besoin de rien d'autre que cela.

    Sa plus grande force : Une liane enchantée, qui s'est manifestée à elle lorsque la vengeance devint la seule alternative à la folie.
    Son intime faiblesse : Qu'importe que ses motivations soient saines, ses actions ne font d'elle rien de plus qu'une tueuse.
    Son âge : 28 ans.
    Sa citation favorite :« If you need a confession, I'm guilty. Let's twist the knife 'til they can't stop bleeding. Do you think I feel sorry? Forgive me. »

    Son visage : Sarah Wayne Callies











    Famille et Connaissances


    | LÉO CALLAWAY; Blind Justice; ft Wentworth Miller | Un homme infiniment plus que tout, infiniment plus que moi. Celui qui accepte mes cicatrices, mon démons et le sang qui macule mes mains. Mon cœur lui appartient tout entier, et chacun de ses battements lui sont destinées.
    | SEPHORA ANDERSON; Sephie; ft Emily Browning | Ma fierté, ma première enfant que j'ai su protéger. Je veille sur elle comme d'autres veillent un enfant alité. Elle grandit et devient forte, mais se veut hanter par des maux contre lesquels je ne peux rien. Le sang coulera s'il le faut, pour la protéger.
    | RAPHAEL WASTE; Iceman; ft Leonardo DiCaprio | Mon pilier de glace. L'ancrage qui me raccroche au monde et qui m'a rendu à moi. Il est l'ami le plus précieux qui soit, et je sacrifierai ma peau pour sauver la sienne.
    | MILLY JAMES; Dirty Me; ft Jena Malone | Le vice dans sa forme véritable, l'incarnation des maux les plus vils qui soit. Tuer une enfant relève du péché, mais mon âme jure que l'innocence n'a jamais épousé ses traits.



& Moi


    Prénom, Âge : Toujours Andréa, toujours 20 ans.

    Pourquoi avoir choisi ce personnage ? Parce qu'elle me fascine tellement que je n'arrive pas à la cerner vraiment.
    D'autres comptes ici ? cf Snake.
    Un petit mot pour conclure ? Bon sang, quel honneur...


Dernière édition par Sady Blues le Mer 27 Mar - 21:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: « Cléo Sady – Sady Blues »   Lun 12 Sep - 11:33


    Oh putain mon âme, je viens de lire ton "Mais on oublie", je n'ai pas lu le spoiler par respect pour toi, parce que j'imagine que tu ne veux pas qu'il soit lu pour l'instant, mais ce que j'ai vu est époustouflant ! Y a pas mille façons de le dire : c'est parfait, il n'y a pas une seule voyelle qui sort de ses intérêts, de sa tête, de son monde. C'est elle.
    C'est elle est j'en ai les larmes aux yeux tant elle est déjà grande. En plus d'être beau, ce que tu as écrit est d'une puissante vérité. Je l'ai lu si lentement que j'ai accroché la moindre de tes syllabes, rentrant de l'une à l'autre un peu plus profondément dans son esprit, et je te jure que j'y ai reconnue Cléo Sady.

    Mon âme, merci. Merci Love u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 33

MessageSujet: Re: « Cléo Sady – Sady Blues »   Ven 27 Jan - 17:24

Parce que Cléo est une merveille, parce que tu sais si bien l'écrire.
Parce qu'elle éveille le Rapha en moi, et torture d'un amour impossible.
Elle parle entre les lignes, entre sa haine et ses amours.
Tout ce qu'elle est est au bout de tes doigts, et pour la première fois,
Je la sens vivante, et je l'aime un peu trop.
Elle fera des merveilles, tu en fera des merveilles.
Moi et Rapha, on fera tout pour lui arracher un sourire silencieux,
Entre deux victimes agonisantes. Que jamais il ne jugera.
Merci de lui avoir donné la vie. Je t'aime Love u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 756

MessageSujet: Re: « Cléo Sady – Sady Blues »   Ven 27 Jan - 19:57


    Validée jusqu'au bout des ongles, parce qu'ils dansent sous mes yeux ravis avec une grâce pleine d'intentions macabres qui me ravissent, tant tu l'as sublimée dans sa folie, dans ses vices.

    Validée jusque dans la racine de ses cheveux qui parfois sont maculés par le sang qui la sert, qui l'abreuve, qui fait d'elle la Sady Blues dont j'ai toujours rêvé. Elle est d'un grandiose, déjà. C'est incroyable.

    et puis validée jusqu'au fin fond de son cœur au climat changeur. J'adore le froid qui y calme toutes ses ardeurs, l'importance idéale de Rapha dans sa vie qui sans lui n'aurait jamais pris les couleurs de ses nuits, à lui.

    Vivement un Léo, vivement tes aventures avec notre Homme des neiges. Vive toi, merci mon âme Love u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-highschool.forumactif.org
Nombre de messages : 44

MessageSujet: Re: « Cléo Sady – Sady Blues »   Ven 27 Jan - 20:07

    Merci, merci Potté
    Merci de croire en elle et de voir au delà de mes mots pour deviner ce que je crois savoir de son cœur. Merci de croire en moi et de l'aimer, elle.
    Vous êtes des reines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Cléo Sady – Sady Blues »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Cléo Sady – Sady Blues »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Papy Blues
» Natural blues....Moby
» St-Louis Blues
» Alignement LNH des Blues de St-Louis
» St.Louis Blues
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SAVIOR HIGH RULES :: les présentations :: Fiches validées-