AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

  • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 12

MessageSujet: • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •   Ven 8 Avr - 16:20




Come on baby, light my fire
Try to set the night on fire

─ La machine, carcasse de fer du Directeur se fond de salles en couloirs avec une rapidité robotique saisissante. Sa vision thermique ne tarde pas à s'emballer lorsqu'elle guette un pion esseulé, une boule de feu vivante qui reste seule. La reconnaissance faciale évoluée dont il dispose lui ouvre un dossier classé P et une fraction de seconde lui suffit pour tout savoir de Warren Peace, dans les faits.
Le courant électrique a sauté mais certaines pièces ont été bâties spécialement pour ce genre de situation extrême. Fendant l'air, le robot s'empare du Pyroman qu'il soulève par le buste comme l'on porte un enfant à bout de bras et l'enferme dans une salle noire, où se trouve déjà une étudiante. Il n'y a aucune lumière dans la vaste pièce contenant une ardoise, un garde-manger et un écran de sécurité éteint.
La porte ne s'ouvre que depuis l'extérieur, seul le Directeur en possède la clé et il avance ses fermes instructions avant de retourner à sa mission
.


      Allison Serena → « Craint le noir, mais dispose d'une torche humaine. A été amenée ici alors qu'elle profitait du chahut pour alimenter la paranoïa des esprits les plus faibles. A tout intérêt à se tenir calme, a été munie d'un crayon. »

      Warren Peace → « Doit impérativement laisser une flamme allumée entre ses mains. Fort, ne perd pas son temps à parler. Protecteur de l'étudiante avec laquelle il est enfermé, possède une feuille de papier. »


─ Il est possible de communiquer avec l'extérieur, à l'ancienne ; glisser un message écrit sous le mur qui sépare cette pièce de la panic room d'à côté devrait suffire à établir un contact.


    Pour l'heure, la porte claque et le silence se fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 96

MessageSujet: Re: • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •   Sam 16 Avr - 18:04


Le patin de fer aux pensées mécaniques disparait, et le silence se fait.
Le monde s'essouffle, s'éteint, flirte avec la noirceur du néant. Le silence m'entoure, me berce, me hante et m'habite. Il prend possession des lieux, et abime de sa présence les dernières réminiscences d'un monde qui, quelques instants plus tôt, bourdonnait d'une intensité presque aussi grisante que la folie qui le consumait.
Maintenant, ne reste qu'une flamme arrogante, pour me maintenir hors d'un chaos qui danse autour de moi.
Et le silence, le silence... Le silence m'avale tout entier.

Warren Peace, la pire atrocité de mon univers qui flanche face aux ténèbres du silence, brille d'un éclat que mes yeux ne parviennent à fixer, encore hallucinés par l'enfer dans lequel l'homme de fer vient de me plonger.
Etre enfermé avec un être pensant serait-il trop demander ?

Mes doigts enserrent mon crâne qui manque d'imploser, et un cri aiguë traversent mes lèvres. Il écorche ce rien, ce silence qui nous entoure, et résonne dans le vide de cette pièce aux contours flous.
Le silence ne sera déchu qu'un temps.

Le néant souffle à mon oreille d'horribles choses, que je ne parviens à noyer sous un flot continue de pensées étrangères. Il murmure d'une voix sans timbre que sans ces pensées permanentes, mon âme se fissurera, se brisera pour voguer dans une nuit éternelle contre laquelle je ne pourrais lutter, jamais.
Au delà de ses esprits fades et insipides, n'existe que le silence.

Je tuerais pour l'enfer. Un domaine rougeoyant et tourmenté, habités par des esprits à jamais hantés par l'horreur des crimes qu'ils ont pu causer. Je tuerai, offrirai du sang aux divinités, pour caresser le royaume d'Hadès. Tout, sauf le silence.


    ─ Pense !
    Je hurle au Pyroman que mes rêves souillés de sang ne dépeint qu'agonisant.


Brûle et pense. Fais revivre le monde, où j'offrirai ton corps en sacrifices aux Dieux, pour que les portes de l'Enfer s'ouvrent à moi. Offre-moi un requiem salutaire, ou je balancerai ton cœur aux loups.
Puis, dans un accès de gaieté, je m'en laverai les mains.

J'irai embrasser l'Enfer, et réduire le Paradis en poussière, si tu n'apprends pas à penser.
Je le promets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 318

MessageSujet: Re: • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •   Mer 6 Juil - 19:38

    Porté. Comme une saloperie de bombe à retardement. J'utilise cette image pour oublier que j'avais plutôt l'air d'un putain de bébé à la couche nauséabonde parce que trop pleine. Putain... Ca ne devrait pas être permis, un truc pareil. Je n'ai qu'une envie, qu'une idée fixe : lui faire brûler les circuits, à la boite de conserve. Tout ça pour servir de lampe-torche à une attardée qui a peur du noir. Mais laissez-la dans le noir, qu'elle apprenne à vivre avec. On finit par s'y habituer, au vide, à force d'être plongé dedans. Elle va pleurer quoi, trois heures... Et puis quoi, est-ce que ça vaut vraiment la peine de me faire chier de m'humilier. Qui en a quelque chose à foutre des angoisses d'autrui, dans ce monde ? Pourquoi prendre des précautions avec elle, maintenant. Dans un, deux, trois ans, vous la jetterez dans la jungle urbaine. Et nous, on aura qu'à lui éteindre la lumière, pour la torturer.

    L'envie de fermer ma main sur notre seule source de lumière se fait tellement forte, que si la jeune fille est vraiment télépathe, elle aura l'impression d'être déjà plongée dans les ténèbres. Elle ne verra que la violence de ce noir intense, symbole d'un vide que je sais reproduire à la perfection pour l'avoir simplement pioché en moi. Mon père est revenu, mais c'est con, il ne comble pas l'absence de ma mère. Je pensais pourtant qu'il le pouvait. J'y croyais dur comme fer. Je pensais même qu'il me manquait plus qu'elle, car le fait que je me souvienne de lui le rendait plus présent dans mon esprit. Mais l'avoir retrouvé, aussi vivifiant que cela puisse être, me renvoie non seulement à la peur de le perdre à nouveau, mais aussi à la douleur de savoir que ma mère, elle, ne reviendra jamais. Alors le noir, ma petite, je connais. Je pourrais t'en faire un arc-en-ciel, tant je sais la moindre de ses nuances.

    Je n'aime pas tellement l'idée que je suis le remède à la terreur au fond de ses yeux. Je devrais en être la cause. C'est comme ça que je fonctionne. Cette fille n'est pas Keira. C'est elle qui m'a mis hors de moi dans la cafétéria. Je ne veux pas la sauver, je ne veux pas être la cause de la moindre petite germe de bonheur ou de sûreté dans son esprit. J'ai aujourd'hui le pouvoir de lui montrer à quel point elle devrait me craindre, ce que je n'ai pas pu faire dans la cafétéria. J'ai le pouvoir de me venger en beauté, et je compte bien l'utiliser. Je veux jouer avec sa peur, comme elle peut elle-même le faire. Je ne serai pas un héros, aujourd'hui. Je serai un bourreau, et cette idée me plait.


─ Pense !

    A nouveau cet ordre, hurlé en plein visage, après un cri lancé comme pour couvrir un silence pourtant royal. Elle ne se rend pas compte, la télépathe, que mon esprit fourmille de pensées, alors même que le vide dévore mon coeur. Ton pouvoir, Candy, n'est peut-être pas aussi puissant qu'on le dit. A moins que le noir l'ait envahit jusqu'au plus profond de son coeur. L'amertume au fond de ma gorge me rend cynique au point que son agonie me ferait presque sourire. Je ne suis pas vraiment méchant, dans le fond, mais merde. Voila. Merde. C'est tout ce que j'ai à dire en pensée à cette fille qui n'entend rien. C'est le robot qui m'a énervé.

    Je hausse simplement les épaules, avares de mes mots au point qu'un simple "tu n'as qu'à écouter" ne peut même pas passer la barrière de mes lèvres. Je n'aime pas parler, et je n'ai pas envie de me forcer pour elle. Puis elle ne m'a pas demandé de le faire, de toute façon. Ca n'excuse pas, je l'avoue, vu que même si elle avait ordonné que je parle, je ne l'aurais pas fait. Mais j'en profite quand même pour me dédouaner. Je ne suis pas non plus coupable de tous les méfaits dont je m'accuse.

    Je baisse le niveau d'intensité de la flamme, sans l'éteindre cependant, pour lui rappeler qu'elle n'a aucun ordre à me donner. Je suis le maître de cette pièce.

    Et si je brûlais le papier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-new-life.forumactif.org/index.htm
Nombre de messages : 96

MessageSujet: Re: • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •   Dim 18 Sep - 16:33


Le silence, encore. Toujours, partout, tapi dans l’ombre d’une obscurité malsaine s’intensifiant face à la torche humaine, qui lui, faibli. Le silence, qui rampe jusqu’à moi, s’infiltre sournoisement dans ma chair, tue les voix, la douleur, le reste. Le silence, qui s’accroche à mes cheveux, ma peau et jusque dans mes veines.

Ce silence, tout autour. Le noir, le vide. Je cris, hurle à en saigner mes cordes vocales, titube vers la porte. Me rappelle à moi, griffe mon propre bras, laisse couler mon sang, devenu noir. Imagine la lumière et tremble, tremble de savoir qu’elle n’est qu’un rêve.


    – Sortez-moi d’ici ! Sortez-moi d’ici !


Ma litanie sans fin semble mourir sur mes lèvres, perdre son écho dans les ténèbres. Mais je cri, de toutes les forces qu’il reste encore à mon corps, qui lentement, se meurt dans le néant. Je saisi le stylo que l’on m’a remis aux portes de l’enfer, le fracasse contre la porte qui demeure insensible à ces assauts.

Le stylo déchu quitte ma main, n’est plus rien. Je crève d’une douleur inouïe qui paralyse mes sens, me sens disparaitre. Meurs de me savoir disparaitre, défaite par ce silence et ses fanfares. Je gémis, me répands au sol, m’évapore dans la nuit. Mes ongles demeurent son seul point de repère, torturant ma peau saigné à vif, qui demande grâce.


    – Fais quelque chose ! je hurle d’une voix dénaturé par l’horreur.


Je veux m’enflammer, rêve de drames. Je veux des larmes, du sang. Quelque chose d’assez violent et offensant ; de brillant, bruyant. Crame-moi. Embrase-moi. Je veux un bucher de couleurs et de sons, une profusion de hurlements et de lumière aveuglante.
Que la torche humaine embrasse ma sépulture, je viendrai cracher sur la sienne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: • Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •   

Revenir en haut Aller en bas
 

• Pyroman & Royal Pain ─ Light my fire •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVIOR HIGH × heroism's slaves. :: SULLIVAN'S HOLE :: savior high-